Comment devenir Éducateur Spécialisé : missions, salaire, formation, diplôme

Voter

L’éducateur spécialisé ou l’éducatrice spécialisée participe à l’éducation d’enfants et d’adolescents qui présentent un handicap, des troubles du comportement ou des difficultés d’insertion sociale. Cette fiche métier vous donne toutes les informations utiles pour devenir éducateur spécialisé.

Éducateur spécialisé

Synonymes et métiers associés : éduc spé, travailleur social, éducateur technique spécialisé, aide médico-psychologique, assistant familial, moniteur d’atelier, moniteur éducateur, éducateur de jeunes enfants, aide-éducateur, animateur jeunesse, animateur socio-culturel, assistant social, conseiller en économie sociale et familiale, technicien-coordinateur de l’aide psycho-sociale aux aidants, adjoint territorial d’animation, accompagnant éducatif et social.
Niveau d’études ou diplômes requis : Diplôme d’Etat d’Éducateur Spécialisé (DEES).
Études en alternance : oui.
Salaire débutant : SMIC, primes possibles.
Statut : fonctionnaire de la fonction publique hospitalière, territoriale ou d’État, salarié.
Limite d’âge pour le recrutement : aucune.

1. Que fait l’Éducateur Spécialisé : missions, tâches et fonctions :
2. Quel est le salaire d’un Éducateur Spécialisé, et son évolution de carrière :
3. Quels concours, études, formations pour devenir Éducateur Spécialisé :

1. Que fait l’Éducateur Spécialisé : missions, tâches et fonctions :

L’éducateur spécialisé est le spécialiste de la relation d’aide aux personnes en difficulté. Il accompagne des jeunes souffrant de problèmes familiaux, scolaires, de comportement… Les adultes en difficultés (sociale, physique) et les personnes en situation de handicap mentale bénéficient aussi de l’aide de l’éduc spé.

De manière générale, son objectif est de revaloriser les personnes et de favoriser (ou de restaurer) leurs compétences et leur autonomie, leur capacité de socialisation, d’intégration et d’insertion grâce à des actions éducatives et sociales (sorties, ateliers, soutien scolaire, aide à l’insertion professionnelle…).

L’organisation de la journée de travail de l’éducateur spécialisé peut être très différente en fonction de l’établissement qui l’emploie. Nous ne pouvons pas vous donner toutes les journées types car cela serait beaucoup trop long.

A titre d’exemple, nous allons suivre le quotidien d’un éduc spé qui travaille dans un institut médico-spécialisé, et accompagne des enfants autistes de 4 à 14 ans (ou plus).

Arrivé au centre, le travailleur social assiste à une réunion de 15 minutes environ pour être informé des nouvelles du jour : absence d’un enfant, changement de programme, rendez-vous etc.

Puis, les éducateurs (4 pour 10 enfants), accueillent les jeunes dans la cour pendant une demi-heure.

Ensuite, l’équipe regroupe les enfants pour le « quoi de neuf ? ». Il s’agit d’un temps de discussion pendant lequel les jeunes peuvent donner leur humeur (activités du week-end, déceptions, joies…).

Un temps de collation est prévu avant de démarrer le programme de la journée.

Le matin, deux activités sont organisées. Suivant l’âge des enfants, il peut s’agir de jeux de lecture, de jeux d’autonomie pour les non-lecteurs, de l’utilisation d’un imagier (développement du vocabulaire), de résolutions de problèmes mathématiques, de jeux de logique etc. Les ateliers peuvent s’effectuer individuellement ou en groupe.

Entre les deux activités du matin, un temps de récréation permet aux jeunes de prendre l’air.

Après le repas, qui est un temps à part entière d’apprentissage de l’autonomie (manger seul, se resservir, formuler une demande), une dernière activité est organisée : découverte des formes géométriques, jeux des différences, pyramide d’une alimentation saine, reconnaissance des expressions faciales…

En fin de journée, les enfants goûtent puis rentrent chez eux (vers 16h00).

La journée du travailleur social se termine généralement par un temps de réunion (organisationnelle, clinique, synthèse…). De par la nature de son travail, l’éducateur spécialisé est amené à travailler dans une équipe pluridisciplinaire (directeur d’établissement, médecin, orthophoniste, psychomotricien, professeur des écoles, etc) avec laquelle il élabore le plan d’actions éducatives et sociales adapté à chaque jeune.

L’éduc spé doit également savoir collaborer avec les parents des jeunes qu’il suit. Il les accompagne dans la prise de conscience du handicap ou des difficultés rencontrées. Pour cela, il organise des temps de discussion et évoque les établissements susceptibles de correspondre à l’état de leur enfant.

L’éducateur effectue lui-même les tâches administratives liées à son métier : écriture de projets, de bilans, appels téléphoniques…).

Le métier d’éducateur spécialisé est la profession sociale qui recrute le plus après le métier d’assistante maternelle. Les possibilités d’embauche sont donc élevées, notamment en raison des départs à la retraite.

. Qualité essentielles / compétences requises : pour devenir travailleur social, il faut porter une grande attention aux problèmes sociaux et humains, être capable de travailler en équipe. Il est également indispensable d’avoir le sens des responsabilités et de l’engagement personnel. Enfin, la créativité (pour innover dans les méthodes éducatives), la capacité d’écoute et un solide équilibre psychologique sont impératifs.

. Débouchés, recrutement, où exercer : l’éduc spé peut être employé par les collectivités locales (département, commune), la fonction publique hospitalière, territoriale ou d’état, le secteur privé associatif, en institut ou milieu ouvert.

Ses lieux d’intervention sont donc variés :

– hôpitaux (psychiatrie, long séjour, pédiatrie, rééducation…),
– éducation nationale ou services de Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ),
– établissements de l’administration pénitentiaire,
– services d’Action Éducative en Milieu Ouvert (AEMO),
– entreprises d’insertion,
– foyers de jeunes travailleurs,
– services sociaux,
– Centres d’Hébergement et de Réinsertion Sociale (CHRS),
– Etablissements et Service d’Aide par la Travail (ESAT),
– Instituts Médico-Éducatifs (IME),
– Instituts de jeunes sourds et institut national de jeunes aveugles,
– Instituts Thérapeutique Éducatif et Pédagogique (ITEP), etc.

. Horaires, durée et conditions de travail : les conditions de travail de l’éducateur spécialisé la conduisent à effectuer des horaires décalés (nuit, week-end, fin de journée).

De plus, l’éduc spé assiste à de nombreuses réunions, parfois en dehors de ses heures habituelles de travail, pour réunir des équipes pluridisciplinaires (assistant de service social, psychologue, magistrat, kinésithérapeute…).

Éducatrice spécialisée handicap

2. Quel est le salaire d’un Éducateur Spécialisé, et son évolution de carrière :

2.1 Combien gagne un Éducateur spécialisé :

En début de carrière, un éducateur spécialisé fonctionnaire gagne environ le SMIC. En fin de carrière, son salaire est de 2.366€ nets par mois en moyenne. Mais il peut gagner plus en travaillant dans le secteur privé : 2.685€ nets en moyenne.

Le travailleur social perçoit, en plus de sa rémunération mensuelle, une prime de service et d’indemnité de sujétion spéciale (ou prime d’internat). Cette prime est attribué aux personnels qui ont au moins trois contraintes dans le mois travaillés comme : travail le dimanche, travail les jours fériés, surveillance de nuit. La prime d’internat varie de 3 à 5% du salaire de base (majoré de l’ancienneté) en fonction de l’établissement d’embauche.

2.2 Quelle évolution de carrière pour un Éducateur Spécialisé :

Un éducateur spécialisé peut devenir directeur d’un établissement social privé, délégué à la tutelle, conseiller technique, conseiller conjugal et familial, responsable d’une circonscription d’action sociale.

Le travailleur social peut aller vers une formation complémentaire comme un Diplôme d’Etat en Ingénierie Sociale (DEIS), un Certificat d’aptitude aux fonctions de directeur d’établissement social (Cafdes) ou un Certificat d’aptitude aux fonctions d’encadrement et de responsable d’unité d’intervention sociale (Caferuis).

Éducateur spécialisé autisme

3. Quels concours, études, formations pour devenir Éducateur Spécialisé :

Pour devenir accompagnant éducateur spécialisé, il faut détenir le Diplôme d’Etat d’Éducateur Spécialisé (DEES).

Pour l’obtenir, le candidat doit être titulaire du baccalauréat, ou d’une équivalence, et prépare le DEES en 3 ans soit :

. en intégrant un DUT carrières sociales, option éducation spécialisée (2 ans) avec une année de spécialisation pour obtenir le DEES (universités Grenoble 2 et Lille 3),

. via un concours d’entrée dans l’une des 80 écoles spécialisées dépendant du Ministère du travail.

3.1 Concours d’entrée en école préparatoire au DEES :

Pour entrer dans la formation qui prépare au DEES, le candidat rédige une lettre de motivation à l’école qu’il choisit d’intégrer. Suite à cela, l’école lui transmet un dossier d’inscription.

Il faut également avoir réussi un concours organisé par l’établissement de formation : une épreuve écrite d’admissibilité et une épreuve orale d’admission. Ces épreuves sont payantes.

. Épreuve d’admissibilité du Concours d’Entrée :

Il s’agit d’une épreuve écrite d’analyse d’une situation familiale ou éducative (à partir d’un dossier d’environ 25 pages). Le candidat doit trouver la problématique et proposer des solutions. Cette épreuve permet de juger les qualités d’analyse, de rédaction et de synthèse du candidat.

Le candidat passe également (suivant les écoles d’éducateurs) des tests psychotechniques ou un QCM sur des thèmes des domaines sanitaires et sociaux.

Durée de l’épreuve : 4 heures.

. Épreuve d’admission du Concours d’Entrée :

Ce sont deux épreuves orales : un entretien avec un jury qui vérifie les capacités du candidat à exercer les fonctions d’éducateur (15 minutes). Une épreuve de table ronde pour apprécier l’aptitude du candidat à prendre la parole, ses qualités relationnelles et d’écoute. Il faut élaborer une réponse collective à des questions d’actualité éducative et sociale (30 minutes).

3.2 Formation d’Éducateur Spécialisé :

La formation d’éducateur spécialisé dure 3 ans. Elle se compose d’une formation théorique de 1.450 heures et d’une formation pratique (stages) de 2.100 heures.

L’enseignement théorique est composé de 4 domaines de compétences :

. Accompagnement social et éducatif spécialisé,
. Conception et conduite de projet éducatif spécialisé,
. Communication professionnelle,
. Implication dans les dynamiques partenariales, institutionnelles et interinstitutionnelles.

Des allègements de formation sont prévus en fonction du diplôme détenu à l’entrée en formation. Notamment, des dispenses de certification pour les titulaires d’un diplôme de travail social de niveau III et pour les titulaires du diplôme d’état de moniteur éducateur.

3.3 Stages d’Éducateur Spécialisé :

La formation pratique se déroule sous la forme d’un stage d’une durée de 28 à 36 semaines (980 à 1.260 heures) et d’au moins deux stages d’une durée minimale de 8 semaines (280 heures).

L’un des stages s’effectue obligatoirement dans une structure recevant du public en situation d’hébergement. Tous les stages doivent être représentatifs d’expériences diversifiées (public, modalités d’intervention).

3.4 Diplôme d’Etat d’Éducateur Spécialisé :

Pour valider le diplôme d’état d’éducateur spécialisé, il faut valider les épreuves suivantes :

. épreuve orale de soutenance d’un dossier de pratiques professionnelles (15 pages),
. épreuve écrite d’étude de situation (4 heures),
. soutenance orale d’un mémoire (50 pages),
. entretien à partir d’un journal d’étude clinique (10 pages),
. validation de 3 d’écrits professionnels de stage,
. épreuve écrite sur les dynamiques institutionnelles (4 heures),
. entretien à partir d’un dossier sur le travail en partenariat et en réseau (15 pages).

Chaque domaine de certification doit être validé séparément.

Lorsque le candidat a validé sa formation en école ou à l’université, il reçoit le Diplôme d’Etat d’Éducateur Spécialisé (DEES) qui lui est remis par le recteur de l’académie et le directeur régional des affaires sanitaires et sociales.

Comme tous les diplômes du travail social, le DEES est accessible, en tout ou pour partie, par la voie de la validation des acquis de l’expérience (VAE). Le dossier de demande est à retirer auprès du rectorat.