Devenir Accompagnant Éducatif et Social (AES)

L’accompagnant éducatif et social ou AES aide les personnes en difficulté, malades ou dépendantes à effectuer les tâches et activités de la vie quotidienne. Cette fiche métier vous donne toutes les informations utiles pour devenir accompagnant éducatif et social.

Accompagnant Éducatif et Social

Synonymes et métiers associés : Auxiliaire de Vie Scolaire (AVS), aide à la personne, aide à domicile, aide-soignant, garde malade, auxiliaire familiale, dame de compagnie, aide médico-psychologique.
Niveau d’études ou diplômes requis : DEAES (Diplôme d’Etat d’Accompagnant Éducatif et Social).
Études en alternance : oui.
Salaire débutant : SMIC, primes possibles.
Statut : fonctionnaire d’État de catégorie C de la filière médico-sociale, salarié.
Limite d’âge pour le recrutement : aucune.

1. Que fait l’Accompagnant Éducatif et Social, missions, tâches et fonctions :
2. Quel est le salaire  d’un Accompagnant Éducatif et Social, son évolution de carrière :
3. Quelles sont les études, formations, diplômes pour devenir Accompagnant Éducatif et Social :

1. Que fait l’Accompagnant Éducatif et Social : missions, tâches et fonctions :

En fonction de sa spécialisation, l’accompagnant éducatif et social exerce son métier à domicile (particuliers, foyer, service d’accompagnement à domicile), en structure collective (centre d’hébergement et de réinsertion sociale, maison d’accueil spécialisée, institut thérapeutique…) ou en milieu scolaire (école maternelle et primaire, collège, lycée, centre privé de formation).

Concrètement, le métier d’accompagnant éducatif et social vise à aider les personnes en difficulté avec les gestes de la vie quotidienne.

L’accompagnant éducatif et social qui travaille au domicile des personnes aidées, enchaîne plusieurs visites dans une journée. Ses interventions varient en fonction de la situation des personnes aidées (personnes âgées, personnes en situation de handicap, famille en difficulté).

Un AES peut seulement porter son repas à la personne aidée, ou il peut l’aider à faire sa toilette ou à réaliser l’entretien de son domicile (ménage, vaisselle, lessive…). L’accompagnant éducatif et social peut également faire des tâches logistiques comme les démarches administratives (régler une facture, répondre au courrier…) ou encore les courses alimentaires (permis de conduire impératif). Dans tous les cas, l’accompagnant éducatif et social soutient la personne aidée dans son maintien à domicile aussi longtemps que son état ne nécessite pas une hospitalisation ou des soins spécifiques.

Au sein d’une structure d’accueil pour personnes âgées ou handicapées, l’AES participe à toutes les étapes de vie des personnes aidées : levé, couché, toilette, habillage, repas, déplacements etc. L’accompagnant intervient également dans des missions de divertissement auprès des personnes aidées, comme participer à des jeux de société (échecs, jeux de plateaux, de cartes…) ou à des activités culturelles (peinture, cinéma…) et sportives (simple promenade ou sports collectifs) etc.

Lorsqu’il exerce son métier dans le milieu scolaire, l’accompagnant éducatif et social est souvent responsable d’un seul élève. Il peut s’agir d’un élève handicapé qu’il faut aider à se concentrer et à apprendre. L’AES lui explique les cours qu’il n’aurait pas compris la première fois, il l’aide à faire ses exercices et ses devoirs. Tout est mis en œuvre pour que l’enfant suive une scolarité facilitée et adaptée à ses capacités motrices et psychiques. Dans ce cadre, l’accompagnant éducatif et social doit veiller à respecter le programme voulu par l’enseignant et à ne pas perturber le fonctionnement du reste de la classe par sa présence. Il se doit donc d’être discret et à l’écoute.

L’AES doit savoir se positionner en professionnel du champ de l’action sociale et médico-sociale. Pour cela, il doit accompagner la personne au quotidien (maintien à domicile, soutien scolaire, tâches de la vie quotidienne), participer à l’animation de la vie sociale et citoyenne de la personne qu’il accompagne (lien avec la famille, le voisinage, les camarades de classe). Il veille au respect de ses droits et libertés et de ses choix de vie au quotidien (stimulation de son autonomie, respect de son intimité). L’AES favorise l’insertion sociale des personnes en difficulté et participe ainsi à la lutte contre l’exclusion. Il n’est pas rare que le rôle de l’AES se rapproche d’un soutien psychologique et social.

Quel que soit son lieu d’exercice, l’accompagnant travaille en lien avec d’autres professionnels (infirmières, aide-soignantes, enseignants, directeurs d’établissements…) avec lesquels il construit son projet d’accompagnement. L’AES doit être attentif à ne pas faire des actions ou des gestes dont sont responsables d’autres professionnels, sinon il pourrait être tenu responsable en cas de problèmes (soin d’une plaie, pédicure, préparation de médicaments…).

Enfin, il faut savoir que le métier d’accompagnant éducatif et social est en pleine expansion, notamment pour ce qui est de la spécialisation « accompagnement de la vie à domicile ». L’allongement de la durée de vie des personnes et la création de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) participent à faire grandir le nombre de personnes âgées et handicapées qui se maintiennent à leur domicile. C’est donc un métier d’avenir avec de nombreux débouchés !

. Qualité essentielles / compétences requises : l’auxiliaire de vie sociale est à l’écoute et possède un grand sens des responsabilités. Il doit pouvoir faire face à des situations de souffrances extrêmes et doit être d’une grande stabilité psychologique. Il lui faut également beaucoup de délicatesse pour comprendre les attentes des soignés et y répondre avec tact. L’AES déplace régulièrement des personnes privées de leur mobilité et effectue des travaux ménagers. Il a donc une bonne condition physique, possède idéalement des notions en « gestes et postures » et est titulaire d’un permis de conduire. L’aide à la personne a des connaissances en matière d’équilibre alimentaire et d’hygiène. Enfin, l’AES sait faire preuve de discrétion (vie privée des soignés) et possède des capacités d’adaptation pour faire face aux situations imprévues.

. Débouchés, recrutement, où exercer : en 2016, les diplômes d’état d’auxiliaire de vie sociale et d’aide médico-psychologique ont été fusionnés en un diplôme : le Diplôme d’Etat d’Accompagnant Éducatif et Social (DEAES). Cette évolution permet à l’AES plus de liberté dans l’exercice de son métier.

En fonction de la spécialité qu’il choisit, l’accompagnant éducatif et social peut exercer dans des domaines variés :
– accompagnement de la vie à domicile : l’AES intervient auprès de personnes âgées, handicapées, ou de leurs familles. Il veille au respect de leurs droits et libertés et de leurs choix de vie dans leur espace privé. Il travaille au domicile de la personne accompagnée ou dans des services d’accompagnement médico-social comme les Service d’Aide à Domicile (SAD), services de soins infirmiers à domicile (SSIAD), services d’accompagnement à la vie sociale (SAVS) … avec un particulier ou une association employeur,

 – accompagnement de la vie en structure collective : dans le cadre d’un projet institutionnel, l’AES participe au soutien des relations sociales et à la qualité de vie de la personne. Il exerce principalement son activité en internat ou en semi internat dans des établissements médico-sociaux comme les Etablissement d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD), les Instituts Thérapeutiques, Educatifs et Pédagogique (ITEP), les Maisons d’Accueil Spécialisées (MAS), ou encore dans les Centres d’Hébergement et de Réinsertion Sociale (CHRS),

 – accompagnement à l’éducation inclusive à la vie ordinaire : l’AES intervient, dans le cadre d’un projet personnalisé dans le but de favoriser et de participer à l’autonomie des enfants, des adolescents et des jeunes adultes en situation de handicap. Pour cela, il met en place des activités d’apprentissage ainsi que des activités culturelles, sportives, artistiques et de loisirs. Il exerce son activité principalement dans des structures d’accueil de la petite enfance, et dans des établissements d’enseignement et de formation. Son employeur peut être une association, une commune, ou une administration publique.

Le recrutement de l’accompagnant éducatif et social se fait en réponse à une candidature « classique » (CV, lettre de motivation et entretien d’embauche).

Les AES peuvent pratiquer leur métier dans de nombreuses structures comme les associations d’aide à domicile, le secteur associatif, les communes, les centres communaux d’actions sociales (CCAS), les entreprises privées d’aide à la personne, les structure d’accueil de la petite enfance, l’Éducation Nationale (spécialité « éducation inclusive ») etc.

. Horaires, conditions et temps de travail : les horaires de travail de l’AES sont très variables en fonction de la structure qui l’emploi. Les conditions de travail de l’auxiliaire de vie sociale le conduisent à effectuer des gardes, que ce soit de jour ou de nuit. Il est également amené à travailler les week-ends.

Il n’est pas rare que l’AES travaille à mi-temps ou bien cumule deux mi-temps pour arriver à un temps plein. En effet, les personnes aidées n’ont pas nécessairement besoin d’attention et de soins tout au long de la journée, ainsi l’AES doit souvent se rendre au domicile de plusieurs personnes dans une même journée.

Lorsqu’il travaille au sein d’une structure et non à domicile, l’accompagnant éducatif et social bénéficie d’horaires plus réguliers, qui sont ceux de l’établissement.

Accompagnateur éducatif et social en milieu scolaire

2. Quel est le salaire  d’un Accompagnant Éducatif et Social et son évolution de carrière :

2.1 Combien gagne un AES :

En début de carrière, un accompagnant éducatif et social gagne environ le SMIC, qu’il soit fonctionnaire ou salarié.

En fin de carrière, sa rémunération dépend grandement de son statut.

S’il est fonctionnaire de la filière médico-sociale, le salaire de l’AES est de 1.321€ net par mois en moyenne.

Mais il peut gagner plus en décidant de travailler dans le secteur privé. Il est alors salarié : sa rémunération dépend donc de la valeur du point de la convention collective à laquelle il est rattaché. Dans ce cas, son salaire est de 1.600€ net en moyenne.

Bien que le salaire de l’AES soit légèrement plus élevé dans le secteur privé, l’AES fonctionnaire bénéficie de la sécurité de l’emploi.

2.2 Evolution de carrière d’un AES :

Le diplôme d’état d’AES permet à ses titulaires d’anticiper leurs besoins de mobilité professionnelle et de bénéficier de véritables passerelles entre spécialités.

Par exemple, le titulaire du Diplôme d’Etat d’Accompagnant Éducatif et Social (DEAES) dans le domaine de l’accompagnement de la vie à domicile, a le choix de se former aux deux autres spécialités (accompagnement de la vie en structure collective, accompagnement à l’éducation inclusive à la vie ordinaire) grâce à la formation continue, et inversement.

Les AES peuvent également suivre une formation conduisant au diplôme d’état de technicien de l’intervention sociale et familiale en bénéficiant d’allègements de formation importants.

Accompagnatrice éducative et sociale à domicile

3. Quelles sont les études, formations, diplômes pour devenir Accompagnant Éducatif et Social :

Pour devenir accompagnant éducatif et social, il faut détenir le Diplôme d’Etat d’Accompagnant Éducatif et Social (DEAES). C’est un diplôme de niveau V ( niveau CAP / BEP) qui fusionne deux anciens diplômes d’état : auxiliaire de vie sociale et aide médico-psychologique.

Aucun diplôme, niveau d’étude ou préparation spécifique ne sont exigés pour préparer le DEAES, mais il faut tout de même réussir un concours d’entrée pour suivre la formation.

3.1 Concours d’entrée en école préparatoire au DEAES :

Pour entrer dans la formation qui prépare au DEAES, il faut avoir réussi un examen organisé par les établissements de formation : une épreuve écrite d’admissibilité et une épreuve orale d’admission.

Épreuve d’admissibilité :

Il s’agit d’une épreuve écrite sous la forme d’un questionnaire sur l’actualité sociale. Il faut obtenir au moins la moyenne à cette épreuve pour se présenter à l’épreuve orale d’admission.

Épreuve d’admission :

C’est un entretien de 20 minutes qui permet d’évaluer les connaissances sanitaires et sociales du candidat, ses motivations et sa vision du métier. Le jury est composé d’un formateur et d’un professionnel du secteur.

3.2 Formation, Stage et Diplôme DEAES :

Le candidat qui réussit le concours d’entrée reçoit une formation de 525 heures théoriques et 840 heures pratiques sur une période allant de 12 à 24 mois selon les écoles.

Quatre domaines de compétences sont abordés :

. se positionner comme professionnel dans le champ de l’action sociale,
. accompagner la personne au quotidien et dans la proximité,
. coopérer avec l’ensemble des professionnels concernés,
. participer à l’animation de la vie sociale et citoyenne de la personne.

L’évaluation des compétences du candidat est réalisée par son établissement tout au long de son parcours de formation (contrôle continu et pratique professionnelle en stage). En fin d’année, des épreuves orales et écrites sont organisées pour chaque compétence, en complément du contrôle continu (présentation de dossiers pratiques, soutenance orale, épreuve écrite de situation).

Les stages du DEAES :

La durée des stages peut varier en fonction de la situation du candidat :

. si le candidat est salarié, il réalise un stage de 140 heures en dehors de son entreprise,
. pour les autres candidats, la durée de stage est de 840 heures.

Le diplôme DEAES :

Lorsque le candidat a terminé la formation, le « Directeur régional de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale » lui remet le diplôme d’état d’accompagnant éducatif et social (DEAES).

Comme tous les diplômes du travail social, le DEAES est accessible (entièrement ou en partie) via la Validation des Acquis de l’Expérience (VAE).