Fiche Métier Infirmier – Infirmière : concours, formation, études

Une infirmière ou un infirmier, s’occupe de la réalisation des soins médicaux d’un patient pour lui faire retrouver la santé et un certain confort. Cette fiche métier vous donne toutes les informations utiles pour devenir infirmier.

Infirmière

Synonymes et métiers associés : infirmière en soins généraux, infirmière en puériculture, infirmière de bloc opératoire, infirmière anesthésiste, infirmière en profession libérale, agent hospitalier, aide-soignante, agent brancardier, ambulancier, secouriste, agent de service mortuaire, auxiliaire de puériculture.
Niveau d’études ou diplômes requis : Diplôme d’État (DE) d’infirmier (Niveau Bac+3).
Études en alternance : oui.
Salaire débutant : 1.740€ brut par mois + indemnités en tant que fonctionnaire.
Statut : fonctionnaire de catégorie A ou B de la fonction publique hospitalière, salarié du privé ou en profession libérale.
Limite d’âge pour le recrutement : 18 ans au minimum.

1. Que fait l’Infirmier : missions, tâches et fonctions :
2. Quel est le salaire d’un Infirmier, son évolution de carrière :
3. Quels concours, études, diplômes, formations pour devenir Infirmier :

1. Que fait l’Infirmier : missions, tâches et fonctions :

1.1 Quotidien d’une Infirmière :
1.2 Tenue et équipement d’une Infirmière :
1.3 Qualités essentielles, compétences requises pour être Infirmière :
1.4 Débouchés, recrutement, où exercer le métier d’Infirmier :
1.5 Horaires, conditions et temps de travail d’une Infirmière :

1.1 Quotidien d’une Infirmière :

Il existe plusieurs types d’infirmières. En milieu hospitalier, on trouve des infirmières « généralistes » formées aux soins généraux et des infirmières spécialisées : infirmière puéricultrice, infirmière au bloc opératoire et infirmière anesthésiste.

Il est également possible d’exercer le métier en profession libérale, ou en tant salarié dans un établissement privé. Dans ce cas, les journées de travail peuvent être très différentes de celles en centre de soin public.

1.1.1 Infirmier Diplômé d’État (IDE) en soins généraux :

L’infirmière en soins généraux peut travailler dans différents services des hôpitaux et cliniques (psychiatrie, gériatrie, urgences, etc.). Si les tâches diffèrent selon le service et l’établissement, l’infirmière à la même responsabilité : réaliser des soins afin d’améliorer la santé d’un patient.

Selon les indications du médecin, l’infirmière va définir un parcours de soins, assister techniquement le médecin et, accompagner physiquement et psychologiquement le patient à chaque étape de ce parcours :

. elle recueille, auprès de ces collègues, les informations sur les événements de la nuit ou journée précédente,

. elle vérifie les éléments transmis par ses collègues (planification des médicaments, etc.),

. elle fait le tour des chambres pour s’assurer que les patients vont bien, leur donner leurs médicaments et effectuer leur toilette si nécessaire,

. elle aide les aides soignantes à la distribution des repas,

. elle nettoie les toilettes,

. au cours de la journée, elle prend en charge les nouveaux patients, recueille les informations nécessaires et constitue un dossier pour leur suivi,

. elle réalise les prescriptions médicales (injections, pansements, prises de sang, dialyse, pose des perfusions, prise de constantes, etc.),

. elle fait les visites avec le médecin et réajuste les prescriptions si nécessaires,

. elle s’occupe de gérer une partie du matériel médical,

. elle prépare la transmission des informations pour l’équipe qui va prendre le relais à la fin de sa garde.

Lorsque l’infirmière travaille de nuit, et en particulier lorsqu’elle s’occupe de personnes âgées et vulnérables, elle doit réaliser plusieurs « tours » des chambres, souvent accompagnée d’une aide-soignante, pour s’assurer que tout va bien. Elle a également la responsabilité de préparer les médicaments pour la journée suivante afin de pouvoir prévoir une rupture de stock et passer une commande.

À noter : l’infirmière a un rôle qui lui est propre, elle n’est pas juste le « bras » du médecin, elle est en mesure de prescrire si elle le juge nécessaire et de prodiguer des soins d’urgence.

Pour travailler dans certains services, il est nécessaire de se spécialiser :

L’Infirmière en Puériculture Diplômée d’État (IPDE) peut travailler à l’hôpital, à la maternité ou en centre de Protection Maternelle et Infantile (PMI). Elle prodigue des soins aux enfants malades et a un rôle d’éducation et de prévention auprès des parents.

L’ Infirmière de Bloc Opératoire Diplômée d’État (IBODE) suit le patient tout le long de son admission au bloc opératoire, elle répond à ses questions et le renseigne sur toutes les étapes de son opération. Elle prépare le patient, le matériel et le bloc opératoire avant l’opération. Elle effectue également certains actes post opératoire (prise de médicaments, etc.).

L’ Infirmière Anesthésiste Diplômée d’État (IADE) travaille en équipe avec le médecin anesthésiste dans le bloc opératoire. Elle gère l’anesthésie jusqu’à la phase de réveil (surveillance, réanimation, traitement de la douleur, etc.). Elle est responsable du matériel et des produits nécessaires au bon déroulement de l’anesthésie et peut également réaliser des soins infirmiers en Salle de Surveillance Post-Interventionnelle (SSPI).

1.1.2 Infirmière Diplômée d’État Libérale (IDEL) :

Elle travaille à son compte. Elle rend visite à domicile à des particuliers qui nécessitent des soins (sans hospitalisation) ou ponctuellement au sein d’institutions (maison de retraite, prison, etc.).

Elle peut également décider de fournir ses soins dans son propre cabinet. Elle est en mesure de réaliser une multitude d’interventions médicales selon les problèmes du patient : prise de sang, surveillance de plaies, surveillance glycémique, injection d’insuline, préparation ou injection de médicaments, pansements, etc.

Même si la majorité du personnel infirmier est composée de femmes, il est tout à fait possible pour un homme d’exercer ce métier.

1.2 Tenue et équipement d’une Infirmière :

Une infirmière, comme tout personnel de santé, doit porter une tenue de travail stérile qu’elle doit changer quotidiennement. Elle est composée d’une blouse médicale blanche à manches courtes et d’un pantalon blanc. Elles sont fabriquées en polyester et en coton.

Lorsqu’elle prodigue des soins elle doit porter des gants stériles. Aucun effet personnel ne doit être porté pour éviter la transmission de bactéries. En milieu hospitalier, les chaussures doivent être renforcées, fermées et antidérapantes.

Pour les infirmières libérales, c’est différent, aucune tenue n’est imposée, et les IDEL se contentent de porter des habits de tous les jours sans distinctions. En revanche, elles transportent toujours avec elles, tout le matériel nécessaire pour s’occuper de leurs patients : pansements, appareil pour prendre la tension, seringues, …

1.3 Qualités essentielles, compétences requises pour être Infirmière :

Travaillant toute la journée avec des personnes malades et souffrantes, dans des conditions souvent pénibles (horaires longs et décalés) l’infirmière doit savoir faire preuve de résistance morale.

Elle doit également faire preuve d’empathie et démontrer des qualités relationnelles afin de prendre soin et de préserver la dignité de ses patients tout en effectuant un grand nombre de tâches avec rapidité. En effet, le manque de personnel récurrent dans les établissements de soins implique souvent un rythme de travail rapide.

Elle doit être organisée et consciencieuse afin de ne pas se laisser dépasser par l’ampleur des tâches et éviter les erreurs, car les conséquences peuvent être graves. Enfin, en particulier en milieu hospitalier, une infirmière doit savoir collaborer et travailler en équipe, car tout au long du parcours de soin du patient, elle rencontre un grand nombre de personnes et de services différents (médecin, aide-soignant, biologiste, brancardier).

1.4 Débouchés, recrutement, où exercer le métier d’Infirmier :

Les principaux débouchés sont les établissements de soins du secteur public (hôpitaux, cliniques, centres de rééducation, etc.). Mais il existe une multitude d’autres structures dans lesquelles des infirmières sont recrutées (établissement scolaire, centre de prévention, maison de retraite, entreprise, médecine du travail, sapeurs pompiers, organisation humanitaire, milieu carcéral).

Dans les institutions publiques, les infirmières ont le statut de fonctionnaire. Autrement, elles ont le statut de salariée privée. Lorsqu’elles sont à leur compte, elles ont le statut de profession libérale. Dans ce dernier cas, elles travaillent très souvent pour des particuliers (personnes âgées, personnes nécessitant des soins réguliers sans hospitalisation).

Dans tous les cas, les infirmières doivent avoir obtenu leur Diplôme d’État afin d’être recrutées.

Pour travailler dans certains services hospitaliers, il est également nécessaire d’avoir suivi une formation spécialisée (bloc opératoire, puériculture, etc.). Enfin, si l’on souhaite travailler à son compte, il faut pouvoir justifier d’un minimum de 24 mois d’exercice (soit 3.200 heures de travail) effectif en milieu hospitalier pendant les 6 années précédant la demande d’installation.

Le marché du travail est très favorable pour les infirmières. Les débouchés sont nombreux et beaucoup de structures manquent de personnel. Une fois le diplôme obtenu, elle est quasiment assurée de trouver un emploi.

1.5 Horaires, conditions et temps de travail d’une Infirmière :

En milieu hospitalier, les horaires des infirmières sont irréguliers et décalés. Elles peuvent travailler sur des plages horaires très différentes d’une semaine à l’autre, d’un service à l’autre : le matin, le soir, la nuit, les week-ends et les jours fériés. Les heures supplémentaires ne sont pas rares.

Les horaires dans d’autres structures peuvent être plus réguliers (horaires de semaines, sans nuits ni week-end). C’est le cas dans les établissements scolaires par exemple.

Les infirmières en profession libérale peuvent faire tous types d’horaires selon les besoins des patients dont elles s’occupent, mais le plus souvent elles ont des horaires plus réguliers qu’en hôpital. Ce qui ne les empêche pas de faire de longues journées de travail pour répondre à la demande croissante de services à domicile.

Infirmière qui prend la tension

2. Quel est le salaire d’un Infirmier, son évolution de carrière :

2.1 Combien gagne une Infirmière, rémunération, primes :
2.2 Évolution professionnelle d’une Infirmière :

2.1 Combien gagne une Infirmière, rémunération, primes :

2.1.1 Rémunération d’une Infirmière de la fonction publique :

Lorsque l’infirmière travaille à l’hôpital, elle est fonctionnaire. Dans la fonction publique, les agents sont payés en fonction de grilles indiciaires liées à leur cadre d’emploi et de leur grade et échelon dans ce cadre d’emploi.

Il existe deux cadres d’emplois regroupant tous les types d’infirmières de la fonction publique hospitalière :

. Salaires du corps des Infirmiers en Soins Généraux et Spécialisés (ISGS) :

Ce corps d’emplois regroupe les Infirmiers Diplômé d’État (IDE), les Infirmiers Bloc Opératoire Diplômés d’État (IBODE) et les Infirmiers Puériculture Diplômés d’État (IPDE),

Le corps des ISGS est composé de 3 grades de 10 échelons chacun.

Les IDE commencent au grade 1 et peuvent évoluer jusqu’au grade 2 en gravissant les échelons. Les IBODE et le IPDE commencent au grade 2 et peuvent évoluer jusqu’au grade 3.

Le salaire indiciaire pour le grade 1 des ISGS va de 1.740€ brut par mois (échelon 1) à 2.731€ brut par mois (échelon 10).

Pour le grade 2, de 1.940€ brut par mois (échelon 1) à 2.877€ brut par mois (échelon 10).

Pour le grade 3, de 2.014€ brut par mois (échelon 1) à 3.003€ brut par mois (échelon 10).

. Salaires du corps des Infirmiers Anesthésistes Diplômés d’État (IADE) :

Le cadre d’emploi des IADE est composé de deux grades :

. infirmière IADE : grade 1 (10 échelons),
. infirmière IADE : grade 2 (6 échelons).

Le salaire pour le grade 1 des IADE va de 2.014€ brut par mois (échelon 1) à 3.003€ bruts par mois (échelon 10).

Pour le grade 2, de 2.553€ brut par mois (échelon 1) à 3.055€ brut par mois (échelon 6).

Ces salaires indiciaires ne comprennent pas les primes et indemnités que peuvent toucher les infirmières de la fonction publique en complément de leur rémunération de base, en voici quelques-unes :

. l’indemnité de sujétion spéciale, attribuée pour compenser des contraintes subies et des risques encourus par le personnel de la fonction publique hospitalière,

. le Supplément Familial de Traitement (SFT), si elle a des enfants.

. l’Indemnité de Résidence (IR), selon le lieu de l’établissement dans lequel il travaille.

2.1.1 Rémunération d’une Infirmière en profession libérale :

Lorsque l’infirmière travaille à son compte, sa rémunération varie énormément en fonction du nombre de particuliers et le type de soins qu’elle prend en charge.

La caisse nationale d’assurance-maladie a déterminé qu’en moyenne, une infirmière libérale génère environ 6.500€ brut de chiffre d’affaire par mois, mais elle devra effectuer beaucoup d’heures pour y arriver.

Aussi, les charges étant plus élevées pour les professions libérales que pour le travail salarié et la fonction publique, le salaire net sera nettement inférieur, il reste en moyenne 3.300€ de bénéfice mensuel.

Il faut ensuite déduire les impôts de la déclaration 2035 et l’impôt sur le revenu.

A noter qu’une infirmière libérale ne bénéficie pas de certaines avantages, comme par exemple, les congés payées.

2.2 Évolution professionnelle d’une Infirmière :

Pour une infirmière, les spécialités évoquées plus haut (IBODE, IPDE et IADE) représentent des évolutions professionnelles possibles pour les Infirmières « généralistes » (IDE).

Après plusieurs années d’expérience, quelle que soit sa spécialité, elle peut également évoluer vers un poste d’infirmière cadre de santé.

Un cadre de santé gère une équipe au sein d’une unité ou d’un service. Une infirmière peut ainsi devenir cadre de santé d’une équipe d’infirmières anesthésistes par exemple.

Comme nous l’avons évoqué, il lui est également possible de s’installer à son compte après deux années en milieu hospitalier, ce qui peut lui permettre de faire évoluer son salaire de manière significative.

Elle peut également décider de se diriger vers d’autres professions paramédicales ce qui nécessitera, dans certains cas, de suivre des formations complémentaires.

Infirmière dans une maison de retraite

3. Quels concours, études, diplômes, formations pour devenir Infirmier :

Il est obligatoire de détenir le Diplôme d’État d’Infirmier. Ce diplôme se prépare uniquement dans Les Instituts de Formation en Soins Infirmiers (IFSI). Ces établissements dépendent du ministère de la Santé. Il en existe 326 un peu partout en France.

La formation est accessible après un Baccalauréat et se prépare en trois années.

Il est possible de suivre le cursus en alternance en contrat d’apprentissage, dans ce cas, les frais de scolarité sont pris en charge par l’employeur et l’étudiant reçoit un salaire.

S’il n’y a pas de limite d’âge pour accéder à la formation, il n’est pas possible de la suivre en apprentissage après ses 26 ans.

3.1 Comment suivre la formation d’un IFSI :
3.2 Préparation au Diplôme d’État d’Infirmier :

3.1 Comment suivre la formation d’un IFSI :

L’entrée aux ISFI s’est faite sur concours jusqu’en 2018.

Depuis 2018 tous les élèves de terminale doivent utiliser la plateforme web ParcourSup pour exprimer leurs vœux de formation pour leurs études après le BAC.

En 2019, la procédure d’entrée aux ISFI est intégrée dans ParcourSup. La sélection se fera donc sur dossier, comme pour toutes les formations proposées sur ParcourSup et non plus par des épreuves écrites et orales.

Ce nouveau procédé concerne les étudiants, mais également les professionnels détenant un Baccalauréat désirant devenir infirmier. Les professionnels non-bacheliers ayant plusieurs années d’expérience pourront également s’inscrire sur ParcourSup, mais devront passer une étape de plus (une présélection) avant de pouvoir accéder à la formation.

Les aides-soignants et les auxiliaires de puériculture conserveront une voie d’accès spécifique au titre de la promotion professionnelle.

3.2 Préparation au Diplôme d’État d’Infirmier :

Une fois intégrés dans un ISFI, les étudiants suivront pendant trois ans des enseignements théoriques et des stages.

Les enseignements théoriques sont composés de 750 heures de cours magistraux, de 1.050 heures de travaux dirigés et 300 heures de travail personnel guidé.

La formation clinique (les stages) de 2.100 heures est répartie sur 7 stages : 1 stage par semestre puis deux stages le dernier semestre de la dernière année.

La formation est répartie en 6 unités d’enseignements :

UE 1: Sciences humaines et sociales et droit :

1.1- Psychologie, sociologie, anthropologie,
1.2- Santé publique et économie de la santé,
1.3- Législation, éthique, déontologie.

UE 2: Sciences biologiques et médicales :

2.1 – Biologie fondamentale,
2.2 – Cycles de la vie et grandes fonctions,
2.3 – Santé, maladie et accidents de la vie,
2.4 – Processus traumatiques,
2.5 – Processus inflammatoires et infectieux,
2.6 – Processus psychopathologiques,
2.7 – Défaillances organiques et processus dégénératifs,
2.8 – Processus obstructifs,
2.9 – Processus tumoraux,
2.10 – Infectiologie, hygiène,
2.11 – Pharmacologie et thérapeutiques.

UE 3 – Sciences et techniques infirmières, fondements et méthodes :

3.1 – Raisonnement et démarche clinique infirmière,
3.2 – Projet de soins infirmiers,
3.4 – Rôles infirmiers, organisation du travail et interprofessionnalité,
3.5 – Initiation à la démarche de recherche,
3.6 – Encadrement de professionnels de soins.

UE 4 – Sciences et techniques infirmières, Interventions :

4.1 – Soins de confort et de bien-être,
4.2 – Soins relationnels,
4.3 – Soins d’urgence,
4.4 – Thérapeutiques et contribution au diagnostic médical,
4.5 – Soins infirmiers et gestion des risques,
4.6 – Soins éducatifs et préventifs,
4.7 – Soins palliatifs et fin de vie,
4.8 – Qualité des soins, évaluation pratiques.

UE 5 – Intégration des savoirs et posture professionnelle infirmière :

5.1 – Accompagnement dans la réalisation des soins quotidiens,
5.2 – Évaluation d’une situation clinique,
5.3 – Communication, conduite de projet,
5.4 – Soins éducatifs, formation des professionnels,
5.5 – Mise en œuvre des thérapeutiques et coordination des soins,
5.6 – Analyse de la qualité et traitement des données scientifiques et professionnelles,
5.7 – UE optionnelle.

UE 6 – Méthodes de travail :

6.1 – Méthodes de travail et utilisation des TIC,
6.2 – Anglais professionnel.

Lorsque l’étudiant a obtenu son diplôme (sous réserve de la réussite au contrôle continu et d’épreuves finales, dont la soutenance d’un mémoire) il détient un niveau Bac+3, il peut par conséquent continuer ses études vers un Master puis un Doctorat.

Il peut également décider de suivre des formations de spécialisation en puériculture, en bloc opératoire ou en anesthésie.