Fiche Métier d’Assistant de Vie Scolaire (AVS)

L’assistant de vie scolaire accompagne les enfants handicapés ou en difficulté à l’école. Il les aide à avoir une scolarisation normale. Cette fiche métier vous donne toutes les informations pour devenir assistant de vie scolaire.

Assistant de vie scolaire

Synonymes et métiers associés : AESH, accompagnant éducatif et social, éducateur spécialisé, instituteur, EJE, moniteur éducateur, assistant de vie aux familles.
Niveau d’étude ou diplôme minimum : BAC ou équivalent.
Études en alternance : non.
Salaire débutant : SMIC.
Statut : salarié.
Limite d’âge pour le recrutement : 18 ans.

1. Que fait un Assistant de Vie Scolaire : missions, tâches et fonctions
2. Quel est le salaire d’un AVS, son évolution de carrière
3. Quels diplômes, études, formations, concours pour devenir AVS

1. Que fait un Assistant de Vie Scolaire : missions, tâches et fonctions

L’assistant de vie scolaire accompagne un ou plusieurs enfants handicapés ou en difficulté à l’école. Il peut travailler dans une école primaire, un collège ou un lycée. Son rôle est d’aider l’enfant à acquérir et à renforcer son autonomie à l’école, mais également de favoriser son intégration en classe et en dehors.

C’est la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) qui détermine les enfants pour qui cet accompagnement est nécessaire.

A noter : le statut d’AVS est en train d’être remplacé par celui d’AESH (Accompagnant d’Enfants en Situation de Handicap). Cela reste le même métier mais ce statut permet d’accéder à plus d’avantages (voir la partie 1.4 pour plus d’informations).

1.1 Quotidien d’un AVS

La journée d’un AVS débute souvent par l’organisation de celle-ci. Il se réunit si possible avec l’enseignant et l’éducateur ou l’aide-soignant. Ils parlent ensemble les leçons du jour, les difficultés des élèves, leurs progrès et l’organisation de la classe.

L’assistant de vie scolaire accompagne des enfants qui peuvent être dans une classe ULIS (Unité Localisée d’Intégration Scolaire). C’est une classe qui regroupe les élèves handicapés ou en grande difficulté scolaire, et dans laquelle l’enseignement et le programme sont plus adaptés.

Lorsqu’il ne travaille pas dans une classe ULIS, l’AVS s’occupe d’élèves en inclusion. Ce sont des élèves qui présentent des difficultés mais qui peuvent être inclus dans une classe normale. Dans ce cas, l’assistant de vie scolaire n’intervient que pour un certain nombre d’heures et dans certaines matières.

Entre 8 heures et 9 heures, les élèves rentrent en classe. En ULIS, l’AVS seconde activement l’enseignant puisque tous les élèves ont besoin d’un accompagnement approfondi. Il aide les élèves à comprendre leurs leçons et à faire leurs exercices. L’enseignant et lui peuvent même diviser la classe et s’occuper chacun d’un groupe.

A midi, l’assistant de vie scolaire mange avec les élèves qu’il accompagne. C’est un moment important pour que les enfants puissent gagner en autonomie et acquérir des automatismes. Se laver les mains, bien tenir ses couverts, couper sa viande, se servir de l’eau, etc. Certains enfants ont besoin d’être assistés pour ces gestes du quotidien, c’est donc le rôle de l’AVS de les aider à les réaliser.

Lorsque l’assistant de vie scolaire s’occupe d’un élève en inclusion, sa présence dans la classe est plus discrète. Il accomplit le même travail que dans une ULIS mais avec un ou deux élèves. En général, le professeur lui donne le cours en avance pour qu’il puisse aider au mieux ses élèves.

Sa mission d’AVS s’arrête à la sortie des classes, lorsqu’il accompagne les enfants au portail et s’assure qu’ils partent accompagnés (ou seuls s’ils en ont l’autorisation).

1.2 Tenue et équipement

Un assistant de vie scolaire n’a pas besoin de tenue ou d’équipement particulier. Il travaille en tenue de ville ou confortable. Pour accompagner les élèves, il peut avoir besoin de matériel scolaire qui est fournit par l’établissement.

1.3 Qualités essentielles, compétences nécessaires

Pour devenir AVS, patience, écoute et pédagogie sont des qualités indispensables. Comme il travaille avec des élèves ayant des difficultés pour l’apprentissage, et parfois des troubles du comportement, l’AVS doit aussi savoir se montrer compréhensif mais ferme.

D’un point de vue plus personnel, c’est un métier qui exige une grande implication afin d’encourager et d’accompagner au mieux son ou ses élèves. D’un autre côté, l’AVS doit se montrer prudent et ne pas trop s’attacher aux enfants dont il s’occupe. Cela pourrait affecter sa vie personnelle.

1.4 Débouchés, recrutement, où exercer ce métier

Pour postuler à un poste d’AVS il suffisait d’envoyer sa candidature (CV + lettre de motivation) à l’Inspection Académique. Lorsqu’un profil était retenu, le candidat passait un entretien à l’Inspection Académique, puis avec le chef d’établissement avant d’être embauché.

A l’heure actuelle, l’Éducation Nationale n’embauche plus d’AVS, mais uniquement des AESH (Accompagnants d’Enfants en Situation de Handicap). Pour rappel, les AESH effectuent le même métier que les AVS, mais n’ont pas le même statut que ces derniers.

Cette décision a été annoncée en janvier 2019 et mise en place au mois de juillet 2019. Avant cela, un AVS était embauché en CDD de 1 an renouvelable. Cependant, il n’avait pas le droit de travailler plus de 6 ans en tant qu’assistant de vie scolaire. Son contrat était un contrat de droit privé régi par le code du travail.

Un AESH en revanche, a un CDD de 3 ans renouvelable une fois avant de pouvoir accéder à un CDI. Son contrat est un contrat de droit public passé avec l’Éducation Nationale.

A noter que les AVS déjà en poste deviendront progressivement AESH.

1.5 Horaires, conditions et temps de travail

Un AVS est souvent recruté à temps partiel et peut s’occuper de plusieurs enfants. Par exemple, un enfant ayant besoin de 10h d’accompagnement par semaine et un autre ayant besoin de 12 heures par semaine.

Son travail commence travail un peu avant l’ouverture de la structure, vers 8h, et finit entre 16 heures et 18 heures, à l’heure de la sortie des classes. Des réunions s’ajoutent à leur planning assez fréquemment.

Tout comme les enfants, l’assistant de vie scolaire profite des vacances scolaires. Elles représentent 16 semaines sur l’année, ce qui est un avantage non négligeable.

Les conditions de travail sont convenables, mais les rapports avec les enfants peuvent être difficiles. Le métier d’AVS est cependant défini comme précaire, car il ne permet d’accéder qu’à des CDD, le plus souvent à temps partiel.

En revanche, les AESH sont de plus en plus embauchés en temps plein ou sur des contrats avec un plus gros volume d’heures, et obtiennent un CDI au bout de 6 ans.

2. Quel est le salaire d’un AVS, son évolution de carrière

Un AVS est rémunéré au SMIC horaire, pour un AVS qui a un contrat de 20 heures par semaines, cela correspond environ à 900€ brut par mois soit environ 700€ net.

Comme il a été dit précédemment, l’Éducation Nationale n’embauche plus d’assistants de vie scolaire. Ceux déjà en poste sont amenés à devenir AESH (Accompagnants d’Enfants en Situation de Handicap) qui pourront accéder à un CDI et à une meilleure rémunération avec des évolutions de salaires.

En terme de carrière, il n’existe pas vraiment d’évolution pour un AESH. Pour évoluer vers l’enseignement, il faudra qu’il passe par un cursus de formation classique.

Toutefois, un AVS ou AESH peut se reconvertir dans un autre métier du secteur social s’il détient le DEAES (Diplôme d’État d’Accompagnant Éducatif et Social) ou un diplôme équivalent. Avec ce diplôme il peut travailler dans les EHPAD (Établissements d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes) ou dans les services à la personne par exemple.

Si l’AVS ne détient pas ce diplôme, il peut l’obtenir, en partie ou entièrement, grâce à la VAE (Validation des Acquis de l’Expérience).

3. Quels diplômes, études, formations pour devenir AVS

Pour devenir AVS, il faut remplir une des ces trois conditions :

  • être titulaire du baccalauréat ou d’un niveau d’étude équivalent,
  • avoir obtenu un DEAES (Diplôme d’État d’Accompagnant Éducatif et Social) ou un diplôme professionnel dans le domaine de l’aide à la personne,
  • avoir travaillé 9 mois dans le domaine de l’accompagnement de personnes en situation de handicap.

3.1 Examen d’entrée en formation du DEAES

Avant d’entrer en formation, le candidat doit réussir un examen organisé par les organismes de formation, qui se compose d’une épreuve écrite et d’un entretien oral :

  • l’épreuve écrite est un questionnaire qui concerne l’actualité sociale. En obtenant la moyenne à ce test, le candidat peut passer l’entretien oral.
  • l’entretien oral vise à étudier le projet, les motivations et le parcours du candidat.

Après avoir réussi ces deux épreuves, le candidat peut suivre la formation d’accompagnant éducatif et social.

3.2 Formation DEAES

La formation se compose de 525 heures théoriques et de 840 heures de stage pratique sur une durée de 12 à 24 mois en fonction des organismes de formation.

L’élève doit choisir une des trois spécialités, qui sera enseignée tout au long de la formation parmi :

  • accompagnement de la vie à domicile,
  • accompagnement de la vie en structure collective,
  • accompagnement à l’éducation inclusive et à la vie ordinaire (option conseillée pour les AVS).

La formation s’organise ensuite autour de 4 domaines de formation :

  • se positionner comme un professionnel dans le champs de l’action sociale,
  • accompagner la personne au quotidien et dans la proximité,
  • coopérer avec l’ensemble des professionnels concernés,
  • participation à l’animation de la vie sociale et citoyenne de la personne.

L’étudiant effectuera plusieurs stages d’une durée variable en fonction des établissements. Ces stages, accompagnés du contrôle continu, servent à évaluer les compétences de l’élève.

C’est lorsqu’il a réussi ses examens finaux (écrits et oraux) que le candidat reçoit son DEAES, délivré par la Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale.

A noter que le DEAES est également accessible par la Validation des Acquis de l’Expérience (VAE).