Fiche Métier d’Accompagnant d’Élève en Situation d’Handicap (AESH)

Un accompagnant d’élèves en situation de handicap aide des enfants handicapés à suivre un cursus scolaire et à s’intégrer dans les établissements scolaires ordinaires ou dans des structures spécialisées. Cette fiche métier vous donne toutes les informations utiles pour devenir AESH.

AESH

Synonymes et métiers associés : Auxiliaire de Vie Scolaire (AVS), auxiliaire de vie sociale, Assistant de Vie aux Familles (ADVF), moniteur éducateur, éducateur spécialisé, éducateur de jeunes enfants.
Niveau d’étude ou diplôme minimum : BAC (ou équivalent), ou Diplôme d’État d’Accompagnement Éducatif et Social (DEAES) spécialité « accompagnement à l’éducation inclusive et à la vie ordinaire » (niveau CAP).
Études en alternance : non.
Salaire débutant : SMIC.
Statut : contractuel de droit public (CDD ou CDI) au sein de l’Éducation Nationale.
Limite d’âge pour le recrutement : 18 ans minimum.

1. Que fait un AESH : missions, tâches et fonctions
2. Quel est le salaire d’un AESH, son évolution de carrière
3. Quels diplômes, études, formations, concours pour devenir AESH

1. Que fait un AESH : missions, tâches et fonctions

Un AESH prend en charge un ou plusieurs enfants handicapés. Il facilite et participe à leur autonomie dans les activités d’apprentissage et de loisirs. Il intervient donc sur le temps scolaire (écoles primaires, collèges et lycées ordinaires) et sur le temps périscolaire (cantine, garderie, sorties et activités).

Il peut également intervenir dans une Unité Localisée pour l’Inclusion Scolaire (ULIS-école, ULIS-collège, ULIS-lycée). Ces unités accueillent des élèves dont le handicap ne permet pas d’envisager une scolarisation dans une classe ordinaire.

Les enfants qui bénéficient d’un AESH ont été reconnus en situation de handicap par la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH).

Quelle est la différence entre un AVS et AESH ?

Dans les faits, les missions et les tâches de ces 2 professionnels sont exactement les mêmes. Seuls leur statut et leur mode de recrutement varient. Le statut d’AVS existe depuis 2005. Ces professionnels étaient recrutés au moyen de contrats aidés. Le statut d’AESH quant à lui, a été créé en 2014 pour professionnaliser le métier. Depuis les 2 statuts cohabitent, mais depuis le mois de juillet 2019, plus aucun AVS en contrat aidé n’a été recruté. Tous ceux qui sont déjà en poste deviendront à terme des AEHS.

1.1 Quotidien d’un accompagnant d’élèves en situation de handicap

Les AEHS ont 3 missions principales qui rythment leur journée de travail :

  • Accompagner l’élève au quotidien :

Il aide l’élève dont il s’occupe à effectuer les actes de la vie quotidienne : se déplacer, aller aux toilettes, se laver les mains, porter ses affaires, manger à la cantine, prendre ses médicaments, etc. Lorsqu’il le peut, L’AESH essaye de rendre l’élève plus autonome en lui apprenant à réaliser ces gestes par lui-même. Si l’enfant n’y arrive pas, l’accompagnant le fera à sa place. Il s’assure également de sa sécurité et de son confort.

  • Aider l’élève à accéder aux activités d’apprentissage :

L’AESH reste auprès de l’élève pendant la classe et l’aide à participer aux activités. Il l’aide à installer son matériel, à comprendre les consignes, à écrire ou à communiquer à l’oral, à réaliser ses exercices et à assimiler les connaissances. Il travaille en collaboration avec l’enseignant qui lui donne généralement accès aux cours avant la classe pour qu’il puisse préparer des supports pédagogiques adaptés.

  • Soutenir et encourager l’élève à sociabiliser :

Il aide l’enfant à créer des relations et à interagir avec les autres élèves et les enseignants. Il définit les activités périscolaires adaptées à ses capacités, l’accompagne dans ces activités, lui rappelle les règles et l’aide à participer. Il est également chargé de sensibiliser les autres élèves et les professeurs sur le handicap.

Pour accompagner au mieux l’enfant, l’AESH passe également du temps à se former, à participer à des échanges professionnels, des réunions de concertation, à rencontrer la famille et à chercher des outils pédagogiques.

1.2 Tenue et équipement

Un accompagnant n’a pas de tenue vestimentaire particulière. Il est généralement habillé en tenue de ville, suffisamment confortable pour ne pas être gêné dans ses tâches quotidiennes. Tous les équipements pédagogiques nécessaires sont fournis par l’établissement scolaire.

1.3 Qualités essentielles, compétences nécessaires

La patience, la compassion et l’écoute sont des qualités indispensables pour créer un véritable lien de confiance avec l’enfant et l’accompagner au mieux.

L’accompagnant doit également avoir des notions de pédagogie et utiliser des méthodes qui ont prouvé leur efficacité pour aider l’enfant à se développer. Il doit savoir tenir compte des besoins et des étapes de développement de l’enfant.

Il doit être psychologiquement et émotionnellement stable pour faire face à certaines situations difficiles et éprouvantes.

1.4 Débouchés, recrutement, où exercer ce métier

Les besoins d’accompagnants sont en constante augmentation. L’Éducation Nationale a accueilli 23.500 élèves handicapés supplémentaires en 2019-2020 par rapport à l’année précédente et de nombreux recrutements sont prévus pour combler ces besoins. Cependant, il faut rappeler que le métier connaît une certaine précarité puisqu’une grande partie des AESH est recrutée à mi-temps et en CDD les 6 premières années.

Les rectorats d’académie sont chargés du recrutement, mais beaucoup délèguent le processus à l’Inspecteur d’académie. Le candidat doit donc envoyer sa candidature (CV + lettre de motivation) aux Directions des Services Départementaux de l’Éducation Nationale (DSDEN) de son département.

Si sa candidature est retenue après l’entretien d’embauche, il est recruté avec un CDD de 3 ans, renouvelable une fois. Si son contrat est reconduit, il pourra ensuite obtenir un CDI.

Après son recrutement, il est d’abord affecté dans l’un des Pôles Inclusifs d’Accompagnement Localisés (PIAL) de son département. Cette structure a été testée en 2018 puis généralisée en 2019.

Chaque PIAL s’occupe d’un regroupement d’écoles. Le responsable du PIAL détermine les emplois du temps des AESH et le temps qu’ils vont consacrer à chaque élève dont ils auront la charge. Ses élèves peuvent se trouver dans plusieurs établissements différents. Avant cette réorganisation, un AESH ne pouvait être rattaché qu’à un seul établissement.

Les accompagnants peuvent intervenir dans plusieurs types de structures :

  • les Unités Localisées pour l’Inclusion Scolaire (Ulis),
  • les structures d’accueil de la petite enfance,
  • les lycées, collèges et établissements d’éducation spéciale ou d’alternance,
  • les lieux d’activités culturelles, sportives, artistiques et de loisirs,
  • les lieux de stages,
  • les dispositifs d’accueil collectifs pour la scolarisation des élèves en situation de handicap,
  • les établissements d’enseignement privés sous contrat.

Les accompagnants exercent sous l’autorité administrative des chefs d’établissement et sous l’autorité éducative et pédagogique de l’enseignant de la classe.

1.5 Horaires, conditions et temps de travail

Jusqu’ici, beaucoup d’AESH et d’AVS étaient recrutés en temps partiel, mais le volume d’heures tend à augmenter. Un accompagnant bénéficie de toutes les vacances scolaires pendant lesquelles il continue d’être payé. Mais il doit prendre ses 5 semaines de congés annuels pendant les vacances scolaires.

En plus du nombre d’heures inscrit sur son contrat, il fait souvent des heures supplémentaires, appelées « heures invisibles » dans le métier. Ces heures correspondent au temps qu’il accomplit en dehors de son temps de présence avec l’enfant (réunion, préparation du matériel pédagogique, etc.) et qui n’est pas rémunéré.

Enfant AESH

2. Quel est le salaire d’un AESH, son évolution de carrière

Les AEHS sont rémunérés au SMIC, soit 1.520€ brut par mois ou environ 1.240€ net lorsqu’ils travaillent à temps complet.

Leur rémunération évolue avec l’expérience, mais ne dépasse généralement pas les 1.700€ brut, soit environ 1.390€ net. La rémunération des accompagnants à temps partiel est calculée proportionnellement aux heures travaillées.

En tant qu’agents contractuels de la fonction publique, ils pourront recevoir certaines primes et indemnités de la fonction publique en supplément de leur revenu de base.

Les AESH pourront compléter leur formation s’ils souhaitent évoluer vers d’autres métiers du domaine socio-éducatif : travailleur social, éducateur spécialisé, animateur, moniteur éducateur, etc..

A noter : vous pouvez aussi consulter notre article spécial sur le salaire d’un AESH.

3. Quels diplômes, études, formations, concours pour devenir AESH

Pour exercer le métier d’AESH, il existe 3 possibilités :

  • Avoir un baccalauréat ou un diplôme équivalent de niveau IV,
  • Obtenir le Diplôme d’État d’Accompagnement Éducatif et Social (DEAES) option inclusion,
  • Avoir travaillé pendant au moins 9 mois dans les domaines de l’accompagnement des personnes en situation de handicap (ex-AVS).

Diplôme d’État d’Accompagnement Éducatif et Social (DEAES)

Créé en 2016, le DEAES, est un diplôme de niveau V (CAP). Il permet de former toutes les personnes souhaitant accompagner les personnes en situation de handicap, dont les AESH. La formation est composée d’un tronc commun et de 3 spécialités.

Le futur AESH devra choisir la 3ème spécialisation :

  • Accompagnement de la vie à domicile,
  • Accompagnement de la vie en structure collective,
  • Accompagnement à l’éducation inclusive et à la vie ordinaire.

Épreuves d’admission au DEAES

  • 1 épreuve écrite d’admissibilité (1h30) : questionnaire de 10 questions sur l’actualité sociale,
  • 1 épreuve orale d’admission (30 min) : un entretien oral portant sur la motivation du candidat. Il devra remplir un document préalablement à cet entretien.

Contenu de la formation DEAES

La formation peut être suivie sur 1 à 2 ans. Elle est composée de 840 heures de formation pratique et de 525 heures de formation théorique, dont 378 heures pour le tronc commun et 147 heures pour la spécialité.

La formation pratique (24 semaines) se déroule sur 2 ou 3 stages. La formation théorique est découpée en 4 domaines de compétences :

  • Se positionner comme professionnel dans le champ de l’action sociale : 126 h d’enseignement commun + 14h d’enseignement de spécialité.
  • Accompagner la personne au quotidien et dans la proximité : 98 h d’enseignement commun + 63 h d’enseignement de spécialité.
  • Coopérer avec l’ensemble des professionnels concernés : 63 h d’enseignement commun + 28 h d’enseignement de spécialité.
  • Participer à l’animation de la vie sociale et citoyenne de la personne : 70 h d’enseignement commun + 42 h d’enseignement de spécialité.

Au cours de la formation, l’élève devra valider ces 4 domaines de compétences au moyen de contrôles réguliers. Il doit obtenir une note moyenne de 10/20 dans chaque domaine.

Les titulaires d’une spécialité souhaitant en obtenir une seconde bénéficieront d’un programme de formation allégée : 147 h de formation théorique + 175h de formation pratique sur la spécialité choisie.

Il est également possible d’obtenir le DEAES au moyen de la Validation des Acquis de l’Expérience (VAE).

À noter : le DEAES a fusionné avec le Diplôme d’État d’Auxiliaire de Vie Sociale (DEAVS) et le Diplôme d’État d’Aide Médico-Psychologique (DEAMP).

Les anciens titulaires du DEAVS obtiendront de droit le DEAES, mention « accompagnement de la vie à domicile » et les anciens titulaires du DEAMP obtiendront de droit la mention « accompagnement de la vie en structure collective ».

S’ils souhaitent acquérir une autre spécialisation, ils n’auront pas à passer les 2 épreuves d’admission et bénéficieront d’un allègement de formation.