Quel est le salaire d’un Accompagnant d’Élèves en Situation de Handicap (AESH) et son évolution de carrière

La mission d’un Accompagnant d’Élèves en Situation de Handicap (AESH) est d’aider des enfants en difficulté à suivre leurs cours et à s’intégrer dans une école. Mais quel salaire touche-t-il pour faire son métier? Comment peut-il évoluer au cours de sa carrière?

AESH

1. Combien gagne un AESH, rémunération, primes ?
2 Évolution professionnelle d’un AESH ?

1. Combien gagne un AESH, rémunération, primes ?

Les AEHS sont recrutés sous contrat de droit public. Ils ne sont donc pas des fonctionnaires. Malgré tout, les établissements rémunèrent leurs agents en suivant une grille de rémunération officielle définie de la même manière que pour les fonctionnaires.

La carrière d’un AESH est composée de 8 échelons, chacun correspondant à un indice de rémunération. Pour un temps complet, la rémunération de l’AESH varie de 1.520€ brut par mois (environ 1.240€ net) au 1er échelon à 1.700€ brut par mois (environ 1.390€ net) au 8ème échelon.

Un Accompagnant d’Élèves en Situation de Handicap est donc rémunéré au SMIC à ses débuts et son salaire n’évolue que très peu tout au long de sa carrière.

Le mode de calcul de la rémunération pour un contrat à temps incomplet est plus compliqué. Mais on peut estimer qu’avec un contrat de 24 heures par semaine, un AESH à l’échelon 1 gagnera environ 900€ brut par mois, soit 740€ net.

En tant qu’agent contractuel de la fonction publique, un accompagnant bénéficie également d’un certain nombre de primes et d’indemnités :

  • L’Indemnité de Résidence (IR) :

Elle est attribuée en fonction de la zone dans laquelle est classée la commune où il travaille. La France est découpée en 3 zones. Pour chaque zone, un pourcentage du revenu de base est attribué :

– Zone 1, taux à 3%,
– Zone 2, taux à 1%,
– Zone 3, taux à 0%.

  • Le Supplément Familial de Traitement (SFT) :

Il est calculé en fonction du nombre d’enfants que l’agent a à sa charge :

– 1 enfant : 2,29€ brut par mois,
– 2 enfants : 10,67€ brut + 3% du revenu de base brut,
– 3 enfants : 15,24€ brut + 8% du revenu de base brut.

Pour chaque enfant supplémentaire : 4,57€ + 6% du revenu de base brut.

  • L’Indemnité pour Frais de Transport des Personnes (IFTP) :

Elle permet le remboursement des frais de transport domicile/lieu de travail. La moitié du prix des abonnements aux transports en commun est pris en charge par l’employeur.

Contrairement aux salariés du privé, les contractuels de la fonction publique n’ont pas le droit à une indemnité de fin de contrat (prime de précarité) à l’issue de leur CDD lorsqu’il n’est pas renouvelé. Une mesure votée en 2019 prévoit son application à partir de janvier 2021.

2. Évolution professionnelle d’un AESH ?

L’évolution au sein du même corps de métier est très limitée. Le passage à un échelon supérieur n’est pas automatique. Il est revu à chaque nouveau contrat, soit tous les 3 ans lorsque l’agent est en CDD. Même aux échelons supérieurs, il n’existe pas de positions d’encadrement ou de postes à responsabilité. S’il veut évoluer, l’AESH devra donc s’orienter vers d’autres métiers du domaine social et éducatif, comme éducateur spécialisé, moniteur éducateur, ou encore éducateur de jeunes enfants.

Ces métiers sont mieux rémunérés, mais l’accompagnant devra compléter sa formation pour les exercer.

Pour exercer, un AESH doit avoir le BAC ou le Diplôme d’État d’Accompagnement Éducatif et Social (DEAES), mention Accompagnement à l’éducation inclusive et à la vie ordinaire.

Grâce à la fusion de ce diplôme avec le Diplôme d’État d’Aide Médico-Psychologique (DEAMP) et le Diplôme d’État d’Auxiliaire de Vie Sociale (DEAVS), l’accompagnant ayant obtenu son diplôme bénéficie d’une formation allégée s’il souhaite suivre l’une des 2 autres spécialités :

  • Accompagnement de la vie à domicile,
  • Accompagnement de la vie en structure collective.

Il pourra ainsi évoluer vers d’autres métiers de l’aide à la personne : Aide médico-psychologique ou Auxiliaire de vie sociale.