Fiche Métier d’EJE Educateur de Jeunes Enfants

L’Éducateur ou Éducatrice de Jeunes Enfants (EJE) participe à l’épanouissement et au bon développement d’enfants âgés de 0 à 7 ans au sein d’une structure d’accueil. Cette fiche métier vous donne toutes les informations utiles pour devenir éducateur de jeunes enfants.

Éducateur de jeunes enfants

Synonymes et métiers associés : éducateur principal de jeunes enfants, éducateur chef de jeunes enfants, précepteur, pédagogue, moniteur-éducateur, auxiliaire de puériculture, éduc spé, aide-éducateur, animateur jeunesse, éducateur sportif, professeur des écoles, assistante de vie scolaire, accompagnateur d’élèves handicapés.
Niveau d’études ou diplômes requis : BAC ou équivalent (voir partie 3).
Études en alternance : oui.
Salaire débutant : 1430€ net.
Statut : fonctionnaire d’État de catégorie B de la filière médico-sociale, ou contractuel, ou salarié.
Limite d’âge pour le recrutement : aucune.

1. Que fait l’Éducateur de Jeunes Enfants : missions, tâches et fonctions
2. Quel est le salaire d’un Éducateur de jeunes Enfants, son évolution de carrière
3. Quels concours, études, formations, diplôme pour devenir EJE

1. Que fait l’Éducateur de Jeunes Enfants : missions, tâches et fonctions

1.1 Quotidien d’un Éducateur de Jeunes Enfants

Une partie de l’équipe d’éducateurs de jeunes enfants arrive dans le centre d’accueil (crèche, jardin d’enfants, multi-accueil…) vers 7h30, avant les enfants et leurs parents. C’est le moment de préparer l’espace, les tables à langer, les jeux, les tapis etc. Vers 8h00 du matin, lorsque les parents accompagnent les enfants au centre, l’EJE les accueille : il a un rôle de médiateur entre l’enfant et ses parents, c’est pourquoi il prend le temps d’accompagner, de valoriser et de soutenir les compétences parentales (conseiller, rassurer, prévenir…).

A leur arrivée, des jeux libres sont à disposition des enfants afin qu’ils se sentent à l’aise dans les lieux. L’EJE doit aider au développement global de l’enfant et faire en sorte qu’il s’adapte aux différents milieux de vie qu’il rencontre (famille, école, loisirs…).

Aux alentours de 9h30, les éducateurs regroupent les enfants autour d’une collation (fruit, laitage, biscuit…).

Commence alors un temps d’activité guidé par l’éducateur : activités motrices (cerceaux, parcours, ballons…) ou manuelles (peinture, dessin, argile…), l’important est de valoriser les compétences de l’enfant en l’ouvrant sur le monde, la culture, l’autre et l’estime de soi. Pour ce faire, l’équipe d’EJE peut décider de faire venir des intervenants extérieurs afin d’enrichir leur programme d’activités : conteur, jongleur, musicien… Toutes les disciplines qui constituent un moyen d’expression et de médiation entre l’enfant et le monde peuvent être utilisées.

Avant le repas, l’éducateur de jeunes enfants organise des activités qui mettent l’enfant dans une situation de calme. La lecture ou encore les chants collectifs sont parfaits pour cela. Il n’est pas question, comme pour un enseignant, de rentrer dans l’apprentissage complexe de la lecture mais simplement de stimuler l’éveil culturel, artistique de l’enfant et d’attiser sa curiosité avec des activités.

Après ce temps d’activités, l’EJE conduit les enfants aux toilettes. C’est l’occasion de leur apprendre l’autonomie : se laver les mains, attendre son tour, patienter dans le calme…

Vers 11h45, c’est l’heure du repas. L’éducateur prend le temps d’aider chaque enfant. Il leur montre comment manger seul.

Après le repas, des jeux libres permettent aux EJE de terminer le change des petits avant la sieste.

De 12h30 à 14h30, la sieste permet aux éducs de préparer les activités de l’après-midi. Mais avant ils rassurent les enfants et les aident à s’endormir.

L’après-midi, des activités motrices et manuelles sont de nouveau organisées, suivies d’un temps de pause tous ensemble autour d’un goûter.

La journée se termine par des jeux libres afin que les enfants puissent retrouver leurs parents sans couper une activité. Avant son départ, chaque enfant est changé si nécessaire. Ainsi se termine une journée type d’un éducateur EJE.

Les centres d’accueil de jeunes enfants, au sein desquels travaillent les EJE, construisent de véritables projets socio-éducatifs avec une équipe composée de professionnels de différents horizons (sanitaire, social, éducation nationale…).

Dans les structures préventives comme les lieux d’accueil parents / enfants, le métier d’éducateur contribue aux premiers liens d’attachement au sein de la famille. Pour cela, ils organisent des activités qui réunissent les parents et les enfants pour créer une véritable complicité entre eux.

Dans le milieu hospitalier, l’EJE travaille comme un intervenant : il est invité sur des plages horaires de quelques heures, à mettre en place, dans des salles dédiées de l’hôpital, des jeux qui permettent à l’enfant d’oublier qui est malade. L’éducateur de jeunes enfants peut également intervenir individuellement dans une chambre au cours des soins, pour que l’enfant se concentre sur une lecture plutôt que sur la douleur.

1.2 Tenue et équipement

L’EJE travaille en tenue de ville. Il doit simplement veiller à ce que ses vêtement soient pratiques et confortables pour pouvoir interagir avec les enfants (se baisser, les porter, courir, etc.).

Pour mener ses activités, l’éducateur peut se servir de tout ce qu’il a sous la main, comme des livres, de la peinture, des jouets, des craies, des parcours de motricité. Il peut aussi construire des projets basés sur la récupération par exemple, avec des pots de yaourts, des boîtes de camembert, etc.

Il doit également avoir les équipements d’hygiène nécessaires pour les enfants. Il doit pouvoir assurer le change et la toilette des enfants.

1.3 Qualité essentielles, compétences nécessaires

L’éducateur de jeunes enfants doit faire preuve d’écoute, d’empathie, de patience, d’optimisme, de capacités d’analyse et de disponibilité. Il lui faut également être créatif (élaboration de jeux…) et organisé. L’EJE doit être responsable, savoir se remettre en question, s’adapter à de nombreuses situations et être endurant, aussi bien physiquement que nerveusement.

1.4 Débouchés, recrutement, où exercer ce métier

L’éducateur de jeunes enfants travaille principalement dans la fonction publique, que ce soit au sein de :

  • structures préventives : Protection Maternelle et Infantile (PMI), centres maternels, lieux d’accueil enfants / parents…,
  • structures d’accueil de la petite enfance : crèches, Relais d’Assistance Maternelle (RAM), jardins d’enfants…,
  • structures du secteur sanitaire : services hospitaliers…,
  • structures médico-sociales : Centre d’Action Médico-Sociale Précoce (CAMSP), Centre Médico-Psycho-Pédagogique (CMPP) etc.

Mais il peut aussi décider d’exercer son emploi dans le secteur privé : maisons d’enfant à caractère social, Action Éducative en Milieu Ouvert (AEMO), Service d’Éducation Spéciale et de Soins à Domicile (SESSAD), école maternelle privée et tout endroit accueillant de jeunes enfants.

1.5 Horaires, conditions et temps de travail

Les conditions de travail de l’éducateur de jeunes enfants le conduisent à travailler selon une plage horaire large, qui va de 7h30 à 18h30 en moyenne. L’équipe d’EJE effectue généralement un roulement pour que ce ne soit pas toujours le même éduc qui fasse l’ouverture ou la fermeture de l’établissement.

Lorsque l’EJE est employé dans des structures du secteur sanitaire ou médico-social, il est amené à travailler certains week-ends. En effet, les enfants malades ou en situations de handicap demandent un soin particulier et quotidien.

La profession compte une très grande majorité de femmes, mais il est tout à fait possible pour un homme d’exercer ce métier.

EJE bébé

2. Quel est le salaire d’un EJE, et son évolution de salaire

2.1 Combien gagne un Éducateur de Jeunes Enfants

En début de carrière, l’éducateur de jeunes enfants fonctionnaire d’État gagne 1430€ net environ. En fin de carrière, son salaire est de 2.100€ net par mois en moyenne. mais il faut rajouter les primes et indemnités diverses.

Mais l’EJE peut gagner plus en exerçant son métier dans des structures privées comme le secteur privé associatif, les services d’aide à domicile ou encore le secteur médico-social privé. L’éducateur de jeunes enfant salarié dans le privé gagne en moyenne 200€ net de plus que l’EJE qui travaille dans la fonction publique. Cependant, cet écart de salaire est compensé par les avantages en nature octroyés dans le public (jour enfant malade…).

2.2 Quelle évolution de carrière pour un EJE

Enfin, les EJE peuvent décider de suivre une formation supérieure qui les conduira à des postes à responsabilités : Certificat d’Aptitude aux Fonctions d’Encadrement et de Responsable d’Unité d’Intervention Sociale (CAFERUIS), Certificat d’Aptitude aux Fonctions de Directeur d’Établissement ou de Service d’Intervention Sociale (CAFDES), Diplôme d’État d’Ingénieur Social (DEIS) etc.

S’il souhaite changer de public en restant dans le secteur social, l’EJE peut bénéficier d’allègements de formations pour passer un autre diplôme de travail social. C’est le cas pour le Diplôme d’État d’Éducateur Spécialisé (DEES) par exemple.

Éducatrice de Jeunes Enfants

3. Quels concours, études, formations, diplômes pour devenir EJE

Pour accéder au métier d’éducateur de jeunes enfants, il faut réussir le concours d’entrée dans l’une des écoles agréées par le Ministère du travail puis obtenir le Diplôme d’État d’Éducateur de Jeunes Enfants (DEEJE) en validant un concours externe.

Pour suivre la formation qui prépare au DEEJE, le candidat doit être titulaire, au choix :

  • du baccalauréat,
  • d’un Diplôme d’Accès aux Études Universitaires (DAEU),
  • d’un diplôme de travail social ou du secteur paramédical (niveau IV au minimum),
  • d’un diplôme de la petite enfance et de 3 ans d’expérience dans ce domaine (auxiliaire de puériculture, certificat d’aptitude professionnelle « petite enfance », certificat d’aptitude aux fonctions d’aide médico-psychologique, du diplôme d’état d’auxiliaire de vie sociale).

Les candidats qui n’ont aucun de ces diplômes peuvent se présenter aux épreuves d’admission s’ils ont réussi l’examen de niveau organisé par les Directions Régionales de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale (DRJSCS).

3.1 Concours d’entrée dans une école agréée et formation d’EJE

Le concours se déroule en deux étapes :

  • une épreuve de culture générale de 3 à 4 heures (rédaction ou analyse de texte),
  • une épreuve orale qui se compose de deux oraux de 30 minutes chacun (un oral professionnel individuel et/ou en groupe, un entretien avec un psychologue).

Ces épreuves ont lieu au cours du mois de juin mais il est conseillé de s’y inscrire dès le mois d’octobre.

Une fois le concours d’entrée validé, la formation en école dure 3 ans au cours desquelles l’étudiant alterne entre cours théoriques et stages pratiques (60 semaines).

A la fin de ces 3 années de formation, l’étudiant obtient le Diplôme d’État d’Éducateur de Jeunes Enfants (DEEJE). Le diplômé peut ensuite commencer à chercher du travail dans le privé ou passer un concours de la fonction publique.

À noter : Le DEEJE est accessible par la Validation des Acquis de l’Expérience (VAE).

3.2 Concours externe EJE

Après l’obtention de son diplôme, le candidat peut passer le concours externe d’éducateur de jeunes enfants pour rentrer dans la fonction publique. Il se compose de deux épreuves : une d’admissibilité et une d’admission.

L’épreuve d’admissibilité du concours externe est une épreuve d’analyse argumentée de documents (3 heures). Si le candidat obtient une note égale ou supérieure à 10/20, il peut passer l’épreuve orale d’admission composée d’un entretien avec un jury (un formateur et un professionnel en travail social) et d’une analyse de situation socio-éducative.

Cet entretien s’appuie également sur le document « Argumentation du projet de formation professionnelle » préparé à domicile par le candidat préalablement à l’entretien. Le candidat a droit à 30 minutes de préparation puis l’entretien avec le jury dure 40 minutes.

S’il a réussi le concours, le candidat devient alors éducateur de jeunes enfants dans une structure de la fonction publique. Il est stagiaire pendant un an avant d’être titularisé (statut de fonctionnaire).