Fiche Métier de Webmaster

Un, ou une, webmaster se charge de la conception et de l’entretien des sites internet. Ses nombreuses compétences lui ont permis de devenir un incontournable des métiers du web. Retrouvez toutes les informations utiles pour devenir webmaster dans cette fiche métier.

Webmaster Freelance

Synonymes et métiers associés : webmestre, éditeur de sites internet, développeur web, web designer, graphiste, rédacteur web, infographiste, codeur, chef de projet web, référenceur seo, community manager.
Niveau d’étude ou diplôme minimum : aucun.
Études en alternance : oui.
Salaire débutant : entre 1.600€ et 2.000€ net par mois.
Statut : salarié, indépendant.
Limite d’âge pour le recrutement : 18 ans.

1. Que fait un Webmaster : missions, tâches et fonctions
2. Quel est le salaire d’un Webmaster, son évolution de carrière
3. Quels diplômes, études, formations pour devenir Webmaster

1. Que fait un Webmaster : missions, tâches et fonctions

1.1 Quotidien d’un créateur de sites web

Pour créer un site, le webmaster doit d’abord penser à l’arborescence (sa structure) de celui-ci, à son objectif (vente en ligne, informatif, événement…) et comment il va pouvoir le mettre en valeur. Il doit aussi réfléchir au design et à l’ergonomie tout en prenant en compte les contraintes et difficultés auxquelles il va devoir faire face.

Une fois qu’il a une idée assez précise de ce qu’il souhaite faire, et en accord avec le client, il peut commencer à concevoir le site : développer l’interface et les fonctionnalités, insérer des animations, réserver le nom de domaine, héberger le site, le mettre en ligne…

Une fois que le site est mis en ligne, le webmaster en assure la maintenance en cas de problème technique ou de mise à jour nécessaire et peut également effectuer des modifications à la demande du client.

En fonction de son statut et de son environnement de travail, son quotidien sera différent :

  • Un webmaster salarié dans une agence web travaille souvent en équipe sous la responsabilité d’un chef de projet web. Sa mission se concentre donc sur la réalisation d’un site en suivant un cahier des charges. Les autres membres de son équipe (commercial, graphiste, web designer, rédacteur web, référenceur…) s’occupent des autres étapes du projet.
  • Un webmaster freelance (à son compte) travaille seul, son travail consiste souvent à s’occuper d’un projet de A à Z. Il doit trouver un client, prendre un rendez-vous, envoyer un devis / une facture, envoyer une ou plusieurs maquettes du projet, le concevoir…Il peut aussi proposer des prestations complémentaires comme de la rédaction web, de la communication (web marketing), du graphisme (création du logo, de l’identité du site, des maquettes) ou du référencement pour que le site grimpe dans les résultats des moteurs de recherches…

    Le freelance touche à tout : à la fois chef d’entreprise, secrétaire, commercial, webmaster, graphiste, rédacteur, web marketer, intégrateur et référenceur. Il peut choisir les prestations qu’il propose, se spécialiser et négocier ses tarifs.

  • Un webmaster peut aussi être employé à plein temps par une entreprise afin de gérer son / ses site(s) web. En fonction de la taille de l’entreprise et des ressources attribuées au projet web, il peut travailler seul voire en petite équipe, ou sous la responsabilité d’un chef de projet, aux côtés d’une équipe plus importante.Dans le premier cas, il a souvent plus de responsabilités. Ses missions se rapprochent de celles d’un freelance qui n’aurait qu’un seul client, la gestion d’entreprise et de clientèle mise à part. Dans le second cas, il travaille dans une configuration semblable à celle d’une agence web et se concentre sur la réalisation et l’entretien du / des site(s) de son entreprise.
  • Un webmaster peut aussi créer des sites internet pour lui même, en les gérant pour son compte. Pour gagner sa vie, il peut vendre des produits (physiques ou virtuels), ou conclure des partenariats (affiliation). Dans ce cas, on appellera le webmaster : éditeur de sites web.

1.2 Tenue et équipement

Le webmaster travaille le plus souvent en tenue de ville. Pour ce qui est de son équipement, il n’a besoin que de son ordinateur, mais celui-ci doit être équipé de certains logiciels.

Il doit avoir un serveur virtuel, qui lui permet d’installer un CMS (WordPress le plus souvent) et un éditeur de texte qui lui sert à coder. Pour le visuel, les logiciels les plus utilisés sont PhotoShop pour la retouche d’images et Adobe Flash ou Dreamweaver pour les animations. Le reste de ses outils sont le plus souvent disponibles sur internet.

1.3 Qualités essentielles, compétences nécessaires

La qualité la plus importante pour un webmaster est la polyvalence. En effet il doit avoir des compétences web très diverses qui font de lui un véritable couteau-suisse. Il doit aussi être rigoureux, créatif et avoir le sens du détail pour que les sites de ses clients correspondent le plus possible à leurs exigences.

La passion et l’intérêt pour le numérique sont des pré-requis pour devenir webmaster. Le domaine du digital étant en constante évolution, le webmaster doit se former en continue et s’intéresser aux améliorations, nouveaux logiciels et nouveaux outils disponibles.

Son métier demande également du travail « de veille » et d’entretien. Il doit donc être organisé et bien gérer son temps de travail pour répondre aux besoins de tous ses clients.

Au niveau des compétences, le webmaster doit avoir des bases en web marketing et en gestion de projet. Il maîtrise le langage HTML, le CSS et au moins un CMS, WordPress étant le plus utilisé. Des bases en Java Script et en PHP lui seront également utiles dans son métier.

1.4 Débouchés, recrutement, où exercer ce métier

Les métiers digitaux se portent bien et les offres sont nombreuses. Le webmaster peut travailler dans une agence de stratégie digitale, une agence de communication ou une agence web. Il peut aussi travailler pour une seule entreprise et ne s’occuper que de leur site.

Toutefois, de nombreux webmasters exercent en tant que freelance avec un statut de micro-entrepreneur le plus souvent. Dans ce cas, le webmaster travaille soit depuis chez lui, depuis un local qu’il loue, ou bien depuis un espace de co-working.

Pour un micro-entrepreneur, les débouchés sont bons car, même s’il y a de la concurrence, les clients sont nombreux. Pour trouver ses  futurs clients, le webmaster peut se servir de son réseau et des réseaux sociaux ou bien s’inscrire sur des plateformes de mise en relation entre clients et freelances. Certaines agences font également appel à des webmasters freelance.

1.5 Horaires, conditions et temps de travail

Un webmaster salarié a généralement des horaires de bureau classiques : de 8h/9h jusqu’à 18h/19h, mais il effectue souvent des heures supplémentaires pour pouvoir rendre ses projets dans les délais.

Un webmaster freelance quant à lui, est libre de gérer son temps comme il le souhaite. Il peut choisir de travailler uniquement l’après-midi, ou 3 jours plein par semaine par exemple. Mais, tout comme le salarié, il doit respecter les délais sur lesquels il s’est engagé.

En plus de son travail de webmaster, le freelance doit gérer son entreprise (comptabilité, communication, planning…) et trouver de nouveaux clients. En début de carrière, il ne compte généralement pas ses heures.

Les conditions de travail sont bonnes même si certains délais peuvent être difficiles à respecter. La plupart des webmaster salarié sont embauchés en CDI et à temps plein.

Webmaster en agence web

2. Quel est le salaire d’un Webmaster, son évolution de carrière

Un webmaster salarié débutant touche entre 25.000€ et 34.000€ brut par an, ce qui équivaut à environ 2.083€ et 2.833€ brut par mois (1.625€ à 2.210€ net).

Un webmaster expérimenté gagne généralement entre 40.000€ et 55.000€ brut par an, soit environ 3.330€ et 4.583€ brut par mois (2.597€ et 3.575€ net).

La rémunération des webmaster freelance est plus difficile à estimer puisqu’elle varie d’un professionnel à l’autre. Les premiers mois d’activité peuvent ne rapporter que quelques centaines d’euros, mais un webmaster freelance avec de l’expérience gagne généralement plus qu’un salarié. Bien sûr il doit prendre en compte ses cotisations et le coût d’investissement (matériel, logiciels…).

En ce qui concerne l’évolution de carrière du webmaster salarié, il peut être promu au rang de chef de projet web et diriger une équipe (webmaster, développeur web, rédacteur web, graphiste…) pour mener à bien les projets de clients.

Son métier exige de nombreuses compétences qui lui ouvrent des portes dans d’autres métiers du web. Il devra sûrement affiner ses connaissances mais les métiers de développeur web, graphiste, rédacteur web, référenceur seo ou encore d’intégrateur web lui sont accessibles.

En tant que freelance il peut également diversifier son activité en proposant des audits, de la formation ou du conseil.

3. Quels diplômes, études, formations pour devenir Webmaster

Aucun diplôme n’est obligatoire pour devenir webmaster, d’ailleurs beaucoup d’entre eux apprennent le métier eux-même en autodidacte (blogs, livres, tutoriels sur internet…).

Mais des formations existent et des cursus universitaires peuvent aider à l’apprentissage du métier comme par exemple :

  • le DUT Métiers du Multimédia et de l’Internet (MMI) (BAC+2),
  • le DEUST Webmaster (BAC+2),
  • la Licence professionnelle Métiers du numérique (BAC+3),
  • le Master création numérique spécialité design d’interface (BAC+5) …

On trouve également de nombreuses formations en ligne d’organismes ou de formateurs privés. Ces formations sont payantes mais ne se valent pas toutes en terme de qualité. Attention donc à bien choisir votre formation !

Une formation de webmaster contient surtout des enseignements techniques : développement web, intégration, PHP, HTML, CSS, CMS, PAO (Publication Assistée par ordinateur), etc. Mais elle doit également contenir des enseignements plus généraux : gestion de projet, marketing digital, culture web…

Peu importe la voie qu’il a choisi d’emprunter, le webmaster n’a jamais fini de se former. Il doit toujours s’informer sur les nouveaux outils, logiciels, matériels et les nouvelles techniques, très fréquents dans le domaine du numérique.