Fiche Métier d’Éleveur Canin et Félin (chiens et chats) : salaire, formation

Un éleveur (ou une éleveuse) canin ou félin  achète, sélectionne, accouple, et élève des chiens ou des chats pour les revendre à des particuliers ou à des professionnels par la suite. Cette fiche métier vous donne toutes les informations utiles pour devenir éleveur canin ou félin.

Éleveur canin et félin

Synonymes et métiers associés : dresseur canin, éducateur canin et félin, éducateur comportementaliste, vétérinaire, vétérinaire comportementaliste, auxiliaire vétérinaire, secrétaire assistante vétérinaire, auxiliaire de santé animale, pet-sitter, toiletteur pour chiens, soigneur animalier.
Niveau d’études ou diplômes requis : l’attestation de connaissances délivrée par la Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPP).
Études en alternance : oui.
Salaire débutant : SMIC.
Statut : salarié ou indépendant.
Limite d’âge pour le recrutement : 18 ans minimum.

1. Que fait l’Éleveur Canin et Félin : missions, tâches et fonctions :
2. Quel est le salaire d’un Éleveur de Chiens et Chats, son évolution de carrière :
3. Quels diplômes, études, formations pour devenir Éleveur Canin et Félin :

1. Que fait l’Éleveur Canin et Félin : missions, tâches et fonctions :

1.1 Quotidien d’un Éleveur Canin et Félin :
1.2 Tenue et équipement d’un Éleveur de Chiens et Chats :
1.3 Qualités essentielles, compétences requises pour être Éleveur Canin et Félin :
1.4 Débouchés, recrutement, où exercer le métier de d’Éleveur de Chiens et Chats :
1.5 Horaires, conditions et temps de travail d’un Éleveur Canin et Félin :

1.1 Quotidien d’un Éleveur Canin et Félin :

Un éleveur canin ou félin se charge de faire reproduire et d’élever des chiens ou chats pour les revendre par la suite. Il choisit la race des animaux qu’il souhaite élever en fonction de ses affinités mais surtout en fonction de la demande des clients.

Il choisit avec soin les animaux qu’il va se faire reproduire en fonction de certains critères de qualité (taille de l’animal, couleur de la robe, texture du pelage, santé, etc.) et s’occupe d’organiser l’accouplement.

Il aide les femelles à mettre bas et élève les chiots ou chatons. Il leur donne les soins nécessaires (vaccins, traitement anti-puces, etc.), les nourrit et leur fait faire des exercices physiques. L’éleveur doit également les éduquer et les sociabiliser durant leurs premières semaines, le temps qu’ils puissent être séparés de leurs mères et être vendus.

Il s’occupe également de garder le chenil ou la chatterie propre et équipé. Il s’assure également que ses locaux respectent les différentes normes établies par la loi.

Un éleveur peut aussi décider d’utiliser ses locaux afin d’ouvrir une pension pour chiens et chats lorsque des propriétaires partent en vacances et décident de laisser leur animal de compagnie en garde. Dans ce cas, il est payé pour nourrir, soigner et sortir ces chiens et chats pendant l’absence des maîtres.

L’éleveur de chiens et chats est aussi un chef d’entreprise. Il doit gérer les tâches administratives (achat de matériel, comptabilité…) et doit développer son entreprise en se faisant connaître auprès de nouveaux clients.

Pour cela, il peut décider de participer à des expositions canines et à des concours de dressage pour faire connaître et mettre en valeur ses animaux. Il peut également vendre ses chiens ou ses chats dans des animaleries.

Enfin les éleveurs conseillent les futurs propriétaires sur l’éducation et les soins à donner à leur nouvel animal.

1.2 Tenue et équipement d’un Éleveur de Chiens et Chats :

Il n’existe pas de tenue particulière pour faire ce métier. Le travail se faisant en extérieur et au contact des animaux, une tenue confortable mais résistante est conseillée.

1.3 Qualités essentielles, compétences requises pour être Éleveur Canin et Félin :

La passion des animaux est indispensable car l’éleveur va passer la majorité de son temps à prendre soin de ses animaux dans des conditions parfois difficiles.

Avoir acquis des connaissances dans l’élevage et l’éducation est nécessaire : comment les nourrir, les soigner, et les éduquer à certains comportements avant qu’ils ne soient achetés. Il faut également savoir reconnaître et sélectionner les meilleurs animaux pour la reproduction afin d’obtenir des portées de qualité.

Il faut aussi être capable de ne pas trop s’attacher aux animaux qui seront vendus. Il est enfin utile d’avoir quelques notions dans la gestion d’une entreprise car la plupart du temps l’éleveur est à son compte : il devra s’occuper de l’administratif, de la comptabilité et du marketing pour faire connaître son élevage et trouver des clients.

1.4 Débouchés, recrutement, où exercer le métier de d’Éleveur de Chiens et Chats :

La majorité des éleveurs canins et félins sont des indépendants qui travaillent à leur compte. Ils ont donc leur propre élevage chez eux et vendent eux-mêmes leurs animaux. Dans ce cas il faut détenir un terrain qui répond à un certain nombre de règles et normes émises par le département ou la commune.

Comme pour tout entrepreneur, le défi est de trouver suffisamment de clients pour vivre de son activité. Il n’est donc pas rare que certains éleveurs fassent participer leurs animaux à des concours pour faire connaître et valoriser leur élevage. Posséder un site internet pour présenter son élevage est aussi un gros plus.

Il est également possible d’être salarié au sein de différentes structures lorsque l’on est diplômé, telles que les chenils ou chatteries, les refuges, les pensions en tant qu’aide d’élevage, garçon de chenil, ouvrier d’élevage ou gérant d’élevage. Il est intéressant de vérifier le nombre de ces structures présentes dans sa région avant de se lancer pour s’assurer des débouchés. Dans les animaleries les éleveurs auront davantage un rôle d’éducateur que d’éleveur et des qualités de vendeur seront appréciables.

1.5 Horaires, conditions et temps de travail d’un Éleveur Canin et Félin :

L’éleveur travaille tout le temps (soirs, week-ends, jours fériés) en tout cas à chaque fois que ses animaux ont besoin de lui pour être nourris, soignés ou promenés. Il peut être difficile pour un éleveur de prendre des vacances, il doit obligatoirement trouver une personne qualifiée pour le remplacer pendant ses congés.

Les conditions de travail sont parfois difficiles et les journées remplies. Il ne faut pas avoir peur de travailler dur mais pour ceux qui aiment les animaux le travail est gratifiant. C’est un métier de passionné.

Éleveur de chats

2. Quel est le salaire d’un Éleveur de Chiens et Chats, son évolution de carrière :

2.1 Combien gagne un Éleveur Canin et Félin, rémunération, prix :
2.2 Évolution professionnelle d’un Éducateur Canin et Félin :

2.1 Combien gagne un Éleveur Canin et Félin, rémunération, prix :

Lorsque l’éleveur est salarié il est rémunéré au SMIC à ses débuts. L’évolution de son salaire au cours de sa carrière dépend de la structure qui l’emploie mais la rémunération n’évolue généralement pas énormément.

Lorsque l’éleveur est à son compte la rémunération varie selon le nombre d’animaux qu’il élève et vend. Certains éleveurs n’ont que quelques chiots par année et d’autres plus de 50. Le prix de chaque chien et chat dépend de la race, de la demande, de la qualité et de la réputation de l’élevage.

Pour augmenter leurs revenus, certains éleveurs décident d’ouvrir une pension pour chiens ou chats en complément de leur activité d’élevage, ou encore de proposer des cours et stages pour dresser son animal.

Il est donc très difficile de donner un salaire moyen pour cette profession.

2.2 Évolution professionnelle d’un Éducateur Canin et Félin :

L’évolution professionnelle peut se faire vers plusieurs métiers du domaine canin, en particulier vers le domaine de l’éducation et du dressage qui demande des compétences et qualités similaires.

Éleveur de chiens

3. Quels diplômes, études, formations pour devenir Éleveur Canin et Félin :

Depuis 2016, pour devenir éleveur canin ou félin professionnel (est considéré professionnel un élevage de plus d’une portée par année), il est nécessaire de détenir une attestation de connaissances délivrée par la Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPP).

Cette attestation remplace le Certificat de Capacité destiné à l’exercice des activités liées aux Animaux des compagnie d’espèces Domestiques (CCAD). Les CCAD obtenus avant 2016 restent tout de même valables à condition de mettre à jour ses connaissances tous les 10 ans.

Il est possible de se voir accorder ce justificatif de connaissances par équivalence en obtenant un diplôme reconnu par l’État dont on peut trouver la liste ici.

Il est également possible de suivre une formation-évaluation d’un organisme privé. Cependant, il faudra s’assurer que l’organisme est habilité par le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation à faire passer le test national qui permettra l’obtention de ce justificatif. Pour cela, il faut se renseigner sur le site de la Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt (DRAAF) de sa région pour connaître la liste de ces organismes.

Voici deux exemples de formations diplômantes faisant partie de la liste des diplômes reconnus qui dispensent de passer le test pour l’obtention du justificatif de connaissances. La première sera suffisante si l’on souhaite être salarié, le second permettra de se former à la gestion de son propre chenil ou de sa chatterie si l’on désire être indépendant.

3.1 Brevet Professionnel Agricole (BPA) option travaux de l’élevage Canin et Félin :
3.2 BAC Pro Conduite et gestion d’une entreprise du secteur Canin et Félin :
3.3 Devenir Éleveur de Chiens et Chats Indépendant :

3.1 Brevet Professionnel Agricole (BPA) option travaux de l’élevage Canin et Félin :

La formation sous contrat d’apprentissage dure deux ans, dont 32 à 34 semaines au centre de formation et le reste en entreprise.

Pour être accepté il faut :

. avoir 18 ans minimum et 25 ans maximum,
. avoir un niveau scolaire de 3ème ou détenir un Certificat d’Aptitude Professionnelle (CAP),
. signer un contrat avec un maître d’apprentissage agréé.

Le BPA est composé de 10 Unités Capitalisables (UC). Les trois premières portent sur des matières générales communes à tous les BPA, les autres portent plus particulièrement sur le métier de l’élevage.

UC1 : mobiliser les outils nécessaires au traitement de l’information et à la communication dans la vie professionnelle et sociale.

UC2 : mobiliser des connaissances relatives aux domaines civique, social et économique.

UC3 : mobiliser des connaissances pour mettre en œuvre des pratiques professionnelles respectueuses de l’environnement et de la santé humaine dans une perspective de durabilité.

UC4 : présenter les composantes et le fonctionnement du processus d’élevage dans une perspective de durabilité.

UC5 : organiser son travail dans une perspective de sécurité (évaluation en situation professionnelle).

UC6 : mettre en œuvre les travaux liés à l’alimentation, la reproduction et aux soins des chiens et des chats dans le respect de la sécurité et du bien-être animal (évaluation en situation professionnelle).

UC7 : mettre en œuvre les interventions liées aux manipulations, à l’éducation des chiens et des chats et à la promotion de l’élevage dans le respect de la sécurité et du bien-être animal (évaluation en situation professionnelle).

UC8 : réaliser les travaux liés à l’utilisation et à la maintenance des locaux, matériels et installations de l’élevage canin et félin dans le respect des consignes, des règles de sécurité et de l’environnement (évaluation en situation professionnelle).

UC9 et UC10 : ces objectifs, évalués en situation professionnelle, sont laissés au choix du centre de formation.

3.2 BAC Pro Conduite et gestion d’une entreprise du secteur Canin et Félin :

La formation dure 3 ans, une première année de seconde « production animale » et une classe de première et terminale « gestion d’une entreprise du secteur canin et félin ». Comme pour tout Bac professionnel, il faut avoir fini sa troisième au collège pour être accepté.

Il est possible, si l’on a déjà suivi une seconde professionnelle dans le même secteur (vente d’animaux de compagnie, animalerie, etc.) d’accéder directement à la classe de première du cursus. La formation peut être suivie sous le statut d’étudiant (sans contrat avec une entreprise même si l’élève suit des stages en entreprise), ou sous le statut d’apprenti (l’élève est sous contrat d’apprentissage avec une entreprise).

La formation est composée de plusieurs modules généraux et spécifiques à l’option :

M1 : connaissance et pratique du français et connaissance du monde.

M2 : connaissance et pratique d’une langue étrangère.

M3 : éducation physique et sportive.

M4 : culture scientifique et technologique.

M5 : pilotage de l’entreprise.

M6 : connaissance du secteur et commercialisation.

M7 : gestion de l’entreprise du secteur canin et félin.

M8 : interprétation et traitement des données.

M9 : zootechnie générale et comparée.

M10 : conduite des activités d’élevage et de pension.

M11 : conduite des opérations de sociabilisation et d’éducation.

M12 : choix, utilisation et maintenance des bâtiments et des équipements.

À la fin de ses trois années d’études, l’élève obtient un Baccalauréat professionnel (diplôme de niveau IV), s’il a réussi le contrôle continu (moyenne des notes obtenues aux examens effectués tout au long des trois années) et les examens passés en fin de cursus. La formation permet également d’obtenir une certification intermédiaire de niveau 5, le Brevet d’Études Professionnelles Agricole (BEPA).

3.3 Devenir Éleveur de Chiens et Chats Indépendant :

Si l’éleveur veut posséder son propre élevage et travailler à son compte, il devra effectuer certaines formalités et respecter certaines normes. Elles varient en fonction de la taille de l’élevage mais un certain nombre concerne tous les élevages.

Il faut tout d’abord déclarer son activité au Centre de Formalités des Entreprises (CFE) afin d’obtenir un numéro de SIRET de l’INSEE. Le CFE s’occupera de transmettre aux différents organismes les informations sur la création de l’activité agricole (la mutuelle sociale agricole, le centre des impôts, etc.).

L’éleveur devra également s’inscrire au Livre des Origines Français (LOF) s’il veut avoir le droit d’utiliser l’appellation « chien de race ». Seuls les animaux ayant un pedigree (document officiel comportant la généalogie du chien et qui certifie l’exactitude de ses origines) peuvent être inscrits.

Il doit également déclarer son activité à la DDPP de sa région qui lui délivrera le certificat de connaissances (cf partie sur la formation).

Enfin, il devra connaître et respecter les règles établies par la commune et le département pour l’installation d’un élevage parmi lesquelles : les normes sanitaires et de protection animale, les normes d’établissement et les normes relatives au respect du voisinage.