Fiche Métier d’Auxiliaire Vétérinaire (ASV / AVQ)

Les auxiliaires vétérinaires sont les bras droits des vétérinaires. Elles sont en charge du secrétariat, de l’hygiène de la structure et aident le vétérinaire pendant ses interventions. Cette fiche métier vous donne toutes les informations utiles pour devenir auxiliaire vétérinaire.

Auxiliaire vétérinaire

Synonymes et métiers associés : auxiliaire de santé animale, assistant vétérinaire, vétérinaire, soigneur animalier, comportementaliste canin, pet-sitter, éducateur de chiens, toiletteur, éleveur canin ou félin, zoothérapeute.
Niveau d’étude ou diplôme minimum : aucun.
Études en alternance : oui.
Salaire débutant : 1.626€ brut par mois.
Statut : salarié.
Limite d’âge pour le recrutement : 18 ans minimum.

1. Que fait une AV / ASV / AVQ : missions, tâches et fonctions
2. Quel est le salaire d’une Auxiliaire Vétérinaire, son évolution de carrière
3. Quels diplômes, études, formations, examens pour devenir Auxiliaire Vétérinaire

1. Que fait une AV / ASV / AVQ : missions, tâches et fonctions

Tout d’abord, il faut différencier les trois échelons du métier d’auxiliaire vétérinaire :

  • l’Auxiliaire Vétérinaire (AV), appelée aussi Auxiliaire de Santé Animale (ASA) : échelon III de la Convention Collective Nationale Vétérinaire (CCNV), elle ne possède aucune certification reconnue par l’État / le SNVEL (Syndicat National des Vétérinaires d’Exercice Libéral),
  • l’Auxiliaire Vétérinaire Qualifiée (AVQ) : échelon IV de la CCNV, elle possède le CQP (Certificat de Qualification Professionnelle) AVQ,
  • l’Auxiliaire Spécialisée Vétérinaire (ASV) : échelon V de la CCNV (échelon le plus élevé de la profession), elle possède le Titre d’ASV.

L’auxiliaire vétérinaire d’échelon III et l’AVQ peuvent effectuer les mêmes tâches. L’ASV en revanche, a plus de responsabilités grâce à sa formation plus longue et plus complète.

1.1 Quotidien d’une Auxiliaire Vétérinaire

L’auxiliaire vétérinaire effectue des missions réparties dans 3 domaines : l’hygiène, l’accueil / secrétariat et l’assistance technique du vétérinaire. Elle peut effectuer certaines tâches seule, et d’autres uniquement sous le contrôle direct du vétérinaire, afin qu’il puisse intervenir en cas de besoin.

  • Missions d’hygiène :

L’auxiliaire vétérinaire est responsable de l’entretien de la structure et du matériel. Elle nettoie et désinfecte les locaux et le matériel de soins comme les tables, les balances, etc, où il est fréquent de retrouver des selles ou de l’urine. Elle doit aussi nettoyer et stériliser les instruments vétérinaires.

Elle participe à la gestion des déchets de soins et applique la réglementation pour le traitement des produits dangereux et des cadavres d’animaux.

  • Missions d’accueil et de secrétariat :

L’auxiliaire s’occupe de l’accueil des clients et de la gestion du secrétariat courant, c’est-à-dire de la gestion du planning, des rendez-vous, des appels téléphoniques, de la caisse, du courrier et des archives.

Elle doit également entretenir l’espace d’accueil et de vente, s’occuper de la vente des produits non réglementés (comme les aliments, les accessoires, shampoings…) et gérer les stocks. Elle renseigne les clients sur l’entreprise, le cadre légal et sur les besoins de l’animal.

En plus de ces missions, l’Auxiliaire Spécialisée Vétérinaire (ASV) est capable de conseiller les clients pour l’éducation de leurs animaux, la nutrition, la reproduction, etc. Elle peut aussi gérer les situations de stress et de conflit et détecter les situations d’urgences avant d’indiquer les mesures conservatoires.

Les auxiliaires vétérinaires peuvent préparer les prescriptions de médicaments et les remettre aux clients mais uniquement sous le contrôle du vétérinaire.

  • Missions d’assistance technique :

Pour assister le vétérinaire, les auxiliaires préparent et vérifient le matériel avant une intervention ou un examen. Elles peuvent développer les clichés radio, mais sont surtout chargées d’observer les animaux en soins et de veiller à leur bien-être.

En présence du vétérinaire, et selon ses indications, une AV peut récupérer et déplacer des animaux, les installer et les maintenir dans certaines positions pour faciliter un examen. Elle les prépare pour une intervention et les surveille pendant les actes médicaux et chirurgicaux.

Une ASV peut en plus gérer les prélèvements biologiques, réaliser des tests d’analyses (sang, urine, etc.) et préparer les examens nécropsiques (examens des animaux morts).

Sous le contrôle du vétérinaire, l’ASV peut extuber un animal, assister son supérieur dans les phases d’anesthésie, de réveil ou de réanimation, surveiller une perfusion, et relever les paramètres physiologiques de l’animal (pouls, température, électro-cardiogramme, transit, etc). L’auxiliaire spécialisée vétérinaire accompagne beaucoup plus le vétérinaire dans les soins médicaux, les examens et les interventions qu’une AV ou une AVQ.

1.2 Tenue et équipement

L’auxiliaire vétérinaire travaille généralement en blouse en dessous de laquelle elle porte une tenue de ville. Au bloc opératoire, elle doit porter une tenue de chirurgie avec masque et charlotte.

Tous les équipements qui lui sont nécessaires sont fournis par le cabinet ou la clinique qui l’emploie : matériel d’entretien des locaux, ordinateur, téléphone, gants jetables, masques, tondeuse pour animaux, matériel médical, etc.

1.3 Qualités essentielles, compétences nécessaires

Une auxiliaire vétérinaire doit se montrer rigoureuse, notamment en ce qui concerne l’hygiène. Les équipements doivent absolument être correctement désinfectés et stérilisés pour éviter les infections et les complications.

Elle doit aussi faire preuve de sang-froid et ne pas être trop sensible. Il n’est pas possible pour une auxiliaire d’assister le vétérinaire si elle a peur du sang par exemple. Son travail n’est pas toujours joyeux et elle doit être prête à voir des animaux qui souffrent, qui meurent et des personnes tristes ou en colère.

Pour terminer, une bonne condition physique est indispensable pour une AV. Certains animaux pèsent lourd et elle doit être capable de les porter, de les déplacer et de les maintenir lors d’examens ou de soins.

1.4 Débouchés, recrutement, où exercer ce métier

Le métier d’auxiliaire vétérinaire attire beaucoup de candidates. La concurrence est rude et les employeurs choisissent généralement les profils les plus qualifiés. Il est donc fortement conseillé aux auxiliaires de posséder le titre d’auxiliaire spécialisée vétérinaire.

Les recrutements s’effectuent via des candidatures classiques (CV + lettre de motivation) suivies par un entretien d’embauche.

Les auxiliaires peuvent postuler dans des cabinets et des cliniques vétérinaires ou dans des centres hospitaliers vétérinaires. Environ 80% des auxiliaires travaillent dans des entreprises de mois de 10 salariés.

A noter que 90% des auxiliaires vétérinaires sont des femmes.

1.5 Horaires, conditions et temps de travail

Les horaires sont généralement des horaires de bureau classiques, de 8/9h jusqu’à 18/19h mais il est possible de travailler les samedis. La plupart des auxiliaires vétérinaires sont embauchées à temps plein (35h ou 39h par semaine) et en CDI.

Les conditions de travail sont bonnes, les AV sont souvent passionnées par leur métier. Cependant, elles doivent aussi assister à de tristes événements et à des cas particulièrement touchants.

ASV

2. Quel est le salaire d’une Auxiliaire Vétérinaire, son évolution de carrière

Les salaires des auxiliaires vétérinaires sont définis par la Convention Collective Nationale Vétérinaire. Le salaire minimum pour une auxiliaire vétérinaire dépend de son échelon :

  • une auxiliaire vétérinaire (échelon III) travaillant 35 heures par semaine gagne au minimum 1.626€ brut par mois (environ 1.268€ net),
  • une auxiliaire vétérinaire qualifiée (échelon IV) touche au minimum 1.672€ brut par mois (environ 1.304€ net),
  • une auxiliaire spécialisée vétérinaire (échelon V) est rémunérée au minimum 1.778€ brut par mois (environ 1.387€ net).

Sa rémunération augmente grâce à son expérience, et selon l’INSEE, le salaire médian d’une auxiliaire vétérinaire est d’environ 1.700€ net mensuel.

Une auxiliaire touche une prime d’ancienneté de 5% de son salaire dès 3 ans d’expérience, prime qui monte jusqu’à 20% après 20 ans d’exercice.

En ce qui concerne leur évolution de carrière, l’auxiliaire vétérinaire et l’AVQ ne peuvent pas se reconvertir sans passer par une formation. Elle peuvent par exemple commencer ou reprendre des études afin de devenir auxiliaire spécialisée vétérinaire, ce qui leur permettra d’accéder à une meilleure rémunération, à plus d’autonomie et d’expertise.

La certification d’auxiliaire vétérinaire spécialisée est également accessible via la Validation des Acquis de l’Expérience (VAE). Elles peuvent donc espérer obtenir le statut ASV sans retourner en formation grâce à ce dispositif.

Si une auxiliaire vétérinaire ou une AVQ souhaite se reconvertir, elle peut aussi utiliser la VAE pour obtenir son Attestation de Connaissances pour les Animaux de Compagnie et d’Espèces Domestiques (ACACED) qui remplace le Certificat de Connaissances des Animaux Domestiques (CCAD) depuis 2016. Cette attestation permet de faire de l’éducation canine, de l’élevage canin ou félin, de la garde d’animaux, etc.

L’ASV, quant à elle, peut se reconvertir dans un autre métier du secteur animalier sans passer par la VAE car sa formation lui permet de bénéficier de l’équivalence de l’ACACED.

3. Quels diplômes, études, formations, examens pour devenir Auxiliaire Vétérinaire

Même si aucun diplôme n’est obligatoire pour exercer le métier d’auxiliaire vétérinaire, il est fortement recommandé de suivre une formation reconnue par l’Etat et le SNVEL (Syndicat National des Vétérinaires d’Exercice Libéral) pour trouver plus facilement un emploi parce qu’il y a beaucoup de concurrence.

Cela permet également d’avoir un meilleur salaire et plus de responsabilités.

Seuls deux diplômes sont reconnus dans cette branche : le Certificat de Qualification Professionnelle (CQP) Auxiliaire Vétérinaire Qualifiée et, la Certification d’Auxiliaire Spécialisée Vétérinaire. Une auxiliaire vétérinaire qui possède un autre diplôme est considérée comme « non diplômée ».

La formation d’auxiliaire vétérinaire s’effectue dans les centres Apform du réseau du GIPSA (Groupement d’Intérêt Publique de la formation à la Santé Animale).

Elle dure 1 an pour les Auxiliaires Vétérinaires Qualifiées (AVQ), et 2 ans pour les auxiliaires spécialisées vétérinaire. Ces formations s’effectuent en alternance.

Les conditions pour rentrer en formation sont :

  • avoir 18 ans,
  • avoir le BAC ou un équivalent,
  • avoir réussi le test de positionnement et l’entretien de motivation,
  • avoir signé un contrat d’apprentissage ou de professionnalisation avec un vétérinaire.

3.1 Première année de formation

La première année est commune aux ASV et aux AVQ. Elle comporte 4 unités de compétences :

  • accueillir  la clientèle,
  • réaliser le secrétariat courant,
  • appliquer les procédures d’hygiène,
  • préparer le matériel et l’animal.

A la fin de l’année, l’auxiliaire vétérinaire obtient son CQP Auxiliaire Vétérinaire Qualifiée. Il lui permet de passer en seconde année pour devenir ASV, ou de se lancer directement sur le marché de l’emploi en tant qu’AVQ (échelon IV de la Convention Collective Nationale Vétérinaire).

3.2 Seconde année de formation

En deuxième année, les auxiliaires vétérinaires approfondissent leur formation avec 4 nouvelles unités de compétences :
  • argumenter les mesures et les produits adaptés aux besoins de l’animal et du client,
  • assurer le suivi des activités,
  • gérer le risque contaminant,
  • aider à la chirurgie, aux soins et aux examens.

En plus des Examens en Cours de Formation (ECF), l’étudiante devra rendre un mémoire et le présenter à l’oral devant un jury en fin d’année pour obtenir sa Certification d’auxiliaire vétérinaire spécialisée.