Fiche Métier de Gardien de la Paix

Le gardien de la paix maintient l’ordre public en assurant la protection des biens et des personnes. Il peut effectuer des missions d’ordre général ou choisir de se spécialiser (motard, maître chien, RAID, etc.). Cette fiche métier vous donne toutes les informations utiles pour devenir gardien de la paix.

Gardiens de la Paix

Synonymes et métiers similaires : policier national, agent de police, gendarme, douanier, surveillant pénitentiaire.
Niveau d’étude ou diplôme minimum : BAC ou équivalent pour le concours externe, aucun diplôme pour le concours interne (cadet de la république, adjoint de sécurité).
Études en alternance : non, mais formation rémunérée après réussite du concours.
Salaire débutant : 1.607€ brut par mois + primes.
Statut : fonctionnaire d’État.
Limite d’âge pour le recrutement : 17 ans minimum et 35 ans maximum au 1er janvier de l’année du concours (37 ans sous conditions).

1. Que fait un Gardien de la Paix : missions, tâches et fonctions
2. Quel est le salaire d’un Gardien de la Paix, son évolution de carrière
3. Quels diplômes, études, formations, concours pour devenir Gardien de la Paix

1. Que fait un Gardien de la Paix : missions, tâches et fonctions

1.1 Quotidien d’un Policier National

Le gardien de la paix assure la sécurité des citoyens. Il surveille les lieux publics, régule la circulation routière et patrouille dans la ville. Il est chargé de repérer les comportements inappropriés à la vie en société pour y mettre fin.

Après avoir enfilé son gilet pare-balles, il charge son arme de service et part faire des rondes avec son équipe. Il n’existe pas de journée type pour un gardien de la paix. Il agit en fonction de ses observations et des informations qui lui sont données par la centrale des appels : le 17, ou directement ses supérieurs hiérarchiques.

Il peut donc intervenir sur des missions variées :

  • Vol de bien / cambriolage : le policier intervient dans les flagrants délits de vols : voiture, vélo, sac à main, etc. Quand le vol a eu lieu depuis plusieurs heures, il interroge les victimes pour avoir des informations utiles à l’enquête.
  • Tapage nocturne : le policier est envoyé au domicile des personnes qui organisent des fêtes tardives. Il demande un retour au calme et peut même faire évacuer les lieux si les organisateurs sont récalcitrants.
  • Agression physique : le policier met fin au comportement agressif des individus. Les agressions peuvent être ponctuelles (discussion qui tourne mal entre deux individus) ou récurrentes (violences répétées au sein d’une famille).
  • Autres interventions : au cours de sa journée de travail, le policier peut aussi contrôler des automobilistes, stopper des actes de vandalisme ou faire de la prévention auprès de la population pour maintenir une certaine proximité.
  • Missions administratives : les tâches administratives font partie du quotidien du policier national. Pour chacune de ses interventions, il doit rédiger un rapport qui décrit les faits observés et donne toutes les informations utiles au jugement des prévenus.

Quand il a terminé ses missions, le policier national rentre au commissariat pour transmettre les informations utiles à la brigade de nuit.

Spécialités des métiers de la Police Nationale

Le policier peut aussi décider de travailler dans un service spécifique de la police nationale. Ses missions quotidiennes seront différentes en fonction de sa spécialisation.

  • Motard : le policier à moto surveille les grands axes routiers. Il contrôle les papiers des automobilistes et sanctionne ceux qui ne respectent pas le code de la route. Il est aussi là pour informer les conducteurs sur les dangers au volant (téléphone portable, alcoolémie, …).
  • Policier à cheval : le policier à cheval patrouille dans des lieux qui ne sont pas accessibles en voiture. Il surveille les parcs nationaux et aide à retrouver les personnes disparues en forêt. Il peut aussi effectuer des patrouilles en ville si nécessaire.
  • Maître-chien : il intervient dans des missions variées comme la lutte contre la délinquance, la recherche de produits illicites ou le secours aux victimes en montagne. Le maître-chien veille aussi au maintien de l’ordre dans les rassemblements publics.
  • Policier du RAID : le policier du RAID (Recherche, Assistance, Intervention et Dissuasion) intervient lors de situations de crises comme les prises d’otages, les actes terroristes ou les arrestations de criminels. La négociation et les interventions armées sont le quotidien de ce policier.
  • Policier de la BAC : le policier de la BAC (Brigade Anti-Criminalité) veille à l’ordre public dans les quartiers sensibles. Il prend les délinquants en flagrant délit pour pouvoir mettre fin aux trafics, aux agressions et aux vols qui ont lieu, notamment, dans les zones prioritaires de sécurité.
  • Policier CRS : le policier de la Compagnie Républicaine de Sécurité (CRS) contient les violences dans les manifestations. Il peut assurer la protection des personnalités publiques et la surveillance des résidences officielles. Le policier CRS a aussi des missions en commun avec les autres services de la police comme la surveillance des routes, des frontières ou le secours en montagne et en mer.

Ce ne sont que des exemples, il existe de nombreuses autres spécialités comme plongeur, spéléologue, policier en brigade des stupéfiants, etc.

À noter que, même si la majorité des gardiens de la paix sont des hommes, il est tout à fait possible pour une femme d’exercer ce métier. Leur proportion dans les effectifs a tendance à augmenter.

1.2 Tenue et équipement

Le gardien de la paix porte un uniforme composé d’un pantalon et d’un polo bleu marine ainsi que de bottes basses noires.

En fonction de la saison, la tenue du gardien de la paix évolue. En été, il peut porter une casquette, et une chemise bleu turquoise vient remplacer le polo. En hiver, un blouson assorti au reste de sa tenue lui est fourni ainsi qu’un bonnet.

Un gilet pare-balles vient sécuriser le policier. Il porte aussi une arme à feu pour se défendre, un pistolet Sig Sauer SP 2022, une radio et une paire de menottes.

Le policier peut parfois être équipé d’un taser, d’un flash-ball, d’un bâton de défense, d’un fusil d’assaut ou encore d’un lanceur de grenades à effet de souffle ou lacrymogènes.

D’autres éléments viennent composer la tenue du policier en fonction de sa spécialisation : bombe et bottes d’équitation pour le policier à cheval, bouclier anti-émeutes, coudières et genouillères pour les CRS, etc.

Le gardien de la paix dispose également de véhicules qui sont adaptés à ses missions : voitures avec le logo Police, véhicules banalisés, camions de transport, motos, vélos, bateaux, …

1.3 Qualités essentielles, compétences nécessaires

Le gardien de la paix aime travailler en équipe. Il doit savoir s’adapter aux situations variées qu’il rencontre et faire preuve de courage quand il fait face à des situations dangereuses.

Un grand sang-froid est nécessaire au policier national, notamment pour manier les armes qui lui sont confiées. Il doit aussi faire preuve de discernement pour en faire bon usage.

Le gardien de la paix sait prendre de la distance avec ses missions, où il rencontre souvent la violence ou la maltraitance.

Il sait garder le secret professionnel quand il mène des enquêtes. S’il fait passer des interrogatoires, il doit pouvoir obtenir des informations de la part des prévenus en posant les bonnes questions. Le policier a donc des capacités d’analyse et le sens de la psychologie.

Une bonne communication est également indispensable au gardien de la paix pour dialoguer avec les citoyens et les autres policiers.

1.4 Débouchés, recrutement, où exercer ce métier

Le métier de policier peut s’exercer dans plusieurs services spécifiques :

  • Direction Centrale de la Sécurité Publique (DCSP),
  • Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ),
  • Direction Centrale de la Police Aux Frontières (DCPAF),
  • Préfecture de Paris,
  • Inspection Générale de la Police Nationale (IGPN), la “police des polices”,
  • Direction Centrale des Compagnies Républicaines de Sécurité (DCCRS),
  • RAID (Recherche, Assistance, Intervention et Dissuasion),
  • MILAD (Mission de Lutte Anti-Drogue), etc.

Pour devenir gardien de la paix, il faudra réussir le concours externe ou interne, puis suivre une formation avant d’être affecté à une unité de la police nationale.

Pour les unités spécialisées, il est parfois possible de les rejoindre après la sortie de l’école, mais pour certaines, il faut quelques années d’expériences. Pour rentrer dans le RAID, il faut par exemple 3 ans d’ancienneté.

1.5 Horaires, conditions et temps de travail

Lorsqu’il travaille dans un commissariat, le gardien de la paix a des horaires fixes, qui varient suivant ses missions (9h-18h, par exemple). Il effectue au minimum 35 heures par semaine.

Plus il prend des responsabilités, plus le policier national est amené à faire des heures supplémentaires.

Certains services spécifiques demandent aussi de travailler avec un système de roulement (prise de poste le soir ou le matin) ou en heures décalées (la nuit, le week-end). C’est le cas pour les enquêteurs ou les maîtres-chien en montagne ou en mer, notamment.

La pénibilité du métier de policier national dépend des jours et de sa spécialisation : certaines missions de routine et de sensibilisation du public lui demandent peu d’efforts, d’autres missions réclament beaucoup de force physique et mentale.

Maîtres Chiens de la Police Nationale

2. Quel est le salaire d’un Gardien de la Paix, son évolution de carrière

Le salaire du gardien de la paix évolue au fil de sa carrière, selon son expérience.

La rémunération de base du gardien de la paix est la même, quel que soit le lieu où il exerce son métier. Les salaires des policiers sont définis à l’échelle nationale par une grille indiciaire d’État.

Le gardien de la paix est rémunéré dès son entrée en formation initiale. L’échelon “élève” lui donne droit à une rémunération mensuelle de 1.485,47€ brut par mois. Par la suite, en tant que stagiaire, il perçoit ce même salaire pendant 1 an.

Dès qu’il est titularisé, le gardien de la paix perçoit un salaire indiciaire de 1.607,31€ brut par mois (échelon 1), qui peut évoluer jusqu’à 2.235,23€ brut au dernier échelon.

Important : à ces salaires de base, il faut rajouter de nombreuses primes que touchent les fonctionnaires comme les bonifications indiciaires, indemnités de résidence, supplément familial de traitement, …

Tout au long de sa carrière, le policier peut monter en grade et en échelon grâce à son ancienneté, à son mérite, ou en passant des examens internes.

Il augmentera ainsi ses responsabilités et son salaire :

  • Brigadier de police : de 1.879,10€ à 2.357,07€ brut par mois + primes,
  • Brigadier-chef de police : de 2.216,49€ à 2.525,77€ brut par mois + primes,
  • Major de police : de 2.389,97€ à 2.764,75€ brut mensuel + primes.

Un gardien a aussi la possibilité de passer la qualification d’Officier de Police Judiciaire (OPJ) au bout de 2 ans, ce qui lui ouvrira les portes de certains services d’enquêtes.

Il peut également choisir de se spécialiser en cours de carrière, ou passer le concours interne pour devenir officier de police.

Un policier peut également quitter la police nationale avant sa retraite. Il peut exercer d’autres métiers au sein de la fonction publique en profitant d’équivalences et de concours internes.

S’il choisit le secteur privé, ses compétences sont très appréciées dans le domaine de la sécurité, ou de sa spécialité (maître chien, etc.).

En savoir plus sur le salaire d’un gardien de la paix.

3. Quels diplômes, études, formations, concours pour devenir Gardien de la Paix

Pour devenir gardien de la paix, la voie la plus répandue est de passer le concours externe de gardien de la paix, accessible avec un niveau BAC ou équivalent.

Si vous n’avez pas de diplôme, il faut d’abord devenir cadet de la République, Adjoint De Sécurité (ADS) de la police nationale ou Gendarme Adjoint Volontaire (GAV), puis passer le concours de gardien de la paix en interne.

Le concours national à affectation nationale peut amener le candidat à exercer en France métropolitaine et aussi en Outre-mer.

Il existe également un concours national à affectation en Île-de-France pour les candidats qui souhaiteraient exercer dans cette région.

NB : lorsque les deux concours sont ouverts en même temps, la plupart des postes ouverts concernent l’Île-de-France.

Une formation et un stage viennent compléter ce parcours vers le métier de gardien de la paix.

3.1 Concours de Gardien de la Paix

Pour devenir gardien de la paix, il existe un concours externe et un concours interne.

Après sa réussite au concours de gardien de la paix (externe ou interne), le candidat suivra une formation auprès de la Direction Centrale du Recrutement et de la Formation de la Police Nationale (DCRFPN).

3.1.1 Concours externe

Le concours externe de gardien de la paix est accessible aux personnes françaises de 17 ans au moins et de 35 ans au plus au 1er janvier de l’année du concours.

Cette limite d’âge peut être repoussée jusqu’à 37 ans, à certaines conditions (enfants à charge, personne handicapée à charge, etc), voire annulée pour les parents célibataires, les parents d’au moins 3 enfants ainsi que pour les sportifs de haut niveau.

Les épreuves du concours externe de gardien de la paix comprennent trois phrases : 

  • Admissibilité :

Elle se compose de deux épreuves écrites : rédaction d’un cas pratiques à partir d’un dossier de 15 pages avec mises en situation guidées par des questions (durée – 3 heures), et tests psychotechniques permettant d’évaluer le profil du candidat et ses qualités pour devenir gardien de la paix (durée – 2 heures).

  • Pré-admission :

Cette phase comprend deux épreuves sportives : Parcours d’Habileté Motrice (PHM) et Test d’Endurance Cardio-Respiratoire (TECR).

  • Admission :

L’admission se compose d’une épreuve écrite et deux épreuves orales.

L’épreuve écrite est un Test Questions / Réponses Interactives (TQRI) qui demande au candidat de répondre à des questions en appuyant sur un boîtier électronique. Cela permet de tester sa mémoire visuelle, sa capacité de décision et sa vigilance (durée : 20 minutes).

Les épreuves orales se présentent sous la forme d’un entretien avec un jury permettant d’évaluer les motivations du candidat (durée : 25 minutes) et d’une conversation en langue étrangère à choisir parmi l’anglais, l’allemand, l’espagnol et l’italien (durée : 10 minutes).

3.1.2 Concours interne

Le concours interne de gardien de la paix, aussi appelé “second concours”, est ouvert aux cadets de la République, aux adjoints de sécurité et aux gendarmes adjoints volontaires, sans condition de diplôme.  

L’organisation du concours interne est exactement la même que pour le concours externe, à ceci près que la conversation en langue étrangère est facultative. Si le candidat choisit de passer cette épreuve, seuls les points supérieurs à 10/20 sont comptabilisés.

A noter : n’hésitez pas à consulter notre guide complet du Concours de Gardien de la Paix pour connaître tous les détails.

3.2 Formation et titularisation du Gardien de la Paix

La formation initiale de gardien de la paix prépare l’élève à son premier emploi grâce à deux périodes de scolarité :

  • pendant 8 mois, le policier alterne entre l’École Nationale de Police (ENP) (20 semaines) et le terrain (3 semaines) pour apprendre les bases du métier de policier. Un approfondissement des connaissances de 8 semaines et une spécialisation métier lui permettent de se familiariser avec son futur poste,
  • durant 16 mois, il suit une formation opérationnelle en lien avec son affectation.

NB : tout au long de sa formation, l’élève gardien de la paix est rémunéré 1.485,47€ brut par mois.

À la fin des 24 mois de formation, l’élève devient gardien de la paix stagiaire pendant 1 an. 

Quant à son affectation, elle dépend de son rang de classement en fin de formation, qui est fonction de ses notes et des observations des formateurs tout au long de l’année.

Le jour du choix de l’affectation, les élèves sont appelés par ordre de classement et doivent choisir le lieu de leur stage. Ils resteront dans la région de cette première affectation pendant 5 ans minimum (8 ans pour les lauréats du concours à affectation en Île-de-France).

Ce n’est qu’au bout de son année de stage que le candidat est définitivement titularisé et devient gardien de la paix, à condition d’avoir son permis de conduire.