Fiche Métier de Vendeur Conseil en Jardinerie

Un vendeur, ou une vendeuse, conseil en jardinerie est chargé de conseiller la clientèle du magasin sur l’achat de végétaux et de prendre soin des plantes en attendant de les vendre. Cette fiche métier vous donne toutes les informations utiles pour devenir vendeur en jardinerie.

Vendeur Conseil Jardinerie

Synonymes et métiers associés : vendeur de fleurs, vendeur en matériel de jardinage, fleuriste-décorateur floral, fleuriste, vendeur pépiniériste, vendeur de végétaux, employé de jardinerie, vendeur en animalerie.
Niveau d’études ou diplômes requis : aucun.
Études en alternance : oui.
Salaire débutant : SMIC.
Statut : salarié.
Limite d’âge pour le recrutement : 18 ans au minimum.

1. Que fait un Vendeur en Jardinerie : missions, tâches et fonctions :
2. Quel est le salaire d’un Vendeur-Conseil en Jardinerie, son évolution de carrière :
3. Quels diplômes, études, formations pour devenir Vendeur en Jardinerie :

1. Que fait un Vendeur en Jardinerie : missions, tâches et fonctions :

1.1 Quotidien d’un Conseiller en Jardinerie :
1.2 Tenue et équipement d’un Vendeur de Plantes :
1.3 Qualités essentielles, compétences requises pour être Vendeuse en Jardinerie :
1.4 Débouchés, recrutement, où exercer le métier d’Employé de Jardinerie :
1.5 Horaires, conditions et temps de travail d’un Vendeur Conseil en Jardinerie :

1.1 Quotidien d’un Conseiller en Jardinerie :

Un vendeur en jardinerie a pour mission de conseiller les clients, de vendre, de prendre soin des plantes et de s’assurer de la bonne tenue de son rayon. Il peut s’agir de végétaux d’intérieur (plantes vertes, compositions florales, etc.) ou d’extérieur (arbres fruitiers, rosiers, etc.).

1.1.1 Vente des plantes et conseils :

Tout d’abord, il accueille les clients, les écoute et leur recommande un ou plusieurs articles en fonction de leurs besoins. La partie conseil du métier est importante, car les clients sont de plus en plus exigeants avec la qualité des conseils qu’on leur donne.

Un vendeur en jardinerie doit pouvoir renseigner les clients sur la manière d’entretenir une plante (floraison, exposition au soleil, arrosage, soins) et conseiller sur les traitements adaptés si la plante devient malade.

Le conseiller propose et vend des accessoires complémentaires (pots, engrais, produits antiparasitaires, etc.) en fonction du végétal que les clients ont choisi. Enfin, il peut encaisser le montant de sa vente s’il travaille dans une petite structure où il n’y a pas d’employé de caisse par exemple.

1.1.2 Entretien des végétaux et des locaux :

L’employé de jardinerie doit également prendre soin des végétaux en attendant de les vendre. Il faut garder les plantes et les arbres en bonne santé, pour qu’ils gardent une bonne apparence pour que les clients veuillent les acheter.

Il doit donc contrôler chaque jour leur état, les arroser et les entretenir. Il doit pouvoir identifier une maladie ou un parasite sur un végétal. Il applique des produits phytosanitaires comme des antiparasitaires sur les plantes malades.

Dans certaines structures, il lui sera demandé de savoir réaliser des compositions florales. Il doit également se charger d’entretenir une partie des locaux du magasin, comme la réserve où il réceptionne ses commandes.

1.1.3 Gestion du rayon et manutention :

Pour finir, l’employé entretient et gère son espace de vente. Il s’occupe de contrôler l’état des stocks et de définir les besoins en approvisionnement.

Il est chargé de passer les commandes de végétaux (compositions florales, arbustes, …) auprès d’horticulteurs et de les réceptionner. Il vérifie que les livraisons correspondent aux commandes, et contrôle que les arbres, plantes et accessoires soient en bon état.

Enfin, il organise les articles dans sa réserve, pose un code barres et les met en rayon. La mise en rayon des produits doit être pensée afin que les produits qu’il souhaite mettre en valeur (les produits en promotion ou les accessoires les plus rentables pour le magasin par exemple) soient visibles.

Il doit aussi entretenir la propreté du rayon. Dans les points de vente de grande taille, une partie de ces responsabilités est attribuée au chef de rayon (gestion des stocks, commandes, organisation du rayon).

1.1.4 Tâches administratives :

Parfois, dans les petits points de vente où il y a peu de personnel par exemple, le vendeur conseiller en jardinerie peut réaliser la gestion comptable et administrative (factures, paiement des fournisseurs, gestion des réclamations, etc.) et faire le comptage des fonds de caisse en fin de journée.

Ce métier est ouvert aussi bien aux femmes qu’aux hommes.

1.2 Tenue et équipement d’un Vendeur de Plantes :

La tenue d’un vendeur en jardinerie dépend de la tâche qu’il est en train de faire. S’il prend soin des végétaux, il peut porter un tablier et des gants de protection pour éviter les projections de produits chimiques et de se salir.

S’il est en rayon pour accueillir et conseiller la clientèle, il doit porter la tenue exigée par le code vestimentaire du magasin. Très souvent, t-shirts, polos, polaires (lorsque le travail se fait en extérieur) ou tabliers avec le nom et le logo du magasin sont fournis par l’employeur.

Le magasin fournit également tout l’équipement nécessaire au soin des végétaux (sécateurs, trans-palette, système d’arrosage…)  et à l’entretien des locaux.

1.3 Qualités essentielles, compétences requises pour être Vendeuse en Jardinerie :

Le métier de vendeur en jardinerie demande des compétences en vente (comme tout métier commercial) mais également des connaissances en horticulture afin de conseiller les clients judicieusement et de prendre soin des végétaux au mieux.

Il faut être passionné par le monde végétal car le vendeur passe son temps à s’occuper de plantes et à en parler. Il doit avoir le sens du relationnel, (savoir écouter, conseiller et convaincre) car il est en permanence en contact avec les clients.

Il est aussi nécessaire d’être organisé, rigoureux et dynamique afin de pouvoir réaliser avec succès les tâches de gestion, d’approvisionnement et d’administration nécessaires à la bonne tenue d’un rayon. Des connaissances en comptabilité et gestion peuvent être un plus dans certains magasins où il est demandé aux vendeurs d’être polyvalent. Cela peut également s’avérer utile si un vendeur veut évoluer plus vite vers le poste de chef de rayon.

1.4 Débouchés, recrutement, où exercer le métier d’Employé de Jardinerie :

Il existe de nombreuses structures dans lesquelles un vendeur conseiller en jardinerie peut exercer son métier :

. les petits commerces de détail spécialisés (boutiques de fleurs),
. les grandes et moyennes surfaces spécialisées de jardinerie et bricolage (Truffaut, Jardiland, Baobab, Castorama, etc.),
. au rayon jardinerie d’une grande surface (Carrefour, Auchan, Leclerc, etc.),
. les marchés,
. les foires d’exposition,
. les pépinières…

Les magasins spécialisés sont en plein essor, car les loisirs dits verts (le jardinage) ont de plus en plus de succès. Il existe donc de nombreux débouchés aujourd’hui pour ce métier.

Il est possible d’être embauché sans formation, mais dans ce cas une première expérience professionnelle sera souvent exigée.

Pour les magasins spécialisés, il sera nécessaire d’avoir suivi une formation, car la partie conseil est très importante. En effet, si les clients décident d’acheter leurs plantes et graines dans une jardinerie et non dans une grande surface, c’est souvent car ils cherchent des conseils de qualité pour les aider à faire le meilleur choix.

Il peut être intéressant de se spécialiser dans une famille de produits pour pouvoir accéder à certains postes qui demandent une expertise très particulière.

1.5 Horaires, conditions et temps de travail Vendeur Conseil en Jardinerie :

Quelle que soit la structure dans laquelle travaille un vendeur en jardinerie, elle est toujours ouverte au public. Elle ouvre donc très souvent les week-ends, certains jours fériés et parfois jusqu’à 20 heures le soir. Les horaires de travail sont donc très prenants, même s’il est possible de travailler à mi-temps.

Certains magasins ont fait le choix de mettre leur rayon en extérieur (pour le bien des plantes) dans un environnement humide et allergène (pollen) ce qui peut rendre les conditions de travail parfois difficiles.

Enfin comme tout métier de la vente, il faut rester debout pendant de longues heures, faire des allers-retours entre la surface de vente et la réserve et parfois porter des charges lourdes (lors de la réception de commandes).

Mais il est certain que de vendre et de s’occuper de végétaux lorsque l’on aime être au contact de la nature et de personnes est une activité gratifiante.

Vendeur en Jardinerie

2. Quel est le salaire d’un Vendeur-Conseil en Jardinerie, son évolution de carrière :

2.1 Combien gagne un Employé de Jardinerie, rémunération, primes :
2.2 Évolution professionnelle d’un Vendeur en Jardinerie :

2.1 Combien gagne un employé de Jardinerie, rémunération, primes :

Le salaire débutant d’un vendeur en jardinerie se situe autour de du SMIC. Le métier n’est pas toujours exercé à temps complet, (l’hiver le commerce de végétaux est très calme) il est donc parfois possible de gagner moins que le SMIC par mois.

Mais un vendeur expérimenté peut espérer une rémunération aux alentours de 1.800€ brut par mois.

Comme pour la plupart des métiers de la vente, certains employeurs proposent à leurs vendeurs un intéressement au chiffre d’affaires global du magasin, ou une prime si les objectifs de chiffre d’affaires sont atteints.

2.2 Évolution professionnelle d’un Vendeur en Jardinerie :

Avec de l’expérience, un vendeur en jardinerie peut devenir chef de rayon, puis adjoint de directeur et en fin de carrière directeur de magasin.

Avec des compétences commerciales et de gestion, de la motivation et du dynamisme, il peut éventuellement décider de s’installer à son compte en tant que fleuriste, pépiniériste ou ouvrir sa propre jardinerie.

Employé de Jardinerie

3. Quels diplômes, études, formations pour devenir Vendeur en Jardinerie :

Il n’est pas obligatoire d’avoir suivi des études pour devenir vendeur conseiller en jardinerie. Cependant, il est vivement conseillé de se former pour trouver plus rapidement un emploi et évoluer plus rapidement.

Il est possible de se former à la vente ou à l’horticulture. Des formations orientées vers la vente (Bac Pro vente et commerce, BTS management des unités commerciales) ne comportent pas d’approche spécifique des plantes.

Les formations à l’horticulture à l’inverse, n’abordent pas l’aspect commercial (CAPA, BEPA, Bac Pro, BTS option horticulture, spécialité pépinières ou fleuriste) mais pourraient convenir.

Toutefois, les entreprises recherchent prioritairement des personnes qui sont qualifiées à la fois en vente et en horticulture.

Il existe deux formations reconnues qui permettent d’acquérir cette double compétence de vendeur et de conseiller en végétaux.

3.1 BAC Pro Technicien Conseil-vente de produits de jardin :
3.2 BTSA Technico-commercial jardins et végétaux d’ornement :
3.3 Formations courtes de Vendeur-Conseiller en Jardinerie :
3.4 Certificat DAPA :

3.1 BAC Pro Technicien Conseil-vente de produits de jardin :

Le baccalauréat professionnel est un diplôme professionnel d’État de niveau IV sous la tutelle du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.

La formation est accessible en formation scolaire, en apprentissage et en formation continue. Elle dure 3 ans.

Les titulaires de certains CAP dans le même domaine peuvent faire une demande pour entrer directement en deuxième année (ou en classe de première professionnelle).

Pour suivre ce BAC Pro de vendeur conseiller en produits de jardin, il faut :

. avoir terminé sa classe de troisième,
. avoir signé un contrat d’apprentissage avec une entreprise si l’on choisit de suivre la formation en alternance.

La formation est composée de Modules Généraux (MG) communs à tous les baccalauréats professionnels (798 heures) :

. MG 1 : langue française, langage, éléments d’une culture humaniste et compréhension du monde (308 h),
. MG 2 : langue et culture étrangères (98 h),
. MG 3 : motricité, santé et socialisation par la pratique des activités physiques, sportives, artistiques et d’entretien de soi (112 h),
. MG 4 : culture scientifique et technologique (280 h),

Les élèves suivront également des Modules Professionnels (MP) liés à la spécialisation « vente de produits de jardin » (658 heures) :

. MP 1 : les bases scientifiques et technologiques nécessaires à la commercialisation des produits de jardin (112 h),
. MP 2 : mercatique (70 h),
. MP 3 : l’entreprise dans son environnement (84 h),
. MP 4 : gestion commerciale d’un espace de vente (70 h),
. MP 5 : techniques de vente (84 h),
. MP 6 : les végétaux d’intérieur et de jardin (98 h),
. MP 7 : les équipements et fournitures de jardin (84 h),
. MAP : Module d’Adaptation Professionnelle (56 h),
. Activités pluridisciplinaires (112 heures).

Les élèves devront également suivre 14 à 16 semaines de stage en milieu professionnel pendant les trois années de formation.

Il existe 7 centres en France qui proposent cette formation en apprentissage :

. CFA agricole de la Haute-Loire (43),
. CFA agricole du Haut-Rhin (68),
. CFA agricole du territoire de Belfort (90),
. CFA de Seine-Maritime (76),
. CFA régional de Genech (59),
. CFPPA d’Antibes (06),
. MFR Bléone-Durance (04).

L’obtention du diplôme se fait par la validation de 7 épreuves finales et d’examens en cours de formation.

Au cours du cursus de 3 ans, les élèves peuvent se présenter aux épreuves du Brevet d’Études Professionnelles Agricoles (BEPA) « conseil-vente ». Le BEPA est un diplôme intermédiaire qu’il est possible d’obtenir au cours des trois années du cursus qui conduit au baccalauréat professionnel.

3.2 BTSA Technico-commercial jardins et végétaux d’ornement :

Si l’on souhaite poursuivre ses études ou si l’on a déjà obtenu un BAC dans un autre domaine, il est possible de suivre un Brevet de Technicien Supérieur Agricole (BTSA) technico-commercial.

Le BTSA est un diplôme d’État de niveau III sous la tutelle du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation. La formation dure 2 ans.

Le BTSA est accessible aux personnes qui ont :

. obtenu un BAC (général, technologique ou professionnel, mais il est recommandé d’avoir suivi un BAC Pro dans le domaine de la vente ou agricole.),
. un contrat d’apprentissage signé avec une entreprise,
. moins de 30 ans (si l’on décide de suivre cette formation en apprentissage).

La formation est composée de Modules Généraux (MG) communs à tous les BTSA technico-commercial (575 heures) :

. MG 1 : organisation économique, sociale et juridique (87 h),
. MG 2 : techniques d’expression, de communication, d’animation et de documentation (174 h),
. MG 3 : langue vivante (116 h),
. MG 4 : éducation physique et sportive (87 h),
. MG 5 : accompagnement du projet personnel et professionnel (87 h),
. Activités pluridisciplinaires du domaine commun (24 h).

Les élèves suivront également des Modules Professionnels (MP) liés à la spécialisation »technico-commercial » (1165 heures) :

. MP 1 : traitement des données (72,5 h),
. MP 2 : technologies de l’information et du multimédia (43,5 h),
. MP 3 : économie d’entreprise (87 h),
. MP 4 : gestion (87 h),
. MP 5 : mercatique (101,5 h),
. MP 6 : relation commerciale (101,5 h),
. MP 7 : économie et techniques commerciales du champ professionnel « Jardin et végétaux d’ornement » (101,5 h),
. MP 8 : projet commercial et actions professionnelles (43,5 h),
. MP 9 : champ professionnel « Jardin et végétaux d’ornement (246,5 h),
. MP 10 : langue vivante technico-commerciale (43,5 h),
. MP 11 : module d’initiative locale (87 h),
. Activités pluridisciplinaires du domaine professionnel (150 h).

Les élèves devront également suivre de 12 à 16 semaines de stage en milieu professionnel.

L’évaluation se fait par contrôle continu (épreuves en cours de cursus) et par 3 épreuves à la fin des deux années de formation.

3.3 Formations courtes de Vendeur-Conseiller en Jardinerie :

Le BAC Pro Technicien Conseil-vente de produits de jardin, et le BTSA Technico-commercial jardins et végétaux d’ornement, permettront d’accéder rapidement à des postes à responsabilités (chef de rayon jardinerie, responsable des achats, etc.). Mais il existe également des formations courtes d’organismes privés qui permettront d’exercer rapidement le métier de vendeur-conseiller en jardinerie.

Plusieurs organismes proposent des formations qui peuvent être suivies à distance et à son rythme et qui permettent de continuer une activité salariale pendant la formation.

C’est particulièrement avantageux pour les personnes souhaitant se reconvertir, mais qui ne peuvent pas se permettre de suivre une formation de 2 ou 3 ans sans toucher de salaire.

3.4 Certificat DAPA :

Un certificat individuel pour les Distributeurs et Applicateurs de Produits Antiparasitaires (certificat DAPA) délivré par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation sera nécessaire si le vendeur conseiller en jardinerie utilise et vend des produits phytosanitaires, ce qui est souvent le cas.

Le certificat est délivré par la Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt (DRAAF) pour une durée de 5 ans renouvelable.

Il peut être obtenu de 3 manières :

. par délivrance directe, sur la base d’un diplôme de niveau IV,
. par Validation des Acquis de l’Expérience (VAE),
. par le passage d’épreuves dans un centre de formation habilité.