Quel est le salaire d’un Ambulancier et son évolution de carrière ?

L’ambulancier transporte les patients vers les établissements de soin et les raccompagne à leur domicile à bord de son ambulance. Mais quel salaire perçoit-il pour faire ce métier ? Comment peut-il évoluer au cours de sa carrière ?

Ambulancier qui transporte un blessé

1. Combien gagne un Ambulancier, rémunération, primes
2. Évolution professionnelle d’un Ambulancier

1. Combien gagne un Ambulancier, rémunération, primes

1.1 Rémunération d’un Ambulancier dans la Fonction Publique

Le salaire de l’ambulancier dans la fonction publique est défini par la grille indiciaire des conducteurs ambulanciers. À expérience égale, les ambulanciers fonctionnaires ont un salaire équivalent dans toute la France.

Pendant sa première année en tant que titulaire, l’ambulancier fonctionnaire perçoit un salaire de 1.565€ brut par mois.

Après 10 années de services dans la fonction publique, l’ambulancier voit sa rémunération brute mensuelle évoluer pour atteindre 1.658€.

À la fin de sa carrière de fonctionnaire, après avoir gravi tous les échelons de son grade de conducteur ambulancier, il perçoit 1.968€ brut par mois.

L’ambulancier a aussi le droit, en plus de son salaire de base, à des primes et indemnités comme : 

  • l’Indemnité Forfaitaire de Risque (IFR),
  • la Prime De Service (PDS),
  • la Nouvelle Bonification Indiciaire (NBI),
  • l’Indemnité de Sujétion Spéciale des 13 heures (ISS),
  • etc.

Les droits des ambulanciers fonctionnaires sont inscrits dans la Convention collective de la Fonction Publique Hospitalière, la Convention collective SMUR ou du SAMU, suivant leur lieu d’exercice.

Le temps de repos quotidien minimum de l’ambulancier est de 12 heures consécutives.

D’après cette convention, le conducteur d’ambulances a également le droit : 

  • à 2 jours et demi de congés par mois,
  • au repos durant les jours fériés calendaires.

En tant que fonctionnaire, il profite également de jours de congés supplémentaires en cas : 

  • d’adoption ou de naissance d’un enfant (3 jours de congés),
  • d’un PACS ou d’un mariage (4 jours de congés),
  • d’une maladie d’un enfant (3 jours de congés non payés),
  • etc.

Au sein d’un établissement public, l’ambulancier peut faire jusqu’à 240 heures supplémentaires par an, sans dépasser 48 heures au cours d’une phase de 7 jours. Ces heures supplémentaires sont rémunérées ou récupérées, selon la volonté de l’employeur.

1.2 Rémunération d’un Ambulancier dans le Secteur Privé

L’ambulancier peut travailler dans le secteur privé, dans des établissements à but lucratif ou non, comme :

  • les centres d’accueil spécialisés,
  • les centres de rééducation, de réadaptation,
  • les cliniques,
  • les EHPAD (Établissements d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes),
  • les maisons de retraite,
  • les ONG (Organismes Non Gouvernementaux),
  • les organismes à vocation humanitaire,
  • etc.

Au début de sa carrière, un ambulancier qui exerce dans le secteur privé touche un salaire moyen de 1.600€ brut par mois (1.248€ net).

Après quelques années dans la même entreprise, son salaire brut peut augmenter autour de 1.800€ par mois (1.404€ net).

Dans le secteur privé, certains avantages permettent à l’ambulancier de voir sa rémunération de base augmenter : les astreintes, l’ancienneté et les primes notamment lui permettent de gagner jusqu’à 2.200€ brut par mois en moyenne (1.716€ net).

1.3 Rémunération d’un Ambulancier Libéral (artisan)

L’ambulancier peut se mettre à compte à condition d’avoir obtenu le Diplôme d’État d’Ambulancier (DEA), un agrément de l’Agence Régionale de Santé et une autorisation préfectorale de circulation. Il crée généralement son entreprise avec le statut juridique d’artisan.

Important : dans ce cas, l’ambulancier doit financer par ses propres moyens l’achat d’un véhicule de transport, dont le prix moyen est de 50.000€.

Au début de son activité libérale, il peut dégager un Chiffre d’Affaires (CA) moyen de 2.785€ brut par mois, avant paiement des taxes dues à la Chambre des Métiers et de l’Artisanat (CMA) : cotisations sociales et contributions à la formation professionnelle.

Quand sa réputation lui permet de remplir son planning de transports, son CA moyen peut atteindre 15.600€ brut mensuel avant paiement des charges à la CMA. Ce montant est donné avant le prélèvement de l’Impôt sur le Revenu et l’ambulancier doit prévoir le financement de son véhicule sanitaire et de ses congés.

Le chiffre d’affaires moyen d’un ambulancier libéral en France tourne plus autour de 7.350€ bruts par mois.

2. Évolution professionnelle d’un Ambulancier

2.1 Évolution de carrière de l’Ambulancier dans la Fonction Publique

L’ambulancier fonctionnaire évolue par changement de grades vers le poste de conducteur ambulancier principal.

S’il travaille au sein d’un hôpital, il peut décider de changer de service pour se spécialiser et devenir ambulancier SAMU ou ambulancier SMUR.

2.2 Évolution de carrière de l’Ambulancier du Secteur Privé

Dans le secteur privé, l’ambulancier expérimenté peut prendre en charge une équipe et coordonner les actions d’opérations nationales.

Il peut se tourner vers un autre métier du secteur médical en suivant des formations pour devenir infirmier ou encore régulateur.

Après quelques années d’expérience, il peut également se mettre à son compte et devenir ambulancier libéral.

Il peut aussi faire le choix de passer le concours de la fonction publique pour devenir conducteur ambulancier fonctionnaire (catégorie C).

2.3 Évolution de carrière de l’Ambulancier Libéral (artisan)

Des formations courtes permettent à l’ambulancier libéral de se tourner vers d’autres métiers du secteur médical comme aide-soignant ou brancardier.

Il peut aussi faire grandir son entreprise en embauchant du personnel pour constituer une équipe d’ambulanciers.