Quel est le salaire d’une Aide Soignante et son évolution de carrière ?

L’aide-soignante prend soin des personnes vulnérables au sein d’établissements dédiés ou à leur domicile : hygiène corporelle, prise des repas, etc. Mais quel salaire perçoit-elle pour faire ce métier ? Comment peut-elle évoluer au cours de sa carrière ?

Aide-soignante avec une dame en fauteuil roulant

1. Combien gagne une Aide Soignante, rémunération, primes
2. Évolution professionnelle d’une Aide Soignante

1. Combien gagne une Aide Soignante, rémunération, primes

1.1 Rémunération d’une Aide-Soignante dans la Fonction Publique Hospitalière (FPH)

Le salaire de l’aide-soignante dans la fonction publique territoriale dépend de la grille indiciaire des agents aides-soignants hospitaliers. Les aides-soignantes fonctionnaires perçoivent donc le même salaire dans toute la France.

Au cours de sa première année de service, l’aide-soignante fonctionnaire a droit à une rémunération mensuelle brute de 1.682€. 

Après 3 ans dans la fonction publique, une aide-soignante voit son salaire mensuel brut évoluer pour atteindre 1.715€.

Après 10 ans à gravir les échelons de son grade de fonctionnaire, l’aide-soignante peut percevoir un salaire de 1.963€ brut par mois.

En fin de carrière, après 20 ans de service, cette professionnelle de santé touche une rémunération brute mensuelle de 2.273€.

À noter : les salaires indiqués tiennent compte de la revalorisation des métiers des établissements de santé et des EHPAD suite aux accords du Ségur de la Santé, signés par l’État en 2020.

En plus de ce salaire de base, l’aide-soignante en milieu hospitalier perçoit les primes et indemnités liées à son statut de fonctionnaire : 

  • prime spéciale de sujétion égale à 10% du salaire brut,
  • Indemnité Forfaitaire de Risque (IFR),
  • Prime Spéciale d’Installation (PSI),
  • Prise en Charge Partielle du Prix des Titres d’Abonnement (PCPTA),
  • etc.

Les droits des aides-soignantes fonctionnaires sont déterminés par la Convention collective de la fonction publique hospitalière.

Le repos quotidien de l’aide-soignante est de 12 heures consécutives au minimum.

Cette convention fixe aussi les congés de l’aide-soignante à deux jours et demi par mois en plus des jours fériés définis par le code du travail.

La fonctionnaire peut bénéficier de jours de congés supplémentaires dans les cas suivants : 

  • maladie d’un enfant (3 jours non payés),
  • adoption ou naissance d’un enfant (3 jours),
  • PACS ou mariage (4 jours),
  • etc.

En milieu hospitalier, une aide-soignante effectue jusqu’à 240 heures supplémentaires par an : elles sont payées avec une majoration de 10% ou transformées en repos compensatoire.

1.2 Rémunération d’une Aide-Soignante dans le Secteur Privé

L’aide-soignante peut décider de travailler pour un établissement privé : 

  • clinique,
  • maison de retraite,
  • crèche,
  • établissements privés d’hospitalisation, de soins, de cures ou de garde,
  • établissements pour les personnes inadaptées et handicapées,
  • etc.

Pendant sa première année de carrière, l’aide-soignante du secteur privé perçoit un salaire moyen de 1.795€ brut par mois (1.400€ net).

Après 5 ans au service de son employeur, elle voit son salaire évoluer pour atteindre 2.179€ brut par mois en moyenne (1.700€ net).

En fin de carrière dans le privé, la professionnelle de santé touche une rémunération mensuelle brute moyenne de 2.436€ (1.900€ net).

Le secteur privé offre aussi plusieurs avantages aux aides-soignantes en plus de leur salaire : 

  • jusqu’à 2.000€ de primes,
  • intéressement et/ou participation aux bénéfices de l’entreprise,
  • chèques cadeaux,
  • tickets restaurants,
  • accès à une salle de sport,
  • etc.

1.3 Rémunération d’une Aide-Soignante Libérale (à domicile)

L’aide-soignante qui a obtenu le Diplôme d’État d’Aide-Soignant (DEAS) et l’agrément de la Direction Régionale de l’Économie, de l’Emploi, du Travail et des Solidarités (DREETS), peut se mettre à son compte pour soigner sa patientèle à domicile. Elle doit créer une micro-entreprise et déclarer son Chiffre d’Affaires (CA) à l’URSSAF.

Après paiement des cotisations et contributions sociales, l’aide-soignante libérale débutante peut dégager un salaire moyen de 1.550€ net par mois.

Après quelques années d’expérience à domicile, la professionnelle peut augmenter son bénéfice pour arriver à 1.697€ par mois.

Si elle augmente son taux horaire et qu’elle accepte davantage de patients, elle peut gagner jusqu’à 1.909€ par mois en moyenne.

Important : le montant des salaires est donné avant paiement de l’Impôt sur le Revenu (IR).

2. Évolution professionnelle d’une Aide Soignante

Pour augmenter son salaire et ses responsabilités, l’aide-soignante fonctionnaire ou salariée peut décider de se spécialiser dans un service particulier, comme la gérontologie ou la pédiatrie par exemple. 

Grâce à la formation continue, l’aide-soignante peut également envisager d’autres domaines de spécialisation. Elle peut par exemple devenir agent de stérilisation ou aide-soignante en hémodialyse.

Pour une aide-soignante libérale qui souhaite rester à son compte, il est également possible de se spécialiser dans les soins aux personnes handicapées à domicile.

Enfin, une aide-soignante peut bénéficier d’allègements de concours ou de formation pour certains diplômes de la santé.

Si elle souhaite devenir infirmière, elle est dispensée de certaines épreuves du concours d’entrée si elle justifie de 3 années d’expérience professionnelle en tant qu’aide-soignante. En revanche, elle ne bénéficie d’aucun allègement de formation et doit obtenir son diplôme après 3 années d’études.

L’aide-soignante peut aussi devenir auxiliaire de puériculture, aide médico-psychologique ou ambulancière. Dans ce cas, elle devra obtenir le diplôme correspondant (DEAP, DEAES ou DEA), mais pourra bénéficier d’un cursus passerelle, c’est-à-dire qu’elle sera dispensée de certains modules de la formation.