Fiche Métier d’Adjoint de Sécurité de la Police Nationale

L’adjoint de sécurité assiste les gardiens de la paix dans leur rôle de protection des biens et des personnes. Quand il n’est pas sur le terrain, il accueille et informe le public au sein du commissariat. Cette fiche métier vous donne toutes les informations utiles pour devenir adjoint de sécurité.

Adjoints de sécurité
© Roman Bonnefoy

Synonymes et métiers similaires : ADS, cadet de la République, Agent de Surveillance de la Voie Publique (ASVP), gardien de la paix, policier municipal, gendarme adjoint volontaire.
Niveau d’étude ou diplôme minimum : aucun, métier accessible sans diplôme.
Études en alternance : non, mais formation rémunérée après les sélections.
Salaire débutant : 1.304€ net par mois en province, 1.402€ net en Île-de-France.
Statut : agent contractuel de droit public du ministère de l’Intérieur.
Limite d’âge pour le recrutement : 18 ans minimum et 30 ans maximum au moment de l’incorporation.

1. Que fait un Adjoint de Sécurité : missions, tâches et fonctions
2. Quel est le salaire d’un Adjoint de Sécurité, son évolution de carrière
3. Quels diplômes, études, formations, concours pour devenir Adjoint de Sécurité

1. Que fait un Adjoint de Sécurité : missions, tâches et fonctions

1.1 Quotidien d’un ADS

L’adjoint De Sécurité (ADS) travaille au sein de la police nationale. Il patrouille en équipe avec d’autres ADS sous la responsabilité d’un gardien de la paix. Sa mission principale est d’assister la police dans ses activités : surveillance des lieux publics, régulation de la circulation sur les routes, aide aux victimes, etc. De ce fait, son métier s’exerce majoritairement dans la police de proximité.

L’ADS est assermenté, cela signifie qu’il a la possibilité de procéder aux relevés d’identité, de verbaliser les petites infractions (de classes 1, 2, 3 et 4) et d’immobiliser des véhicules.

L’adjoint de sécurité possède une carte professionnelle et doit respecter le secret professionnel. Il peut aussi être amené à porter d’une arme de service suivant les missions qui lui sont confiées.

À noter : contrairement au gardien de la paix, l’ADS ne peut pas recevoir de plaintes à l’encontre d’un usager ni consulter les fichiers de la police. Lorsqu’il constate une infraction qu’il n’a pas le droit de verbaliser, il doit en référer à sa hiérarchie.

1.1.1 Permanence de l’Adjoint de Sécurité au commissariat

Quand l’adjoint de sécurité est de permanence au commissariat, il assure l’accueil et l’information du public. Il oriente les usagers vers le service approprié à leur situation personnelle.

L’adjoint de sécurité prend aussi en charge les appels téléphoniques et donne des renseignements aux citoyens. On peut lui demander des informations variées, plutôt dans le domaine administratif ou juridique (stationnement gênant, déclaration de perte, de vol, etc.), car les appels d’urgence sont pris en charge par le 17.

Quand un citoyen dépose un dossier (vote par procuration, main-courante, plainte, etc.), l’ADS est chargé de vérifier la validité des pièces justificatives pour que la démarche puisse aboutir.

1.1.2 Les missions opérationnelles de l’Adjoint de Sécurité

Lorsqu’il est sur le terrain, l’adjoint de sécurité peut rencontrer deux types de situation : 

  • Journée en autonomie : l’ADS organise, en lien avec son équipe, des contrôles routiers et des actes de prévention (sécurisation des réseaux routiers, signalisation, balisage, etc.), la surveillance des lieux publics, des contrôles d’identité ou de produits, la verbalisation des infractions courantes, etc.
  • Journée d’intervention : l’ADS est intégré à une équipe qui intervient sur une mission spécifique : transfert d’un détenu, arrestation, filature, etc. Quand il n’est pas en patrouille véhicule, il effectue ses missions à pied dans un secteur donné, toujours en équipe.

L’adjoint de sécurité intervient sur des missions très diverses : 

  • Sécurité routière : l’ADS réalise des contrôles de vitesse, fait passer des tests d’alcoolémie aux automobilistes et constate les infractions au code de la route. Il aide les gardiens de la paix à réguler et à sécuriser le trafic routier. Il peut être amené à intervenir sur des scènes d’accident de la route.
  • Sécurité des lieux publics : l’ADS surveille les préfectures et les tribunaux. Posté à l’entrée de ces lieux, il procède à la fouille des individus entrants pour déceler la présence d’objets non-autorisés  (arme blanche, arme à feu, produits explosifs, etc.).
  • Sécurité générale : en renfort de la brigade de police-secours, il assiste aux opérations d’urgence comme les tapages nocturnes, les violences conjugales ou les bagarres de rue. Il contribue à maîtriser les individus agressifs en renfort des gardiens de la paix.
  • Contrôle des frontières et lutte contre l’immigration irrégulière : l’ADS vient en appui à ses supérieurs dans les opérations de contrôle d’identité aux frontières aériennes, terrestres ou maritimes. Il peut aussi participer à la lutte contre le travail illégal en effectuant des investigations avec son équipe.
  • Autres interventions : l’adjoint de sécurité peut être appelé en renfort pour assurer la sûreté des transports internationaux (prévention d’actes malveillants, contrôle des accès aux zones réservées, etc.), il peut aussi effectuer des enquêtes sur la petite et la moyenne délinquance.

Même si la majorité des adjoints de sécurité sont des hommes, il est tout à fait possible pour une femme d’exercer ce métier. Leur proportion dans les effectifs a tendance à augmenter.

1.2 Tenue et équipement

L’adjoint de sécurité porte le même uniforme que les autres fonctionnaires de la police : il se compose d’un polo avec l’insigne de la police et d’un pantalon, tous les deux bleu marine. Des bottes basses noires viennent compléter la tenue.

L’uniforme de l’ADS évolue selon la saison : en période estivale, on lui fournit une casquette et un polo à manches courtes, de couleur bleu clair. En hiver, il peut porter un blouson à épaulettes et un bonnet, assortis au reste de sa tenue.

À noter : tous les vêtements de l’ADS sont siglés d’un carré bleu, contrairement à ceux des autres fonctionnaires de la police. Cela permet de le distinguer des gardiens de la paix et des gradés.

Lorsque l’ADS est affecté sur une mission qui nécessite le port d’une arme de service, il porte impérativement un gilet pare-balles individuel. L’agent est aussi équipé de menottes pour effectuer des arrestations.

1.3 Qualités essentielles, compétences nécessaires

L’adjoint de sécurité aime le travail en équipe, sous la responsabilité d’un supérieur hiérarchique. Il sait faire face à des situations variées qui font appel à son sens du contact, à ses capacités d’analyse et à la maîtrise de soi.

L’ADS a le sens de la communication pour écouter les demandes des usagers en visite au commissariat, et aussi pour transmettre toutes informations utiles à sa hiérarchie.

Ses capacités d’observation et d’analyse sont largement sollicitées quand il doit repérer des comportements suspects et agir en conséquence.

Le contrôle de soi est important pour le maniement de son arme de service. C’est aussi une qualité importante lorsqu’il est question de maîtriser un prévenu agressif.

Comme le gardien de la paix, l’ADS fait preuve d’une grande discrétion concernant les missions qui lui sont confiées. Il doit savoir prendre du recul par rapport aux situations difficiles qu’il rencontre : violence, insultes, etc.

Enfin, une bonne condition physique est requise pour devenir adjoint de sécurité, notamment pour pouvoir effectuer des courses-poursuites.

1.4 Débouchés, recrutement, où exercer ce métier

Le métier d’adjoint de sécurité peut être affecté dans l’un des services suivants : 

  • commissariat,
  • brigade de transports internationaux,
  • préfecture,
  • tribunal.

Aucun diplôme n’est nécessaire pour devenir adjoint de sécurité, il faut déposer un dossier de candidature et passer des épreuves de sélection : tests psychologiques et physiques, entretien devant une commission.

Une visite médicale et une enquête administrative font également partie du processus de recrutement.

L’adjoint de sécurité est recruté en tant qu’agent contractuel de droit public du ministère de l’Intérieur. Il signe un CDD de 3 ans, renouvelable une fois à sa demande.

La police nationale recrute de nombreux ADS chaque année, de nombreux postes sont ouverts dans toute la France. C’est un métier d’avenir qui garantit un emploi stable avec des possibilités d’évolution vers le statut de gardien de la paix.

1.5 Horaires, conditions et temps de travail

L’adjoint de sécurité travaille environ 40 heures par semaine, suivant un emploi du temps variable. Il peut faire partie de la brigade du matin, de l’après-midi ou de nuit.

Il n’est pas rare que l’ADS travaille les week-ends et jours fériés, sans majoration de salaire.

La pénibilité du métier d’adjoint de sécurité varie selon les missions qui lui sont confiées : l’information du public au sein du commissariat lui réclame peu d’efforts, d’autres interventions demandent au contraire, beaucoup de force mentale ou physique.

Camion de la Police Nationale

2. Quel est le salaire d’un Adjoint de Sécurité, son évolution de carrière

La rémunération de l’adjoint de sécurité est la même pendant toute la durée de son contrat (CDD de 3 ans renouvelable 1 fois, soit 6 ans en tout).

2.1 Combien gagne un Adjoint de Sécurité, rémunération, primes

Le salaire de l’adjoint de sécurité varie selon qu’il exerce en région parisienne ou dans le reste de la France : 

  • en Île-de-France, un ADS gagne 1.402€ net par mois,
  • en province, un ADS perçoit un salaire de 1.304€ net par mois.

À noter : il est rémunéré et hébergé gratuitement pendant toute la durée de sa formation. Son statut d’élève lui donne droit au même salaire qu’un adjoint de sécurité en poste.

En plus de son salaire, l’Adjoint De Sécurité (ADS) perçoit des indemnités et primes.

Les indemnités de l’ADS : 

  • 60€/mois : indemnité d’exercice versée à tous les ADS,
  • 70€/an : indemnité d’entretien de l’habillement perçue par tous les ADS,
  • 90€/mois : indemnité de résidence versée uniquement aux ADS qui exercent en Île-de-France.

L’ADS qui travaille de nuit perçoit aussi des primes : 

  • 15€/mois pour les cycles avec durée de vacation inférieure à 11h00,
  • 35€/mois pour les cycles avec durée de vacation entre 11h00 et 12h00,
  • 55€/mois pour les cycles avec durée de vacation supérieure à 12h00.

Une majoration supplémentaire de 45€/mois est également prévue pour les adjoints qui couvrent en continu le cœur de nuit : de 0h00 à 5h00.

Enfin, une indemnité “horaire de nuit” est versée chaque trimestre au ADS, au prorata des nuits travaillées : 

  • indemnité qui correspond aux heures réellement effectuées entre 21h00 et 6h00,
  • majoration de 0.17 centimes des heures de nuit : 22h00 – 06h00,
  • majoration de 0.80 centimes des heures de “travail intensif” : 21h00 – 05h00,
  • majoration de 0.94 centimes des heures travaillées les dimanches et jours fériés.

2.2 Évolution professionnelle d’un Adjoint de Sécurité

Pendant toute la durée de son contrat, l’ADS bénéficie de mesures d’insertion professionnelle. Une formation continue lui permet de préparer son évolution de carrière et il peut préparer gratuitement le concours interne de gardien de la paix, qu’il pourra passer après 1 an de service minimum.

Devenir gardien de la paix est l’évolution de carrière logique pour un adjoint de sécurité, il deviendra ainsi fonctionnaire d’Etat et sera rémunéré environ 2.000€ net (primes incluses) au 1er échelon.

Il pourra par la suite évoluer au sein de la police nationale en changeant de grade, en devenant officier ou en se spécialisant (motard, maître chien, etc.).

À noter : au 1er janvier 2020, plus de la moitié des 75.689 adjoints de sécurité sont devenus fonctionnaires de la police.

L’adjoint de sécurité peut aussi faire valoir son expérience professionnelle en validant le diplôme “sûreté des espaces ouverts au public”, de niveau CAP et reconnu par l’Éducation Nationale. 

Enfin, un titre certifié de niveau 3 “Adjoint de Sécurité Intérieure” est remis à l’ADS à la fin de sa formation initiale. Ce document lui permet de prouver ses compétences auprès de ses futurs employeurs, publics ou privés.

Les compétences de l’adjoint de sécurité lui permettent de se réinsérer dans le secteur privé, notamment en tant que convoyeur de fonds ou agent de sécurité. Il peut aussi intégrer la fonction publique territoriale en devenant policier municipal.

3. Quels diplômes, études, formations, concours pour devenir Adjoint de Sécurité

Aucun diplôme n’est obligatoire pour devenir adjoint de sécurité de la police nationale. Il faut cependant déposer un dossier de candidature et passer des épreuves de sélection.

Généralement, les premières épreuves de sélection démarrent un mois après la clôture des inscriptions au poste d’ADS en région.

3.1 Épreuves de sélection au poste d’Adjoint de Sécurité

Le recrutement de l’adjoint de sécurité se fait grâce à des épreuves de sélection : elles sont organisées par zone de défense de sécurité (zone Sud, zone Paris-Île-de-France, Guadeloupe, zone Sud-Est, etc.).

Les épreuves de sélection comprennent 5 phases :

  • l’examen du dossier de candidature,
  • les tests psychologiques,
  • les épreuves sportives,
  • l’entretien devant une commission,
  • la visite médicale et l’enquête administrative.

3.1.1 Examen du dossier de candidature

Le dossier de candidature est téléchargeable sur le site du ministère de l’Intérieur. Il peut également être retiré au format papier auprès d’un commissariat ou du bureau du recrutement et de la formation du Secrétariat Général pour l’Administration du Ministère de l’Intérieur (SGAMI) du département d’inscription.

Important : Le dossier de candidature doit être déposé par le candidat dans le département où il souhaite être en service.

Pour que le dossier du candidat au poste d’ADS soit jugé recevable, il doit réunir les pièces justificatives suivantes : 

  • formulaire de demande de candidature,
  • liste de vœux d’affectation,
  • lettre de motivation rédigée à la main,
  • photocopie de la carte d’identité (recto-verso) ou du passeport valide,
  • certificat de participation à la Journée Défense et Citoyenneté (JDC) ou à la Journée d’Appel de Préparation à la Défense (JAPD),
  • photocopie des diplômes et titres validés,
  • certificat médical fourni, complété par un médecin.

Les candidats qui remplissent les conditions d’accès au poste d’adjoint de sécurité reçoivent une convocation aux épreuves de sélection.

3.1.2 Tests psychologiques

Il s’agit d’une épreuve qui se compose de deux séries d’exercices. Le but de ces tests est de cerner le profil psychologique du candidat et d’évaluer sa capacité à travailler en équipe.

En plus des tests psychologiques, le candidat doit passer une épreuve écrite : le commentaire d’une photographie. Dans cette épreuve, une scène de la vie quotidienne est présentée au candidat. Il doit en donner une description écrite détaillée. Cet exercice, dit de “photo langage”, permet de juger le niveau d’expression écrite du candidat.

3.1.3 Épreuves sportives

L’échec à l’une des deux épreuves sportives suivantes est éliminatoire.

  • Test de résistance musculaire : le candidat doit maintenir une position de gainage pendant 1 minute et 45 secondes pour les hommes et 1 minute et 15 secondes pour les femmes.

L’arrêt de l’exercice ou le non-respect des consignes signalé deux fois est éliminatoire.

Visionnez la vidéo de l’épreuve pour vous préparer au respect des consignes.

  • Test d’Endurance Cardio-Respiratoire (TECR) : le candidat effectue des allers-retours sur 20 mètres à une vitesse rythmée par une bande sonore.

Le candidat doit obligatoirement atteindre les paliers suivants pour valider le TECR :

  • palier 4 pour les femmes : rythme de 10km/h après 3 minutes d’épreuve,
  • palier 6-15 pour les hommes : rythme de 11,1km/h après 5 minutes et 15 secondes d’épreuve.

Important : pour être autorisé à passer ces épreuves, le candidat doit venir muni d’un certificat médical d’aptitude à la pratique du sport datant de moins de 3 mois.

3.1.4 Entretien avec une commission

Le candidat passe un entretien, d’une durée de 15 minutes, devant une commission départementale composée d’un commissaire et d’un lieutenant de police, d’un gardien de la paix, d’un psychologue et parfois d’un représentant de Pôle Emploi.

L’échange entre la commission et le candidat permet de comprendre ses motivations pour le poste d’Adjoint De Sécurité (ADS).

Exemple de questions posées durant l’entretien :

  • Qu’est-ce qui vous intéresse dans le métier d’adjoint de sécurité ?
  • Quels sont vos défauts et vos qualités ?
  • Pourquoi la commission doit-elle retenir votre candidature plutôt qu’une autre ?
  • Comment se déroule la formation d’ADS ?

Pour réussir cette épreuve, le candidat doit connaître les grades et les services de la police ainsi que leur fonctionnement. Il doit aussi pouvoir nommer le ministre de l’Intérieur et le préfet de sa région. Être informé de l’actualité politique, sociale et économique est également important.

À noter : il est vivement recommandé de porter une tenue correcte pour se présenter devant la commission.

3.1.5 Visite médicale d’aptitude physique

Cette visite médicale permet de vérifier les capacités physiques du candidat :

  • a-t-il une bonne vue ?
  • est-il apte à travailler de jour et de nuit ?
  • est-il en capacité de porter une arme ?

Après plusieurs examens généraux (prise de la tension, mesure du rythme cardiaque, etc.), le médecin de la police réalise un dépistage des produits illicites qui doit impérativement être négatif.

3.1.6 Enquête administrative

Cette enquête permet de s’assurer du bon sens moral du candidat. Pour cela, des témoignages sont recueillis auprès de son voisinage.

Les services administratifs de la police consultent aussi le Traitement d’Antécédents Judiciaires (TAJ), qui doit être vierge.

3.2 Formation et prise de poste de l’Adjoint de Sécurité

Le candidat qui est sélectionné pour devenir ADS est admis en école de police pour une durée de 3 mois.

Il y apprend les bases de son métier au cours de deux sessions d’apprentissage :

  • Formation en école de police (12 semaines) : ce module permet à l’élève ADS de découvrir les bases du métier à travers la résolution de nombreux cas pratiques. Il déploie des solutions face à diverses situations professionnelles fictives. Ces enseignements lui apportent un soutien individualisé.
  • Service actif (2 semaines) : cette formation de terrain permet à l’adjoint de sécurité de prendre ses marques sur son site d’affectation. Il y découvre toutes les missions qui lui seront confiées pendant son contrat d’ADS.

Au cours de ces deux phases d’apprentissage (théorique et terrain), les formateurs évaluent les connaissances juridiques et techniques de l’ADS.

Son savoir-être et sa motivation sont également primordiaux pour la validation de sa formation. Sa capacité à s’adapter à un problème concret est aussi minutieusement évaluée (accueil du public, faire face à des individus violents, etc.).

Bon à savoir : un passeport d’avenir professionnel est rédigé par la hiérarchie de l’ADS dès son entrée en formation. Ce document décrit l’expérience acquise par l’adjoint de sécurité au sein de la police nationale et son projet professionnel. Si l’ADS réussit le concours de gardien de la paix, le passeport d’avenir professionnel sera transmis à l’école de police dans laquelle il effectuera sa formation intiale. S’il choisit de se reconvertir dans le privé, ce document peut faciliter l’embauche ou les démarches à effectuer auprès de Pôle Emploi par exemple.

L’élève ADS qui réussit sa formation se voit remettre une “attestation d’aptitude générale à l’emploi”. Sans ce document, l’élève n’est pas autorisé à signer le contrat de droit public d’ADS.

Rappel : tout au long de sa formation, l’élève adjoint de sécurité est rémunéré 1.304€ net par mois en province et 1.402€ net en Île-de-France.