Fiche Métier de Courtier en Assurances

Un courtier en assurances se charge de trouver les contrats d’assurance les plus adaptés à ses clients en fonction de leurs besoins. Il ne travaille pas pour les compagnies d’assurances et cherche toujours à protéger les intérêts de ses clients. Cette fiche métier vous donne toutes les informations utiles pour devenir courtier en assurances.

Courtier en assurance

Synonymes et métiers associés : courtier en banque, agent général d’assurance, commercial, directeur commercial, gestionnaire de contrat, courtier, courtier en immobilier, courtier en voyages, courtier en travaux.
Niveau d’étude ou diplôme minimum : aucun, mais un stage professionnel de 150h est obligatoire.
Études en alternance : oui.
Salaire débutant : entre 1.500€ et 3000€ brut par mois.
Statut : salarié, indépendant, chef d’entreprise.
Limite d’âge pour le recrutement : 18 ans.

1. Que fait un Courtier en Assurance : missions, tâches et fonctions
2. Quel est le salaire d’un Courtier en Assurance, son évolution de carrière
3. Quels diplômes, études, formations, examens pour devenir Courtier en Assurance

1. Que fait un Courtier en Assurance : missions, tâches et fonctions

Le courtier d’assurance, ou courtier en assurances, est l’entremetteur entre ses clients et les compagnies d’assurance.
Il possède le statut d’intermédiaire d’assurance (IAS). Le courtier représente les intérêts de ses clients et non ceux des compagnies d’assurance.
Il ne faut pas le confondre avec l’agent général d’assurance, qui possède le même statut, mais qui est rattaché à un ou plusieurs assureurs.

1.1 Quotidien du métier de Courtier en Assurance

Les courtiers et les cabinets de courtages choisissent souvent de se spécialiser, soit dans certains produits d’assurance comme les assurances vie ou les assurances santé par exemple, soit dans une clientèle précise comme les particuliers, les grands-comptes, les PME-PMI, etc.

Si le courtier en assurances est salarié, il bénéficie d’un portefeuille de clients qui appartient à l’entreprise, qu’il peut faire évoluer ou non, en fonction des responsabilités qui lui sont accordées. En revanche, lorsqu’il est indépendant, il doit lui-même trouver sa clientèle.

Son métier s’effectue généralement en 3 étapes : le rendez-vous client, la recherche d’offres, le suivi et la gestion des sinistres.

  • Rendez-vous client :

C’est la première étape indispensable de l’activité du courtier. Au cours de ce premier rendez-vous, le client et lui échangent sur les besoins du client, son budget et son profil. Grâce à ces informations, le courtier d’assurance peut ensuite passer à la recherche d’offre.

  • Recherche d’offres :

Pendant cette phase, le courtier en assurance cherche et analyse tous les produits qui pourraient convenir à son client. Il lui arrive de créer des contrats sur-mesures pour lesquels il lance des appels d’offres.

Comme il représente les intérêts de son client, le courtier doit mettre ses talents de négociateur à profit pour obtenir les meilleures conditions au meilleur prix.

Lorsqu’il pense avoir trouvé le contrat idéal, il met en relation son client avec la compagnie d’assurance et accompagne ce-dernier jusqu’à la signature.

  • Suivi et gestion des sinistres :

Le courtier d’assurance s’assure du respect des clauses du contrat et assiste son client en cas de litige ou de sinistre. Il participe activement au montage des dossiers de règlement et d’indemnisation.

Si la situation de son client évolue, il peut chercher à ajuster le contrat ou en trouver un autre qui sera plus adapté aux nouveaux besoins de son client.

En dehors de ces 3 phases, le courtier en assurances doit constamment se renseigner sur l’évolution du marché, les nouveaux produits et leurs enjeux pour pouvoir proposer les meilleures prestations à ses clients.

Le réseautage est également un aspect important de son métier, encore plus lorsqu’il est indépendant ou dirigeant d’une société. En effet, il doit sans arrêt développer son fichier client, se constituer un réseau de compagnies d’assurances et de personnes qui peuvent lui apporter de nouveaux clients comme les avocats ou les experts-comptables.

1.2 Tenue et équipement

Le courtier d’assurance travaille en costume ou en tenue de ville en fonction du code vestimentaire de son entreprise. Quoi qu’il en soit, il doit toujours être bien présenté, surtout lorsqu’il rencontre des clients.

Il n’a pas besoin d’équipement particulier. Lorsqu’il travaille à son bureau, il utilise principalement son ordinateur et son téléphone. Lorsqu’il se déplace pour voir des clients, il peut apporter des supports commerciaux qu’il aura réalisés.

1.3 Qualités essentielles, compétences nécessaires

Un courtier en assurances doit posséder une grande aisance relationnelle, un sens aiguë du commerce et des talents de négociateur.

Il doit être capable d’anticiper les tendances et les besoins de ses clients. Il possède également des qualités de leadership qui lui permettront de gravir les échelons et de diriger des équipes.

S’il travaille pour un cabinet international, la maîtrise de l’anglais professionnel est indispensable.

1.4 Débouchés, recrutement, où exercer ce métier

Le secteur des assurances est en hausse depuis quelques années. Les débouchés sont nombreux et un courtier d’assurance qualifié n’aura pas trop de mal à trouver un poste.

Le recrutement s’effectue par une candidature classique (CV + lettre de motivation) puis un ou plusieurs entretiens d’embauche.

Un courtier peut travailler en tant qu’indépendant ou au sein d’un cabinet de courtage. La plupart des cabinets sont situés dans de grandes villes. Pour les cabinets internationaux, de grands déplacements sont à prévoir.

1.5 Horaires, conditions et temps de travail

Les courtiers d’assurance ont généralement des horaires de bureau classiques, de 8/9h jusqu’à 18/19h. Cependant, les heures supplémentaires sont fréquentes et le métier exige beaucoup de déplacements.

Les conditions de travail sont plutôt bonnes, même si c’est un métier très prenant, qui peut aussi devenir très stressant.

La plupart des courtiers sont employés à plein temps et en CDI.

A l’heure actuelle, les postes de courtier en assurances sont principalement occupés par des hommes

Courtier en assurance dans son bureau

2. Quel est le salaire d’un Courtier en Assurance, son évolution de carrière

Le salaire d’un courtier d’assurance est très fluctuant car il se compose d’une partie fixe et d’une partie variable. Les débutants peuvent être rémunérés entre 1.500€ et 3000€ brut par mois (entre 1.170€ et 2.340€ net), en fonction de leur parcours, de leurs études et du cabinet qui les emploie.

Le salaire moyen d’un courtier en France est d’environ 5.250€. Certains gagnent beaucoup plus, d’autres beaucoup moins.

La partie variable de la rémunération se présente sous formes d’honoraires payés par les clients, de commissions payées par les compagnies d’assurance ou d’avantages économiques. Il est possible de cumuler les trois.

Concernant son évolution de carrière, un courtier d’assurance peut gravir les échelons au sein de son entreprise grâce à des promotions. Cela lui permettra d’encadrer des équipes, d’accéder à une meilleure rémunération et à plus de responsabilités.

Un courtier peut aussi décider d’ouvrir son propre cabinet de courtage, de se spécialiser dans une clientèle, un secteur, ou un produit. Pour faire grandir son entreprise, le courtier entrepreneur a également la possibilité de se lancer sur le marché international.

3. Quels diplômes, études, formations, examens pour devenir Courtier en Assurance

Il est possible de devenir courtier en assurances sans diplôme. Pour cela, le candidat doit effectuer un stage professionnel d’au moins 150 heures dans un cabinet de courtage, dans une entreprise du domaine de l’assurance, ou dans un centre de formation (certains centres proposent des formations en ligne).

Ce stage lui permet d’obtenir le Niveau 1-IAS (Intermédiaire d’Assurance) et ainsi de pouvoir accéder au métier de courtier d’assurance.

Néanmoins, les formations plus classiques sont appréciées des recruteurs et de nombreux diplômes permettent d’accéder à des postes de courtier.

Ces formations permettent également aux élèves de constituer leur réseau grâce aux stages, à l’alternance, avec les professeurs et les autres élèves. Ce n’est pas négligeable puisque le réseau est essentiel dans les métiers de courtage et cela pourra faciliter l’insertion professionnelle du courtier.

3.1 Formations Courtier en Assurances

Pour devenir courtier d’assurance, un étudiant peut se former dans plusieurs domaines : l’assurance, le droit, la gestion et le commerce.

  • Assurance :

Dans ce domaine, l’étudiant peut choisir de faire un BTS Assurance en 2 ans, une Licence Professionnelle en Assurance ou un Bachelor en Assurance en 3 ans.

Au niveau BAC+5, il est possible de faire un MBA (Master of Business Administration) Assurance ou un Master en Assurance. L’École Supérieur d’Assurance (ESA) propose également un diplôme de Manager de l’assurance en 5 ans.

A noter qu’il est possible de commencer par le BTS, puis la Licence Professionnelle avant d’obtenir son Master.

  • Droit et gestion :

Les domaines de l’assurance et du droit sont très liés, c’est pourquoi les courtiers formés en droit sont aussi appréciés. Un DUT Carrières Juridiques est accessible en 2 ans.

Si un courtier veut poursuivre ses études, il peut choisir de faire une Licence en droit et en gestion en 3 ans puis un Master du domaine juridique en 5 ans.

  • Commerce :

Le BTS Management Commercial Opérationnel (qui remplace le BTS MUC) et le DUT Techniques de Commercialisation sont deux diplômes qui permettent de devenir courtier d’assurance en 2 ans.

Pour les cursus plus long, les diplômes d’Écoles de Commerce et d’Écoles d’Ingénieurs qui s’obtiennent en 5 ans, sont très appréciés des recruteurs.

A noter que certains de ces diplômes sont accessibles via la Validation des Acquis de l’Expérience (VAE).

3.2 Ouvrir son cabinet de courtage

Après quelques années d’expérience, un courtier en assurances peut décider de lancer son propre cabinet de courtage.

Dans ce cas, il devra répondre à 5 conditions :

  • la capacité professionnelle : elle peut s’obtenir à la suite d’un stage professionnel (de minimum 150 heures) dans le domaine de l’assurance ou au sein d’un centre de formation grâce auquel il obtient le niveau 1-IAS (Intermédiaire d’Assurance). Une expérience dans le domaine de l’assurance de 2 ans en tant que cadre (4 ans si non-cadre) lui donne aussi ce niveau,
  • être considéré comme honorable : cela signifie que le courtier ne doit pas avoir fait l’objet de condamnation pour un crime ou plusieurs délits en 10 ans, en particulier l’escroquerie, le vol, l’abus de confiance…
  • souscrire à une assurance Responsabilité Civile Professionnelle (RCP) : cette assurance prend en charge les dommages qu’une entreprise a pu causer,
  • souscrire à une Garantie Financière : c’est une caution professionnelle qui s’engage à assurer les paiements à la place du professionnel en cas de problème,
  • s’inscrire à l’ORIAS : c’est l’organisme qui immatricule les intermédiaires d’assurance. Cette immatriculation est à renouveler tous les ans.

Une fois qu’il a rempli toutes ces conditions et qu’il a déclaré son activité à la Chambre de Commerce et de l’Industrie, le courtier peut enfin ouvrir son cabinet de courtage, racheter un portefeuille de clients (ou se constituer son propre réseau) et démarrer son activité.