Réussir le Concours d’Officier de Gendarmerie

Vous souhaitez devenir officier de gendarmerie ? Consultez ce guide et obtenez toutes les informations importantes pour s’inscrire et réussir le concours d’officier de gendarmerie.

Un officier de gendarmerie est un militaire rattaché pour emploi au ministère de l’Intérieur. Son affectation se fait sur l’ensemble du territoire français.

S’il réussit le concours d’officier de gendarmerie, le candidat devient cadre supérieur du corps de la Gendarmerie Nationale (GN) et peut accéder à plusieurs métiers ou spécialisations :

  • gendarme de l’air,
  • gendarme en montagne,
  • gendarme du GIGN,
  • chef de groupe maître-chien, etc.

En tant qu’officier, il obtient directement la qualification d’Officier de Police Judiciaire (OPJ) qui lui permet de participer à des enquêtes.

Officier de Gendarmerie

La gendarmerie nationale emploie aussi des officiers pour le Corps Technique et Administratif (CTA), qui réunit des experts administratifs, techniques et logistiques de haut niveau.

Cette fiche concours ne concerne pas le concours d’Officier Technique et Administratif (CTA) mais regroupe les informations pour passer le concours d’officier opérationnel, c’est-à-dire, sur le terrain.

Pour devenir officier de gendarmerie opérationnel, le candidat à plusieurs possibilité, en fonction de son parcours :

  • le concours externe, qui est le mode de sélection le plus accessible,
  • le concours interne, réservé aux sous-officiers de gendarmerie de 36 ans maximum, en service depuis 6 ans minimum,
  • le recrutement sur titre, pour candidat de niveau BAC+5,
  • le recrutement en sortie d’une grande école militaire,
  • le recrutement sous contrat-encadrement, dédié aux candidats de niveau BAC+3.

1. Quelles sont les conditions pour passer le Concours d’Officier de Gendarmerie
2. Comment s’inscrire au Concours d’Officier de Gendarmerie 2021
3. Quelles sont les épreuves du Concours d’Officier de Gendarmerie
4. Comment sont recrutés, formés et titularisés les Officiers de Gendarmerie

1. Quelles sont les conditions pour passer le Concours d’Officier de Gendarmerie

Il faut remplir ces conditions pour passer le concours d’officier de gendarmerie :

  • avoir la nationalité française,
  • être en règle avec le code du service national : JAPD ou JDC effectuée.

1.1 Conditions complémentaires pour le Concours Externe

Le candidat au concours externe d’officier de gendarme (« OG UNIV ») doit aussi répondre aux conditions suivantes au moment de son admission à l’École des Officiers de Gendarmerie Nationale (EOGN) :

  • être âgé de maximum 27 ans au 1er janvier de l’année du concours,
  • être titulaire d’un M2 ou équivalent (BAC +5),
  • OU d’un diplôme de niveau 1 (niveau 7 en Europe),
  • OU d’un diplôme enregistré au Registre Nationale des Certifications Professionnelles (RNCP) – FR : niveau 1 / UE : niveau 7.

A noter : si vous n’avez pas fait d’études supérieures, vous pouvez passer le concours de sous-officier de gendarmerie de niveau BAC.

1.2 Conditions complémentaires pour le Concours Interne

Il existe plusieurs concours internes permettant de devenir officier de gendarmerie mais le principal est le concours « semi-direct ».

Pour accéder au concours d’Officier de Gendarmerie Semi-Direct (OGSD), le candidat doit remplir plusieurs conditions :

  • avoir 36 ans maximum au 1er janvier de l’année du concours,
  • avoir 6 années de services au poste de sous-officier,
  • être titulaire d’un diplôme d’une licence ou équivalent (BAC+3).

Les autres concours internes sont réservés aux militaires de carrière comme les majors, les adjudants-chefs et les adjuvants (concours “OG RANG”) ou les capitaines et lieutenants de la gendarmerie (concours “OG OA”).

2. Comment s’inscrire au Concours d’Officier de Gendarmerie 2021

En 2021, la gendarmerie nationale recrute plus de 100 officiers à des postes opérationnels ou administratifs et techniques.

Les inscriptions au concours d’officier de gendarmerie 2021 ont eu lieu du 01 septembre 2020 au 11 janvier 2021 sur le site du ministère de l’Intérieur > Déposer un dossier > Officier de la gendarmerie.

Les dates d’inscription sont sensiblement les mêmes d’une année sur l’autre.

Le candidat se connecte ou crée un compte et suit les instructions du site. Tout dossier de candidature au concours peut être modifié jusqu’à la date de clôture des inscriptions.

Voici la liste des pièces justificatives qu’il doit fournir pour s’inscrire au concours externe (OG UNIV) :

  • pièce d’identité,
  • photo d’identité en couleur,
  • CV,
  • lettre de motivation adressée au ministre de l’Intérieur*,
    diplôme de M2,
  • certificat médical d’aptitude aux épreuves sportives de moins d’un an*,
  • attestation de participation à la JAPD ou à la JDC.

*Ces documents sont aussi demandés aux candidats qui s’inscrivent au concours interne semi-direct (OGSD).

L’imprimé « certificat médical » est à télécharger en ligne. Pour les candidats au concours OGSD, le certificat est établi par un médecin militaire.

Convocation aux épreuves du Concours d’Officier de Gendarmerie :

Quelques semaines avant le début des épreuves écrites, le Bureau du recrutement, des concours et des examens envoie une convocation aux candidats.

Elle fait un rappel des lieux et dates des épreuves et mentionne les documents à présenter le jour J :

  • pièce d’identité,
  • convocation.

À noter : les candidats qui n’ont pas reçu leur convocation 2 semaines avant le début des épreuves doivent écrire au Bureau des recrutements : sdc.dpmgn.dggn@gendarmerie.interieur.gouv.fr ; ils peuvent aussi s’adresser à ce service pour demander un dossier de candidature au format papier.

Officier du GIGN.

3. Quelles sont les épreuves du Concours d’Officier de Gendarmerie

Les concours d’officier de gendarmerie 2021 (interne et externe) se composent de deux phases de sélection :

  • Phase d’admissibilité : du 8 au 9 mars 2021 pour les OG UNIV (concours externe), le 12 janvier 2021 pour les OGSD (concours interne).
  • Phase d’admission : du 17 mai au 18 juin 2021 (OG UNIV), du 22 mars au 09 avril 2021 (OGSD).

Le candidat ne peut pas se présenter plus de 3 fois au même concours.

3.1 Épreuves d’Admissibilité au Concours
3.1.1 Épreuves d’Admissibilité au Concours Externe
3.1.2 Épreuves d’Admissibilité au Concours Interne
3.2 Épreuves d’Admission au Concours
3.2.1 Épreuves d’Admission au Concours Externe
3.2.2 Épreuves d’Admission au Concours Interne

3.1 Épreuves d’Admissibilité au Concours

3.1.1 Épreuves d’Admissibilité au Concours Externe

La première phase du concours externe d’officier se compose de trois épreuves écrites :

  • Épreuve de culture générale (5 heures – coefficient 5) :

Le candidat doit écrire une disserte sur un sujet qui vise à montrer ses capacités de réflexion et sa maîtrise de la langue française.

Exemple de sujet 2017 : « L’engagement de la communauté internationale dans la lutte contre le terrorisme peut-il, selon vous, être qualifié de « guerre » ? ».

  • Épreuve de synthèse de dossier (4 heures – coefficient 5) :

À partir d’un sujet et d’un dossier de 30 à 40 pages, le candidat rédige une note de synthèse objective de 600 mots construite selon un plan : introduction – développement – conclusion.

Exemple de sujet 2018 : « Les enjeux des exercices de crise ».

  • Épreuve à option (4 heures – coefficient 5) : 

Le candidat rédige une dissertation sur un sujet qui concerne un domaine au choix parmi : le droit pénal, le droit public, les finances publiques, les sciences économiques et de gestion, l’histoire et la géographie.

Exemple de sujet 2018 (droit pénal) : « Le discernement chez l’auteur et la victime d’une infraction pénale ».

A noter : toute note inférieure à 5/20 à l’une de ces épreuves est éliminatoire.

La liste des candidats admissibles est publiée sur le site LaGendarmerieRecrute.fr, qui sont convoqués par le Bureau du recrutement pour les épreuves d’admission et passer une visite avec un médecin militaire.

3.1.2 Épreuves d’Admissibilité au Concours Interne

Les candidats au concours interne bénéficient d’une préparation aux épreuves écrites dispensée par un organisme d’enseignement à distance.

La première phase du concours interne d’officier comprend deux épreuves écrites :

  • Épreuve de culture générale (4 heures – coefficient 25) :

Le candidat rédige une dissertation sur un sujet qui permet de juger sa maîtrise de la langue française et ses capacités de réflexion.

Exemple de sujet 2018 : « Le citoyen, individu engagé dans la vie publique au bénéfice de l’intérêt général, a-t-il disparu face au consommateur, individualiste et uniquement concerné par la satisfaction immédiate de ses désirs ? ».

  • Épreuve à option (3 heures – coefficient 15) :

Le candidat a le choix entre une synthèse de dossier, une épreuve de mathématiques ou un cas concret professionnel, épreuves qui lui permettent de déployer sa réflexion et sa logique.

A noter : les notes inférieures à 5/20 à l’une de ces épreuves sont éliminatoires.

3.2 Épreuves d’Admission au Concours

3.2.1 Épreuves d’Admission au Concours Externe

La phase d’admission du concours externe comprend 4 épreuves de sélection :

  • Épreuve d’aptitude générale (50 minutes – coefficient 8) :

Le candidat passe des tests écrits et un oral avec un psychologue permettant de juger son adaptabilité.

Un entretien individuel avec un jury permet également au candidat de faire un exposé sur un sujet général de compréhension du monde moderne, suivi d’un dialogue.

Le candidat doit obligatoirement obtenir une note supérieure à 8/20.

  • Épreuve orale (50 minutes – coefficient 4) :

Les candidats font un exposé qui donne lieu à un jeu de questions-réponses avec le jury.

Les thèmes abordés sont issus d’un dossier remis préalablement aux candidats admissibles (enjeux, doctrine, acteurs et organisation de la défense et de la sécurité).

Toute note inférieure à 5/20 est éliminatoire.

  • Épreuve de langue étrangère (50 minutes – coefficient 3) :

Le candidat doit traduire en français un texte anglais, allemand, espagnol ou italien selon son choix.

Il réalise un commentaire oral du texte suivi d’un entretien général en langue étrangère avec les examinateurs.

Les notes en dessous de 5/20 ne sont pas retenues.

  • Épreuves sportives (coefficient 3) :

Les épreuves suivantes sont toutes obligatoires :

– Natation : 50 mètres nage libre avec ou sans virage selon la piscine,
– Course de vitesse : 50 mètres sur piste en couloirs,
– Course de demi-fond : 3 kilomètres sur piste d’athlétisme,
– Tractions (en pronation) et abdominaux : les hommes réalisent 12 tractions + 55 abdos / les femmes effectuent 5 tractions + 45 abdos.

Une moyenne inférieure à 7/20 élimine le candidat.

La liste des candidats admis est publiée sur le site www.LaGendarmerieRecrute.fr.

3.2.2 Épreuves d’Admission au Concours Interne

Les épreuves d’admission du concours interne d’officier sont les mêmes que pour le concours externe, à trois exceptions :

– les coefficients sont plus élevés,
– le candidat passe des tests psychotechniques,
– l’épreuve orale est remplacée par une épreuve de connaissance professionnelle.

  • Épreuve d’aptitude générale (50 minutes – coefficient 20) :

Elle comporte des tests écrits et un oral avec un psychologue permettant de juger de l’adaptabilité du candidat.

Il y a ensuite un entretien individuel avec un jury pendant lequel le candidat fait un exposé / discussion sur un sujet général de compréhension du monde moderne.

  • Tests psychotechniques écrits (non notés) :

Ensemble de tests d’observation et de logique visant à mesurer le raisonnement et la rapidité du candidat.

  • Épreuve de connaissance professionnelle (50 minutes – coefficient 25) :

Le candidat fait un exposé de 10 minutes sur un thème tiré au sort, suivi de questions figurant au programme de l’annexe II de l’arrêté du 6 août 2019, relatif à l’organisation générale de la défense en France, la connaissance de textes professionnels et le droit pénal général. Il a 20 minutes pour préparer l’épreuve.

A noter : chaque copie dont la note est inférieure à 5/20 est éliminée.

  • Épreuve de langue étrangères (50 minutes – coefficient 5) :

Traduction en français d’un texte anglais, allemand, espagnol ou italien, au choix. Puis commentaire oral du texte suivi d’un entretien général en langue étrangère avec les examinateurs.

  • Épreuves sportives (coefficient 10) :

– Natation : 50 mètres nage libre avec ou sans virage selon la piscine,
– Course de vitesse : 50 mètres sur piste en couloirs,
– Course de demi-fond : 3 kilomètres sur piste d’athlétisme,
– Tractions (en pronation) et abdominaux : les hommes réalisent 12 tractions + 55 abdos / les femmes effectuent 5 tractions + 45 abdos.

4. Comment sont recrutés, formés et titularisés les Officiers de Gendarmerie

Le candidat qui réussit le concours d’officier débute au mois d’août une formation rémunérée de deux ans à l’École des Officiers de la Gendarmerie Nationale (EOGN) de Melun (77).

À son entrée à l’EOGN, l’élève-officier est soumis à une enquête de moralité et une visite médicale d’incorporation qui détermine son aptitude physique.

Un contrat d’engagement est signé le premier jour de la scolarité pour toute la durée de la formation, avec une période d’essai de 6 mois.

L’affectation de l’officier à son premier poste dépend de ses résultats scolaires, de ses vœux et de sa spécialisation.

4.1 Formation à l’École des Officiers de la Gendarmerie Nationale (EOGN)

D’une durée de 24 mois, la formation en école de l’officier de gendarmerie se divise en 4 semestres.

  • Première année de formation :

– Formation militaire et tactique (semestre 1) : les élèves apprennent à devenir des « chef de section » grâce à des cours théoriques et des stages (intervention professionnelle, langues, etc.) en partenariat avec des écoles prestigieuses comme celle de Saint-Cyr Coëtquidan (56).

– Immersion en unité opérationnelle (semestre 2) : une période de stage permet au candidat de découvrir les unités élémentaires de la gendarmerie. L’autre période est axée sur le dispositif de protection des populations mis en place durant l’été.

À la fin de cette première année de formation en école, les « élèves-officiers » deviennent des « officiers-élèves ». Ils sont rejoints par les lieutenants des grandes écoles militaires, issus du recrutement direct, qui commencent leur formation complémentaire en deuxième année.

  • Deuxième année de formation :

– Renforcement de la formation professionnelle (semestre 3) : les officiers-élèves suivent un cursus universitaire qui leur permet d’obtenir un Master II « Droit et stratégies de la sécurité » de l’université Paris II Panthéon-Assas et un MBA spécialisé « Management de la sécurité ». Ils valident le Monitorat en Intervention Professionnelle (MIP) à Saint-Astier et participent à un stage de maintien de l’ordre.

– Spécialisation métier (semestre 4) : les officiers-élèves choisissent leur dominante professionnelle parmi la sécurité publique, la police judiciaire, la sécurité routière ou le maintien de l’ordre, et préparent leur premier commandement opérationnel. Un stage de préparation à l’emploi leur permet de mettre en pratique les connaissances acquises dans leur spécialité.

La formation des officiers de gendarmerie leur octroie le titre de « Dirigeant de services opérationnels et fonctionnels de sécurité » (niveau 1).

4.2 Affectation en unité

À sa sortie de l’EOGN, l’officier-élève choisit sa première affectation en fonction de sa réussite scolaire et des places ouvertes par la Direction Générale de la Gendarmerie Nationale (DGGN).

La spécialisation métier choisie au dernier semestre de la formation oriente aussi la première affectation de l’officier qui pourra devenir commandant :

  • d’une brigade territorial autonome ou d’une communauté de brigades,
  • d’un peloton de la gendarmerie mobile,
  • d’un peloton motorisé ou d’autoroute,
  • d’une brigade de recherches.

Au sein de la police judiciaire, l’officier peut aussi devenir chef de division d’une section de recherche.

Un logement de fonction lui est attribué pour nécessité absolue de service, et il profite de tous les avantages du statut de militaire : sécurité sociale, réduction de 75% sur les tarifs de la SNCF, etc.