Fiche Métier de Serrurier

Le serrurier peut intervenir sur des chantiers pour concevoir des structures métalliques, ou bien effectuer des missions de dépannage chez des clients, sur tout ce qui concerne les portes, clés, serrures, etc. Cette fiche métier vous donne toutes les informations utiles pour devenir serrurier.

Synonymes et métiers similaires : ferronnier, plombier, menuisier, maçon, électricien.
Niveau d’étude ou diplôme minimum : CAP Serrurier-Métallier.
Études en alternance : oui.
Salaire débutant : 1.800€ brut par mois.
Statut : salarié, artisan, militaire.
Limite d’âge pour le recrutement : aucune.

1. Que fait un Serrurier : missions, tâches et fonctions
2. Quel est le salaire d’un Serrurier, son évolution de carrière
3. Quels diplômes, études, formations pour devenir Serrurier

1. Que fait un Serrurier : missions, tâches et fonctions

1.1 Quotidien de ce métier

Le métier de serrurier est très varié. Il peut se concentrer sur son métier de formation de serrurier-métallier, ou bien choisir de se spécialiser dans le dépannage. Certains choisissent également de cumuler les deux.

  • Activité d’un serrurier-métallier :

Le serrurier-métallier est spécialisé dans le maniement et le travail du métal. On fait appel à lui pour réaliser toutes sortes d’ouvrages métalliques : portails, gardes-corps, escaliers, structures, vérandas, ponts, etc.

Avant d’effectuer un ouvrage, il reçoit les plans architecturaux, qu’il étudie avant de passer à la réalisation de l’ouvrage.

La conception s’effectue dans son atelier. Les étapes varient en fonction du type de métallerie demandé. Pour fabriquer sa structure, le serrurier-métallier utilise de nombreux outils et machines, qui vont lui permettre de découper, de plier le métal, de le souder ou encore de le tordre, afin de pouvoir lui donner sa forme finale et de l’assembler.

Une fois son ouvrage terminé, il doit le transporter sur le chantier et le monter. Par la suite, il en assurera la maintenance.

En fonction du chantier, ce travail peut prendre une journée ou bien des mois, pour une structure complexe.

  • Activité d’un serrurier-dépanneur :

Lorsqu’il est spécialisé en dépannage, le serrurier concentre son activité sur l’élaboration et le maniement des clés, des portes, des gonds ou encore des coffres-forts.

Contrairement au serrurier-métallier, qui peut intervenir sur des missions de longue durée, celles du dépanneur dépassent rarement la demi-journée.

La plupart des interventions du serrurier consistent à ouvrir une porte bloquée ou fermée à clé. C’est souvent le cas lorsque le clients à perdu ou oublié ses clés.

Les dépanneurs peuvent également effectuer des ouvertures de portes avec les forces de l’ordre ou des huissiers de justice par exemple.

Il peut aussi effectuer d’autres tâches, comme :

  • changer des serrures,
  • fabriquer des clés,
  • remplacer des vitres brisées,
  • vendre et installer des coffres forts et des portes blindées, etc.

Son métier implique de nombreux déplacements pour se rendre sur ses différents lieux d’intervention.

Si un serrurier, métallier ou dépanneur, est à son compte, il doit consacrer une grande partie de son temps à la gestion de son entreprise. Il doit gérer les devis et les factures, négocier des contrats avec les assurances (pour les dépannages), gérer le secrétariat, la comptabilité, et ses salariés, s’il en emploie.

La serrurerie est une spécialité qui compte en grande majorité des hommes, mais il est tout à fait possible pour une femme de devenir serrurière, métallière ou dépanneuse.

1.2 Tenue et équipement

La tenue du serrurier doit être adaptée aux travaux qu’il réalise. Dans le dépannage, il n’a pas besoin de porter une tenue particulière, mais peut avoir un uniforme au nom de l’entreprise. Sur chantier ou dans son atelier en revanche, il doit porter une tenue professionnelle fabriquée en tissue résistant pour se protéger.

Son Équipement de Protection Individuel (EPI) est lui aussi adapté à la tâche qu’il exécute. Il peut porter un casque, des gants, des lunettes de protection, un masque de soudure, des chaussures de sécurité ou encore des protection auditives.

Les outils et les machines utilisées par le serrurier sont très variés. Il possède une caisse à outils classique (tournevis, marteau, clés, etc.), mais également des outils plus spécifiques comme un arrache-cylindre, un casse-cylindre, un pick gun, un poste à souder, etc.

1.3 Qualités essentielles, compétences nécessaires

Quelle que soit sa spécialité, le serrurier doit être minutieux et précis dans son travail. Il doit également savoir faire face aux nombreux imprévus, afin de s’adapter à la situation et de trouver une solution rapidement.

Le serrurier-métallier sait lire et établir un plan. Il a une vision claire de son projet et une bonne capacité de visualisation dans l’espace. Lorsqu’il utilise son outillage, il doit être attentif et respecter les règles de sécurité.

Dans le dépannage, le serrurier est toujours en contact avec la clientèle, parfois en détresse. Il doit donc savoir se montrer agréable, rassurant et respectueux. C’est un métier dans lequel on travaille souvent seul, c’est pourquoi l’autonomie et la polyvalence sont indispensables.

1.4 Débouchés, recrutement, où exercer ce métier

Il y a de moins en moins de serruriers en France, mais ils sont très recherchés à l’heure actuelle. Alors que l’on comptait plus de 30.000 salariés en 2011, ils n’étaient plus que 16.500 en 2019.

On trouve les plus grandes difficultés de recrutement en Guyane, en Martinique, en Corse, ainsi qu’en Occitanie. En revanche, les zones qui ont publié le plus d’offres d’emploi en 2021 sont l’Auvergne-Rhône-Alpes, la Nouvelle-Aquitaine, les Pays de la Loire et l’Île-de-France.

Vous l’aurez compris, que ce soit en tant que salarié ou artisan, un serrurier ne manquera pas de travail en France.

D’ailleurs, il est même possible de rejoindre l’armée en tant que serrurier-métallier. Cette spécialité est disponible au sein de l’armée de l’Air ou encore des Pompiers de Paris par exemple.

1.5 Horaires, conditions et temps de travail

Un serrurier-métallier travaille souvent selon des horaires classiques : de 8h/9h à 17h/18h, du lundi au vendredi.

S’il effectue des dépannages, il peut être appelé de jour comme de nuit, les week-ends et les jours fériés. En tant que salarié, son entreprise met souvent en place un système d’astreintes afin d’effectuer un roulement.

Les conditions de travail sont bonnes. Il s’agit d’un métier varié et technique. Dans le dépannage, le travail n’est pas très physique, contrairement au travail sur chantier ou en atelier, où le serrurier-métallier porte de lourdes charges.

2. Quel est le salaire d’un Serrurier, son évolution de carrière

Le salaire d’un serrurier débutant se situe aux alentours de 1.800€ brut par mois (1.404€ net). Cette rémunération augmente selon le niveau d’études et les années d’expérience du salarié.

Avec de nombreuses années d’expérience et de solides compétences, il est possible de gagner plus de 4.500€ brut par mois (3.510€ net) en tant que salarié.

On estime le salaire médian d’un serrurier à environ 1.800€ net par mois.

À son compte, ses revenus dépendent de ses tarifs et de sa capacité à trouver des clients. En moyenne, un artisan serrurier gagne 4.000€ de chiffre d’affaires, ce qui est légèrement plus élevé que la moyenne des artisans du BTP. Il faut ensuite en déduire les charges, les cotisations et les impôts.

La solde du serrurier-métallier militaire dépend de son grade dans l’armée. Par exemple, il touche 1.750€ net par mois après sa formation chez les Pompiers de Paris, et 1.384€ net par mois en débutant dans l’Armée de l’Air.

Pour faire évoluer sa carrière, le serrurier salarié peut devenir chef d’équipe ou chef d’atelier, et ainsi encadrer des équipes. Il peut aussi décider de se mettre à son compte.

En tant qu’artisan, le serrurier-métallier peut se spécialiser dans la ferronnerie d’art par exemple. Le serrurier-dépanneur, quant à lui, se concentre sur l’expansion de son entreprise, par exemple en recrutant des salariés.

3. Quels diplômes, études, formations pour devenir Serrurier

Plusieurs diplômes préparent au métier de serrurier, du CAP au BTS, mais le plus connu et le plus répandu est sans doute le CAP Serrurier-Métallier.

Il se prépare en 2 ans après la 3ème. L’apprenti peut étudier dans un lycée agricole, un Centre de Formation d’Apprentis (CFA) ou encore chez les Compagnons du Devoir par exemple.

C’est une formation qui se déroule en alternance, entre apprentissage en entreprise et cours théoriques et pratiques dans l’établissement de formation.

Au cours de ce cursus, on enseigne :

  • le français,
  • l’histoire-géographie,
  • les mathématiques,
  • la physique-chimie,
  • les étapes de fabrication d’un ouvrage,
  • la soudure,
  • le dessin technique,
  • le Dessin Assisté par Ordinateur (DAO),
  • la ferronnerie,
  • les techniques d’assemblage,
  • la menuiserie métallique,
  • la pose d’un ouvrage,
  • les risques et l’environnement du métier,
  • utiliser un échafaudage fixe, etc.

Pour obtenir son CAP, l’apprenti passe un examen, auquel il doit obtenir une moyenne supérieure ou égale à 10/20.

L’examen comporte des Épreuves Générales (EG) et des Épreuves Pratiques (EP), ainsi qu’une Épreuve Facultative (EF) :

  • EG1 : français – histoire-géographie,
  • EG2 : mathématiques – physique-chimie,
  • EG3 : EPS (Éducation Physique et Sportive),
  • EP1 : analyse d’une situation professionnelle,
  • EP2 : fabrication d’un ouvrage simple,
  • EP3 : pose, installation et maintenance d’un ouvrage,
  • EF : oral de langue vivante.

À noter : si un apprenti possède déjà un autre CAP ou un diplôme supérieur, il est dispensé de l’enseignement et des épreuves générales.

Après l’obtention de son diplôme, le serrurier-métallier peut commencer à exercer son métier, ou bien décider de poursuivre ses études avec :

  • un BP Métallier,
  • un BAC Pro Ouvrage du bâtiment : métallerie,
  • un BTS Constructions métalliques, etc.

Les formations que nous venons de voir se concentrent sur la profession de serrurier-métallier. Bien que le serrurier dépanneur y apprenne également les bases, les missions et les tâches d’un dépanneur s’apprennent davantage sur le terrain, ou grâce à des formations pour adultes.

Pour ceux qui sont en reconversion professionnelle, il également possible de se former à la serrurerie dans des organismes de formation pour adultes, tels que l’AFPA ou le Greta par exemple. Les formations proposées sont plus condensées (quelques mois seulement) et plus spécialisées que les cursus classiques.