Quel est le salaire d’une Assistante de Direction et son évolution de carrière ?

La mission d’une assistante de direction est d’assurer la gestion administrative, logistique et financière d’une entreprise. Mais quel salaire perçoit-t-elle pour faire son métier ? Comment peut-elle évoluer au cours de sa carrière ?

Assistante de Direction

1. Combien gagne d’une Assistante de Direction, rémunération, primes
2. Évolution professionnelle d’une Assistante de Direction

1. Combien gagne une Assistante de Direction, rémunération, primes

1.1 Salaire d’une Assistante de Direction Salariée

Le salaire d’une assistante de direction salariée dépend de plusieurs critères :

  • son expérience,
  • le type de contrat,
  • le secteur d’activités de l’entreprise,
  • la taille de l’entreprise : PME – PMI / grand groupe,
  • les compétences spécifiques de l’assistante, etc.

Le salaire moyen d’une assistante de direction débutante est de 2.000€ bruts par mois pour 35 heures hebdomadaires (1.560€ net).

Après quelques années de service, son salaire se situe entre 2.100€ et 3.200€ brut par mois (1.638€ et 2.496€ net) et peut atteindre 4.200€ brut par mois en fin de carrière (3.276€ net).

A noter : à responsabilités égales, le salaire de l’assistante de direction est généralement plus élevé en région parisienne qu’en province.

L’assistante de direction qui possède des compétences recherchées (maîtrise d’une langue rare ou d’un logiciel complexe) ou qui assiste le Président-Directeur Général (PDG) d’un grand groupe du CAC 40 peut gagner jusqu’à 6.500€ brut par mois (5.070€ net).

Certaines entreprises mettent en place des primes sur objectifs, primes de treizième mois et de fin d’année, etc., en plus du salaire fixe mensuel.

Les assistantes de direction qui travaillent dans un grand groupe profitent d’avantages sociaux en plus de leur salaire de base :

  • abonnement téléphonique,
  • tickets restaurants,
  • chèques vacances, etc.

Souvent, l’assistante de direction signe un contrat de 39 heures par semaine pour seconder au mieux sa hiérarchie. Elle profite alors de 2 jours de RTT (de Réduction du Temps de Travail) par mois en plus de ses congés payés.

Si l’activité de l’entreprise est forte, l’assistante de direction fait des heures supplémentaires qui lui sont rémunérées avec une majoration de 25%. L’entreprise peut aussi l’autoriser à récupérer ces heures sous la forme d’un repos compensatoire.

1.2 Rémunération d’une Assistante de Direction Freelance

Il est tout à fait possible pour une assistante de direction de prendre le statut d’auto-entrepreneure. En tant que freelance, sa rémunération dépend de ses tarifs, de ses charges et de sa capacité à trouver des clients.

Quand son portefeuille client est rempli, l’assistante de direction freelance peut gagner jusqu’à 3.000€ net par mois. En s’installant sous le régime de la micro-entreprise, elle ne paye aucune charge tant qu’elle ne décroche pas de contrats.

L’assistante de direction freelance exerce une profession libérale qui donne lieu à des cotisations sociales à hauteur de 22% de son Chiffre d’Affaires (CA). Durant la première année de sa micro-entreprise, elle peut demander une majoration de 50% de ses cotisations prélevées par l’URSSAF : elle verse alors 11% de son CA.

Les charges de l’assistante de direction freelance se limitent à l’achat d’un matériel de bureau performant (écran, clavier, unité centrale, imprimante, etc) et au paiement des abonnements téléphoniques et des différents logiciels de gestion.

Pour lancer son business, l’assistante de direction inscrite à Pôle Emploi peut demander le cumul de l’ARE (Aide au Retour à l’emploi) avec son bénéfice de freelance. Elle peut aussi choisir l’ARCE (Aide à la Reprise et à la Création d’Entreprise) qui lui permet de toucher 45% de ses allocations en deux fois.

1.3 Rémunération d’une Assistante de Direction fonctionnaire

Dans la fonction publique, la rémunération de base de l’assistante (appelé salaire indiciaire) est fixé pour une grille indiciaire. Le salaire indiciaire est calculé via un barème de points qui dépend du grade et de échelon.

A cela s’ajoute de nombreuses primes qui dépendent de nombreux critères dont la situation personnelle de l’assistante (nombre d’enfants, lieu de résidence…).

2. Évolution professionnelle d’une Assistante de Direction

Au cours de sa carrière, l’assistante de direction voit ses missions évoluer vers des tâches spécialisées comme la gestion des ressources humaines, la communication, la comptabilité ou encore les achats.

Si elle fait ses preuves dans l’un de ces domaines, elle peut demander à changer de service pour devenir responsable de la communication, des achats ou chargée de recrutement. Elle doit alors former l’assistante de direction qui prend sa place.

L’assistante de direction peut également choisir de changer d’entreprise pour se spécialiser dans un secteur d’activités rémunérateur comme le luxe ou l’hôtellerie.

Mais l’évolution professionnelle la plus commune pour l’assistante de direction est de monter en compétences pour devenir « office manager ». Elle seconde toujours la direction mais gagne en responsabilités et en liberté d’actions.

L’évolution de carrière d’une assistante fonctionnaire est plus cadrée et se fera essentiellement à l’ancienneté de façon automatique. Mais elle a la possibilité de passer des examens internes pour accélérer son évolution et changer de métier à l’intérieur de la fonction publique.

Quand à l’assistante qui travaille à son compte, elle peut se spécialiser dans la formation d’assistantes de direction après quelques années d’expériences. Elle peut aussi développer son entreprise en créant une SASU ou une SARL, embaucher du personnel ou manager une équipe externalisée d’assistantes.