Fiche Métier de Chaudronnier

Le chaudronnier conçoit, fabrique et vend des produits et structures métalliques variés : chaudière, cuve agricole, wagon, coque de bateau… Il peut utiliser différents métaux, qu’il façonne en équipe dans le respect de normes de sécurité strictes. Cette fiche métier vous donne toutes les informations utiles pour devenir chaudronnier.

Synonymes et métiers similaires : soudeur, chef d’atelier, carrossier.
Niveau d’étude ou diplôme minimum : CAP.
Études en alternance : oui.
Salaire débutant : SMIC + primes et avantages.
Statut : salarié, fonctionnaire, artisan.
Limite d’âge pour le recrutement : aucune.

1. Que fait un Chaudronnier : missions, tâches et fonctions
2. Quel est le salaire d’un Chaudronnier, son évolution de carrière
3. Quels diplômes, études, formations pour devenir Chaudronnier

1. Que fait un Chaudronnier : missions, tâches et fonctions

1.1 Quotidien en Chaudronnerie

Le chaudronnier réalise des structures et ouvrages en métal (acier, alliage, aluminium, cuivre, laiton, …) en équipe avec d’autres chaudronniers et des soudeurs, sous la responsabilité d’un chef d’atelier. 

Chacun de ses projets commence par la lecture d’un plan de l’ouvrage ou de l’ustensile à réaliser. À partir de ce plan, le chaudronnier définit le « développé » du volume à produire : il s’agit de la représentation plane totale de l’objet.

A noter : suivant son niveau de responsabilités dans l’entreprise, le chaudronnier peut aussi participer à la conception du plan des ouvrages de chaudronnerie.

À partir de ce patron, le chaudronnier effectue le tracé des éléments à produire sur une feuille métallique. Vient alors la phase de découpage complétée par des actions comme le pliage, l’emboutissage ou encore le martelage afin d’obtenir la forme désirée : cylindre, cône, …

Le chaudronnier réalise la plupart des opérations de façonnage manuellement. S’il a besoin d’une machine automatisée, il prend soin de la régler et de surveiller son exécution.

Lorsque les pièces de chaudronnerie sont produites (tuyauterie, boîtier métallique, cuve en acier, …), le chaudronnier les soude provisoirement. Cela lui permet de corriger les défauts éventuels avant assemblage définitif.

Enfin, il participe aux opérations de contrôle qualité avec son chef d’atelier. Ils vérifient ensemble que le produit est bien conforme au dossier technique fourni par le client.

Voici les principales missions réalisées par le chaudronnier au quotidien :

  • établir une gamme de fabrication,
  • développer des modèles produits via un logiciel de Conception de Fabrication Assistée par Ordinateur (CFAO),
  • réaliser des gabarits de fabrication,
  • lire un plan et lui apporter des modifications,
  • établir le développé des volumes (prisme, pyramide, …),
  • régler des machines automatisées,
  • utiliser des machines à commandes numériques,
  • définir de la quantité de matière à utiliser,
  • réaliser des opérations de cisaillage, découpage laser, détourage, oxycoupage, sciage, tronçonnage, cintrage, pliage, roulage, planage, …
  • réaliser des opérations de traitement thermique : trempe, recuit, …
  • contrôler la qualité des pièces par radiographie, ultrasons, …
  • conduire des engins : chariot, trans-palette, pont roulant, …
  • ranger et nettoyer son poste de travail,
  • rédiger des comptes-rendus pour le Bureau d’Études (BE), etc.

Le chaudronnier exerce son métier en collaboration avec les différents services de la chaudronnerie : méthodes, qualité, maintenance, transport, vente…

Après quelques années d’expérience au même poste, il peut gérer une équipe de chaudronniers.

Le chaudronnier peut être spécialisé dans différents domaines :

  • aéronautique,
  • tuyauterie,
  • tôlerie,
  • soudure, etc.

La majorité des chaudronniers sont des hommes, mais le métier est accessible aux femmes.

1.2 Tenue et équipement

Le chaudronnier porte un équipement de sécurité spécifique qui se compose :

  • d’une combinaison de travail ignifugée,
  • de gants de protection anti-chaleur,
  • d’un casque antibruit,
  • de chaussures de sécurité montantes,
  • de lunettes protectrices ou d’un masque de soudeur.

Dans son atelier, le chaudronnier dispose de tout l’outillage manuel de chaudronnerie :

  • brosse métallique,
  • burin,
  • cisaille,
  • étau,
  • maillet,
  • rapporteur d’angle,
  • scie à métaux,
  • serre-joint, …

Il est également équipé d’un matériel complet de soudage : chalumeau oxy-coupeur, découpeur plasma, poste à souder avec chalumeau, …

1.3 Qualités essentielles, compétences nécessaires

Le métier de chaudronnier exige avant tout habileté, précision et rigueur.

Ce professionnel doit également être à l’aise avec la représentation des volumes, la lecture des plans et la géométrie en général.

La connaissance des propriétés des matériaux métalliques est également indispensable.

Les manipulations d’objets lui demandent de la force, mais également de la minutie.

Le sens du travail en équipe et la polyvalence sont appréciés des employeurs pour ce type de poste.

Côté compétences, le chaudronnier doit maîtriser l’informatique, en particulier les logiciels de CFAO.

1.4 Débouchés, recrutement, où exercer ce métier

Le chaudronnier peut principalement exercer son métier au sein de l’une des structures suivantes :

  • entreprise industrielle,
  • entreprise de métallurgie,
  • fonction publique territoriale,
  • organisme de contrôle, qualité, expertise,
  • organisme de Recherche et Développement (R&D),
  • société artisanale,
  • société de travaux publics.

Ces structures recrutent des chaudronniers dans des secteurs d’activités variés :

  • aéronautique et spatial,
  • automobile,
  • alimentaire,
  • armement,
  • chauffage,
  • électronique,
  • emballage,
  • nautisme,
  • spectacle,
  • sport et loisir, …

Pour être recruté par une entreprise, le chaudronnier répond généralement à une offre d’emploi en ligne. Il transmet son dossier de candidature (CV + lettre de motivation) et passe un entretien d’embauche.

1.5 Horaires, conditions et temps de travail

Les horaire et le rythme de travail du chaudronnier dépende de l’entreprise qui l’emploie.

Il peut travailler selon des horaires classique (9h – 18h), mais certaines entreprises de chaudronnerie organisent le travail des équipes par roulement (2×8 ou 3×8) afin d’assurer la continuité de l’activité. Dans ce cas, le chaudronnier travaille régulièrement durant le week-end, en soirée ou la nuit.

Pour certaines missions spécifiques, le chaudronnier peut devoir se déplacer sur chantier pour une durée allant d’une journée à plusieurs semaines.

Le chaudronnier effectue des travaux physiques dans un environnement bruyant. Néanmoins, c’est un métier varié, souvent exercé par des passionnés, et qui offre une grande satisfaction lorsqu’un projet se termine.

2. Quel est le salaire d’un Chaudronnier, son évolution de carrière

En entreprise, le chaudronnier débutant gagne un salaire compris entre le SMIC et 1800€ brut par mois (1.404€ net).

Le chaudronnier salarié expérimenté gagne plutôt entre 2.000€ brut par mois (1.560€ net) et 2.400€ brut par mois (1.872€ net).

En plus de ce salaire fixe, le chaudronnier peut avoir droit à des primes et avantages :

  • primes sur objectif,
  • majoration des heures supplémentaires,
  • tickets restaurants,
  • formation en interne, …

La carrière d’un chaudronnier en entreprise évolue logiquement vers des postes d’encadrement comme chef d’atelier chaudronnerie.

Après 5 années d’expérience professionnelle en moyenne, le chaudronnier peut aussi être recruté par un organisme en tant que formateur en chaudronnerie.

S’il se met à son compte pour devenir artisan chaudronnier, il peut se démarquer de la concurrence en proposant des services de niche comme la chaudronnerie nucléaire.

Certains chaudronniers décident d’entrer dans la fonction publique territoriale en validant le concours d’Adjoint Technique Territorial (ATT).

Pour en savoir davantage, vous pouvez lire notre article sur le salaire d’un chaudronnier.

3. Quels diplômes, études, formations pour devenir Chaudronnier

Il existe de nombreuses formations de différents niveaux pour devenir chaudronnier.

Niveau CAP

  • CAP Réalisation Industrielle en Chaudronnerie ou Soudage,
  • CAP Composites, Plastiques Chaudronnés,
  • MC Soudage,
  • TP (Titre Professionnel) Agent de Fabrication et Montage en Chaudronnerie, …

Niveau BAC

  • BAC Pro Ouvrages du Bâtiment : métallurgie,
  • BAC Pro Technicien en Chaudronnerie Industrielle,
  • TP Chaudronnier Formeur Aéronautique, …

A titre d’exemple, voici le programme des cours dispensés aux élèves du BAC Pro Technicien en chaudronnerie industrielle :

  • analyse et exploitation de données techniques,
  • fabrication d’un ensemble chaudronné,
  • réhabilitation sur chantier d’un ensemble chaudronné,
  • mathématiques,
  • sciences physiques et chimiques,
  • économie et gestion,
  • prévention – santé – environnement,
  • langue vivante,
  • français,
  • histoire et géographie,
  • arts appliqués et cultures artistiques,
  • éducation physique et sportive,
  • mobilité professionnelle à l’étranger.

Niveau BAC+1 – Mention Complémentaire

  • MC Chaudronnerie Aéronautique et Spatiale ,
  • MC Technicien en Tuyauterie, …

La mention complémentaire de Technicien en Tuyauterie permet au stagiaire d’acquérir des compétences comme la préparation de l’intervention, la préfabrication des sous-ensembles en atelier, la réalisation du montage sur site ou encore la compréhension des contraintes de qualité et de productivité de l’entreprise.

Niveau BAC+2

  • BTS Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle,
  • BTS Fonderie, …

Niveau BAC+3

  • Licence Pro Métiers de l’Industrie – Métallurgie et mise en forme de matériaux de soudage – Parcours « Traitement des alliages » ou « Procédés de fabrication par voie liquide et propriétés »,
  • Licence Pro Métiers de l’Industrie – Gestion de la production industrielle, …

Bon à savoir : la plupart de ces formations peuvent être suivies en apprentissage ou en alternance, ce qui facilite généralement l’insertion professionnelle des candidats. Le chaudronnier apprenti est rémunéré durant sa formation.

Le métier de chaudronnier est également accessible par le biais de la Validation des Acquis de l’Expérience (VAE) du niveau CAP/ BEP au niveau BAC+3.

Pour compléter sa formation initiale et monter en compétences au sein de son entreprise, le chaudronnier peut suivre des formations qualifiantes :

  • CQP Chaudronnier d’Atelier,
  • CQP Soudeur Industriel, …

Il existe également des formations par module, qui permettent au chaudronnier d’acquérir des compétences complémentaires :

  • isométrie en tuyauterie,
  • lecture de plan – pliage, …