Fiche Métier de Youtubeur / Youtubeuse

Le youtubeur créé et publie du contenu vidéo sur la plateforme Youtube. Ce nouveau métier très en vogue chez les plus jeunes est néanmoins un peu plus complexe qu’il n’y parait. Vous trouverez toutes les informations pour devenir youtubeur dans cette fiche métier.

Youtube

Synonymes et métiers associés : créateur de contenu, vidéaste, influenceur, réalisateur, comédien, monteur vidéo, webmarketeur.
Niveau d’étude ou diplôme minimum : aucun.
Études en alternance : non.
Salaire débutant : très variable.
Statut : indépendant, société.
Limite d’âge pour le recrutement : aucune si consentement des parents pour les mineurs.

1. Que fait un Youtubeur : missions, tâches et fonctions
2. Quel est le salaire d’un Youtubeur, son évolution de carrière
3. Quels diplômes, études, formations, concours pour devenir

1. Que fait un Youtubeur : missions, tâches et fonctions

Etre youtubeur, c’est bel et bien un métier. Ce qui était à l’origine un passe-temps ou une passion s’est transformé en une activité professionnelle pas comme les autres, mais presque.

Il reste assez difficile de définir avec précision le métier de youtubeur au vu de la diversité des contenus que l’on peut trouver sur la plateforme. Certains choisissent de se spécialiser dans la beauté, le bien-être, la fiction, ou encore le divertissement, les jeux-vidéos, les sciences, etc. L’avantage c’est que l’on trouve de tout sur internet.

Il faut néanmoins préciser que c’est un métier où tout se joue sur la popularité. Ainsi, un youtubeur qui ne vend pas, qui ne fait pas de vues, n’aura pas de revenus. La plupart des youtubeurs occupent donc une autre occupation, au moins à leur début, car il peut se passer du temps avant de pouvoir toucher ses premiers euros.

Dans cette fiche nous parlerons des youtubeurs professionnels, c’est-à-dire de ceux qui touchent des revenus grâce à la plateforme.

1.1 Quotidien d’un vidéaste Youtube

Le quotidien d’un youtubeur change complètement d’un vidéaste à l’autre. En tant qu’indépendant, il est libre d’organiser sa journée comme il l’entend, en fonction de ses envies, de ses contraintes et de ses besoins.

Quoi qu’il en soit, il passe quand même une grande partie de son temps à travailler ses vidéos. Toutes ne demandent pas le même investissement où les mêmes moyens. Certaines vont devoir être écrites et organisées (collaboration, financement, recherches, réservation d’un lieu, déplacements, équipe de tournage, etc…), tandis que d’autres seront plus spontanées et faciles à mettre en place.

Une fois la vidéo filmée, elle doit être montée et éditée avant d’être publiée sur YouTube. Toujours en fonction du créateur et de la vidéo, c’est un processus qui peut prendre plusieurs heures ou plusieurs jours.

Un autre aspect du quotidien du youtubeur : les réseaux sociaux. En effet, c’est un métier ultra-connecté et les réseaux sociaux sont un outil indispensable au créateur. Ils lui permettent d’informer ses abonnés lorsqu’il sort une nouvelle vidéo et de renforcer le lien avec eux en partageant une partie de son quotidien.

Enfin, le youtubeur n’est rarement « que youtubeur ». Pour beaucoup, la plateforme seule ne permet pas de gagner suffisamment d’argent, ils ont donc un autre emploi à côté, surtout dans les débuts.

Ils peuvent aussi se servir de leur influence sur YouTube et sur les réseaux sociaux pour créer d’autres activités. Certains vendent des produits dérivés (t-shirts…), des programmes (sport, nutrition…), des formations en ligne ou des stages. D’autres ont l’opportunité d’écrire un livre, de créer une marque ou d’autres entreprises. Pour certains, cela représente la plus grande partie de leur travail.

Comme tout indépendant, le vidéaste doit aussi consacrer une partie de son temps à la gestion de son entreprise.

1.2 Tenue et équipement

Pour sa tenue, le youtubeur est totalement libre de s’habiller comme il le souhaite. Il peut porter des costumes et des accessoires dans certaines de ses vidéos.

Pour ce qui est de l’équipement, le minimum du vidéaste c’est une caméra (un bon smartphone peut suffire) et une connexion internet. Il lui faut également un logiciel de montage pour retravailler ses vidéos. Plus il va se professionnaliser, plus le créateur va investir pour améliorer la qualité de ses vidéos. Cela peut-être des micros, des éclairages, des caméras plus performantes ou spécifiques, etc.

L’équipement dont il a besoin est évidemment déterminé par son contenu, une vidéo de maquillage et une vidéo de cuisine ne demandent pas le même matériel par exemple.

1.3 Qualités essentielles, compétences nécessaires

Le métier de youtubeur demande beaucoup de rigueur et d’organisation. Indépendant, c’est à lui de poser son cadre de travail et de planifier ses journées pour être efficace.

Il doit aussi faire preuve de créativité et aimer ce qu’il fait pour attirer et conserver son public. Trouver de bonnes idées n’est pas toujours facile et celles-ci doivent être assez régulières pour assurer le succès du créateur.

Pour ce qui est des compétences, le montage vidéo est devenu important sur la plateforme. Les youtubeurs à succès peuvent se permettre de déléguer cette tâche à un monteur, mais beaucoup apprennent à le faire eux-mêmes.

S’il traite d’un domaine en particulier (sport, sciences, jeux vidéos), il est préférable qu’il maîtrise le sujet. La qualité de son contenu a un fort impact sur le niveau de confiance de ses abonnés et publier des vidéos qui véhiculent de fausses informations c’est prendre le risque de voir chuter son audience.

La dernière qualité indispensable est la persévérance, il faut être capable de publier des vidéos pendant des mois en restant motivé alors que le nombre d’abonné ne décolle pas. Même s’il est possible de faire décoller une chaîne en quelques mois, la plupart des youtubers vont devoir attendre plusieurs années avant d’avoir assez d’abonnés pour en vivre.

1.4 Débouchés, recrutement, où exercer ce métier

Beaucoup d’appelés mais peu d’élus, cela résume bien la situation d’un youtubeur.

On ne peut pas dire qu’il y ait réellement des débouchés sur Youtube. C’est un métier ou, comme dans beaucoup de métiers publiques, c’est la popularité qui prime. La chance a tout de même son rôle à jouer dans le destin d’un vidéaste. Il suffit parfois d’une rencontre, d’une vidéo ou d’un heureux hasard pour créer une carrière.

Se lancer sur Youtube, c’est n’avoir aucune certitude de réussite, et quand ça fonctionne, c’est aussi ne pas savoir combien de temps cela va durer. C’est pour cela que les youtubeurs se contentent rarement de faire reposer leur carrière sur la plateforme et cherchent à se diversifier grâce à d’autres occupations et d’autres sources de revenus.

Bien sûr, quelqu’un qui maîtrise déjà les ficelles de l’audiovisuel aura plus de chance de réussir rapidement que quelqu’un qui débute et qui doit tout apprendre.

Le métier s’exerce absolument partout, c’est un des avantages. Il n’y a pas de règle, le vidéaste peut travailler chez lui, tourner une vidéo à l’extérieur, louer des bureaux ou faire le montage sur la terrasse d’un café…

1.5 Horaires, conditions et temps de travail

On ne peut pas parler d’un emploi du temps type pour ce métier, il change du tout au tout d’un youtubeur à l’autre. Chacun est libre de s’organiser comme il le souhaite et d’y consacrer le temps qu’il veut. Bien sûr, plus sa chaîne est importante, plus le vidéaste doit se plier à certaines contraintes et honorer ses engagements.

C’est un métier ou la routine n’existe pas et ou les conditions de travail sont bonnes. C’est aussi une situation particulière et pas toujours stable, qui peut créer une forte charge mentale que l’on retrouve chez beaucoup d’indépendants.

 

Youtubeur

2. Quel est le salaire d’un Youtubeur, son évolution de carrière

Les revenus d’un youtubeur sont impossibles à définir. Ils dépendent de nombreux critères et relèvent du cas par cas. La majorité des créateurs ne gagne que peu ou pas d’argent sur YouTube. En revanche, certains ont su en faire une activité florissante et gagnent très bien leur vie.

Les sources de revenus des youtubeurs sont elles aussi très variées :

  • la monétisation (l’argent généré par les publicités sur YouTube),
  • les partenariats (lorsqu’une marque rémunère le créateur pour qu’il en fasse la promotion),
  • le financement participatif (dons effectués par les abonnés pour soutenir le créateur),
  • les réseaux sociaux (activité souvent rémunérée grâce à des partenariats ou au nombre de vues),
  • autres activités (produits dérivés, spectacles, formations, livres, vêtements, maquillage, etc).

En ce qui concerne son évolution de carrière, celle-ci n’obéit à aucune règle. Le youtubeur peut rester sur YouTube et faire évoluer sa chaîne grâce à des vidéos de meilleure qualité, de nouveaux concepts ou de nouveaux genres. Il peut aussi s’éloigner de ce média, pour développer d’autres projets, dans l’audio-visuel ou non.

D’ailleurs de nombreux youtubeurs ont développé d’autres entreprises (vêtements, papeterie, maquillage, équipements sportifs…), voire d’autres activités (comédien, humoriste, écrivain, etc.) pour faire évoluer leur carrière et obtenir des revenus plus stables.

3. Quels diplômes, études, formations pour devenir Youtubeur

Aucun diplôme n’est nécessaire pour devenir youtubeur. Beaucoup de vidéastes sont autodidactes, mais certains cursus peuvent apporter des connaissances qui seront utiles dans une carrière de youtubeur.

En effet, les formations dans le domaine audiovisuel, la communication, le marketing ou le digital permettent de comprendre les enjeux d’un tel métier. Ces diplômes peuvent aller du CAP au doctorat.

En fonction du contenu que le youtubeur compte publier sur sa chaîne, il peut être intéressant qu’il se forme dans sa spécialité. Certains domaines comme l’histoire, les sciences, la nutrition, l’art, et beaucoup d’autres sont enseignés dans l’enseignement supérieur. Un diplôme dans son domaine de spécialité sera un atout majeur pour le vidéaste et lui accordera de la crédibilité auprès de son public.

Enfin, il existe de nombreuses formations payantes en ligne pour apprendre le métier de youtubeur. Il est aussi possible de se former à certains aspects comme le montage vidéo ou l’utilisation des réseaux sociaux par exemple. Ces formations ne sont pas reconnues par l’État, mais peuvent aider un nouveau youtubeur à se professionnaliser plus rapidement et plus sereinement.